Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/05/2017

Callimorpha dominula, l'écaille marbrée

Je l’ai trouvée roulée en boule au sol au pied d’orties et de consoudes, des plantes qu’elle affectionne. Mais c’est peut-être moi qui l’ai fait chuter au sol. Elle s’est vite déroulée et a cherché à fuir ou à se cacher dans la végétation.

1 callimorpha dominula romi 5 mai 2017 009.jpg

2 callimorpha dominula rec romi 5 mai 2017 010.jpg

3 callimorpha dominula rec romi 5 mai 2017 011.jpg

C’est la chenille de l’écaille marbrée, un très beau papillon que j’avais photographié en juillet :

callimorpha dominula romi 14 juillet 2013 008.jpg

callimorpha dominula romi 3 juil  2012 070 (9).jpg

Elle hiberne sous forme de jeune chenille roulée au sol.

 

05:16 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

02/04/2017

La première chenille

Ma petite-fille a trouvé aujourd’hui la première chenille de l’année sur une feuille de lierre. J’ai passé des heures à chercher son nom et je n’ai pas trouvé. Mais je vous laisse l’admirer :

1 veneux 1 avril 2017 026.jpg

2 veneux 1 avril 2017 027.jpg

3 veneux 1 avril 2017 030.jpg

veneux 1 avril 2017 rec 026.jpg

veneux 1 avril 2017 rec 028.jpg

veneux 1 avril 2017 rec 029.jpg

veneux 1 avril 2017 rec 030.jpg

 

01:10 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

17/03/2017

Papillon Citron et fleurs bleues

Des plages de bleu sont maintenant apparues dans le jardin. Les bleus les plus visibles sont ceux des jacinthes « ensauvagées » depuis de nombreuses années et dont l’aspect est beaucoup plus gracieux que leur aspect massif à la plantation :

1 jacinthes IMG_2782.jpg

2 jacinthes IMG_2790.jpg

3 narcisse IMG_2778.jpg

Les petites scilles à deux feuilles forment maintenant des tapis qui les rendent bien visibles malgré leur petite taille :

4 scilla bifolia IMG_2774.jpg

Les jolies fleurs bleu pervenche de Vinca minor (sauvage, spontanée sur le terrain depuis 40 ans) s’ouvrent un peu partout :

5 vinca IMG_2780.jpg

6 vinca IMG_2781.jpg

7 vinca IMG_2793.jpg

Scilles et pervenches ont envahi tout le terrain. Ce déploiement de fleurs bleues semble faire le bonheur des papillons Citron. Je les voyais depuis au moins une semaine mais il était impossible de les photographier car ils ne se posaient jamais, semblant toujours à la recherche d’on ne sait quoi. Maintenant ils sont posés en nombre parfois enfouis dans la végétation, toujours suçant une fleur bleue, uniquement les bleues :

8 citron IMG_2787.jpg

9 citron IMG_2791.jpg

10 citron IMG_2794.jpg

11 citron IMG_2795.jpg

12 citron IMG_2796.jpg

13 citron rec IMG_2796.jpg

Étonnant décollage  à l’envers, ventre en haut :

14 citron à l'envers IMG_2792.jpg

 

11/03/2017

Acronicta rumicis ?

Je l’ai trouvée à Romilly le 2 février et j’ai tardé à vous la montrer parce que je ne trouve pas son nom. J’ai eu l’impression de la sortir de terre mais c’est peu probable, elle était sans doute simplement au sol. Lorsque je l’ai touchée, elle s’est enroulée mais j’ai fait une mauvaise mise au point.

acronicta romi 2 fev 2017 020.jpg

acronicta romi 2 fev 2017 022.jpg

Est-ce Acronicta ou Viminia rumicis, la noctuelle de la patience ? Quelle que soit son identité, elle est superbe.

