Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2017

Eriobotrya japonica en Ile de France

1 eriobotrya jardiland 8 mars 2017 IMG_2731.jpg

Ce joli petit arbre au grand feuillage persistant d’aspect exotique est un néflier du Japon, Eriobotrya japonica. Rien à voir avec notre néflier sauvage, Mespilus germanica, au feuillage ordinaire et caduc et aux fruits à peine mangeables même blets. Les fruits du néflier du Japon sont délicieux.

Celui-ci se trouve sur le parking Jardiland à Dammarie-lès-Lys près de Melun. Il est exposé à tous les vents.

Eriobotrya japonica est bien rustique en Ile de France. J’en ai un qui a plus de 30 ans et a toujours gardé un feuillage impeccable, même après l’hiver de 1985 au gel incroyable. Cependant il n’est planté en Ile de France que comme arbre décoratif, très décoratif. Jusqu’à présent on n’espérait pas obtenir des fruits parce qu’il fleurit en automne et fleurs ou fruits sont décimés par le gel en hiver.

Que se passe-t-il depuis 2 ans ? J’ai obtenu 1 nèfle l’an dernier. Est-ce un accident ou un début ? Peut-être s’adapte-t-il au climat. D’une part les hivers sont moins froids, même l’anticyclone de Sibérie n’a pas réussi à obtenir les gels extraordinaires de 1985, chez moi, pas au-delà de -8°C. D’autre part la date de floraison semble reportée à la fin de l’hiver comme vous pouvez le voir sur ces photos du 8 mars.

Il y a des bouquets de fleurs au bout de presque toutes les branches :

2 eriobotrya jardiland 8 mars 2017 IMG_2734.jpg

3 eriobotrya jardiland 8 mars2017 IMG_2733.jpg

4 eriobotrya jardiland 8 mars 2017 IMG_2732.jpg

eriobotrya rec jardiland 8 mars 2017 IMG_2732.jpg

Le mien est encore plus en retard, les boutons floraux sont encore fermés. Ils ont maintenant toutes chances d’échapper à des gels dangereux, les fleurs sont détruites à partir de -5°C.

J’ai 2 semis « spontanés », des noyaux semés par mon fis, c’est son habitude, après consommation de nèfles. Je vais leur trouver un endroit plus abrité, moins exposé au vent, près de la chaleur de la maison, pour tenter une production. La croissance est en général rapide.

Ce gros retard de floraison, est-ce une adaptation au climat de la région ? Pourtant l'an dernier il avait fleuri en octobre. J'avais obtenu sa première nèfle parce qu'il n'avait presque pas gelé. Ou bien a-t-il un station météo interne et performante qui lui permet de programmer correctement sa floraison ? C'est la question que je me suis posée cette année à l'hiver bien froid et où toutes les plantes à floraison hivernale (un record pour le camellias) ont beaucoup retardé leur date de floraison.

 

 

10:49 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (4)

Commentaires

pour la température, je ne sais pas, mais j'ai observé que ces arbres fructifient mieux lorsqu'on en plante plusieurs pas trop loin, même si, à la base, ils sont autofertiles

Écrit par : claudette | 09/03/2017

A Veneux j'en ai deux, dont une sélection et bientôt 2 autres quand les semis auront grandi. Mais mon problème n'est pas là, c'est la résistance au froid des fleurs et des fruits.

Écrit par : sambuca | 09/03/2017

Vous êtes bien dure avec le Mespilus germanica!il a pourtant bien des qualités : un joli port tortueux (avec l'âge),un magnifique feuillage en automne,et des fruits blets que je trouve très bons,mais ça c'est évidemment un goût personnel...

Écrit par : marie | 11/03/2017

Je suis d'accord, il n'a pas tous les défauts, j'ai déjà montré sa belle floraison. Et les oiseaux raffolent de ses fruits que je ne peux laisser blettir, ils disparaissent trop vite avant. De plus il vit sans aucune aide même dans un terrain sec et très pauvre.

Écrit par : sambuca | 11/03/2017

Écrire un commentaire