 

20:22 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

15/01/2017

Mais ma chenille est polyphage

Je vous ai montré la jolie chenille verte consommant la feuille d’azalée. Mais la dégustation n’est pas allée plus loin car soudain elle a repéré la feuille de lamium bien plus tendre. Ce fut l’enthousiasme. J’ai ajouté des feuilles de lamium aussitôt dévorées puis une branche avec 4 feuilles pour la nuit. Au petit matin il n’y avait plus rien. Elle était affamée puisqu’elle s’est aussitôt remise à dévorer les feuilles ajoutées. Vous voyez à droite la feuille d’azalée qui n’a pas été davantage consommée :

1 chenille verte  lamium 15 janvier 2017 001.jpg

2 chenille verte  lamium 15 janvier 2017 002.jpg

3 chenille verte  lamium15 janvier 2017 003.jpg

Finalement j’ai cherché dehors un pot qui contient du lamium. C’était facile à trouver car le lamium (Lamium galeobdolon) envahit tous les pots. Je l’ai amenée accrochée à ses feuilles dans le pot :

4 chenille verte  lamium15 janvier 2017 006.jpg

Elle a une réserve de nourriture et aussi la place pour faire son cocon.

Gros plans sur la tête :

chenille verte  lamium15 janvier 2017 005.jpg

chenille verte tête lamium 15 janvier 2017 002.jpg

chenille verte tête lamium 15 janvier 2017 003.jpg

Je ne sais pas d’où elle vient ni qui elle est. J’ai cherché des chenilles vertes avec Google. Aucune n’a des pattes aussi noires ni tous ces petits points noirs le long du corps.

 

12:08 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

14/01/2017

Une jolie chenille arpenteuse

J’ai trouvé cette chenille au pied de la grande table du séjour, sur le trajet vers la cuisine. Il y avait 2 possibilités pour son origine, soit le passage des légumes pour le pot-au-feu, soit le passage pour ablutions de l’azalée qui m’a été offerte le 1 janvier.

Je l’ai mise en présence de diverses feuilles, lamium pris dans le jardin, poireau, azalée. C’est l’azalée qui a gagné.

A 12h :

1 chenille azalée 002.jpg

2 chenille azalée 008.jpg

A 15h, la belle découpe dans la feuille d’azalée est incontestable.

3 chenille azalée 015.jpg

4 chenille azalée 014.jpg

5 chenille azalée rec 015.jpg

Je vais tenter de la réinstaller dans l’azalée pour qu’elle y fasse son cocon.

 

16:16 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

06/01/2017

Magnifique papillon d'hiver

Quelle surprise ce matin. Sur une porte du petit garage, celui qui n’est pas utilisé et reste fermé en hiver, j’ai vu avec admiration ce petit papillon. Quelle beauté, quelle finesse du dessin.

Il est probablement entré par un petit trou au-dessus de la porte. C’était la nuit la plus froide de la semaine, -4°, sans doute trop pour lui, il est venu chercher un peu de chaleur.

1 papillon veneux  5 janvier 2017 012.jpg

2 papillon veneux 6 janvier 2017 002.jpg

3 papillon veneux 6 janvier 2017 006.jpg

papillon rec veneux 6 janvier 2017 009.jpg

papillon rec veneux  5 janvier 2017 012.jpg

papillon aile veneux  5 janvier 2017 012.jpg

A côté d’une règle graduée que j’avais beaucoup de mal à maintenir en même temps que l’appareil photo :

4 papillon veneux 6 janvier 2017 004.jpg

Je n’ai pas trouvé son nom.

PS. J'ai trouvé. C'est la Découpure, Scoliopterix libatrix. Les adultes de deuxième génération hivernent et se réfugient dans les caves et les maisons :

http://www.lepinet.fr/especes/nation/lep/index.php?id=46420

 

15:17 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

22/10/2016

Inachis io, l'hivernation a commencé

Ma belle-fille et mes petites filles ont pour occupation principale en ce moment de ramasser des châtaignes dans la nature. Elles sont venues aujourd’hui en griller quelques-unes dans la cheminée.

Lorsque le feu a commencé, il est tombé un superbe paon du jour, heureusement intact et bien vivant quoique plutôt endormi. Il avait choisi la cheminée pour son hivernation. J’ai l’habitude d’héberger un paon du jour en hiver mais dans la pièce la plus sombre du sous-sol.

Je l’ai mis dans une chambre bien sombre persiennes fermées et porte entrouverte. Si tout se passe bien il se réveillera en février.

inachis io veneux 22 oct 2016 003.jpg

16:20 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

18/09/2016

Inachis io, le festin

Un massif de Sedum spectabile est envahi de papillons. Ce sont tous des paons du jour :

1 paon marnay 11 sept 2016 062.jpg

2 paon rec marnay 11 sept 2016 064.jpg

4 paon marnay 11 sept 2016 066.jpg

5 paon marnay 11 sept 2016 067.jpg

Je n’ai vu qu’une seule exception, un unique vulcain aux couleurs assez semblables :

6 vulcain marnay 11 sept 2016 072.jpg

Ils ignorent complètement les autres fleurs toutes proches :

3 paon marnay 11 sept 2016 073.jpg

Le paon du jour est mon papillon préféré. Parce qu’il est très beau mais aussi parce que c’est le papillon qui m’est le plus familier, même un intime souvent.

A Romilly je le vois toujours lorsque j’y suis en été. Ses fleurs préférées sont les eupatoires

7 eupatoire paon romilly 2 septembre 2012 001 (2).jpg

Et plus tôt dans l’été les veronicastrum :

8 veronicastrum paon romilly 22 juil  2012 012 (6).jpg

A Veneux je ne le vois dans le jardin qu’en fin d’hiver et début de printemps, quand les arbres ne font pas d’ombre. Si je dis que c’est souvent un intime, c’est parce qu’il rentre dans ma maison quand le temps ne lui convient pas. Il se réfugie dans la buanderie ou un garage quand il fait trop chaud en été. Le voici sur une lampe, heureusement à ampoule froide, en août :

9 lampe garage paon 18 août 2013 009.jpg

Vers novembre il entre dans la maison, sans doute à la recherche d’un lieu d’hibernation :

10 séjour paon 18 nov  2011 012.jpg

A l’occasion d’une porte ouverte il trouve un coin idéal pour l’hiver : le petit garage. C’est la seule pièce au sous-sol qui reste sombre même le jour car elle n’a pas de fenêtre. Il m’est arrivé 2 fois de condamner ce garage en hiver pour cause d’hibernation.

Un 8 décembre :

11 garage paon 8 déc 2013 001 (1).jpg

Un 30 janvier, il commence à bouger les ailes lorsque j’approche :

12 garage paon du jour ouvert 30  janv 003.jpg

Le 8 février c’est le réveil, je le trouverai dans le jardin 2 jours plus tard :

13 garage réveil paon 8  fev 020.jpg

 

20:22 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (1)

06/09/2016

La pyrale du buis, suite

J’ai trouvé de nouveau une pyrale morte dans la maison. Elles entrent probablement la nuit attirées par l’éclairage. Il y a sans doute des dégâts dans un jardin voisin.

1 pyrale buis veneux 6 sept 2016 015.jpg

2 pyrale buis veneux 6 sept 2016 020.jpg

3 pyrale buis veneux 6 sept 2016 023.jpg

4 pyrale buis veneux 6 sept 2016 019.jpg

5 pyrale buis veneux 6 sept 2016 008.jpg

6 pyrale buis veneux 6 sept 2016 017.jpg

7 pyrale buis veneux 6 sept 2016 005.jpg

Mon tout petit buis panaché n’est toujours pas atteint. Je le vérifie à fond 2 fois par jour. Il semble bien isolé entre un grand mur de 2m et de grandes plantes denses de plus de 2m. Aujourd’hui j’y ai trouvé un insecte, un seul : une coccinelle qui faisait la sieste bien abritée du soleil derrière une feuille :

8 coccinelle veneux 6 sept 2016 010.jpg

9 coccinelle veneux 6 sept 2016 003.jpg

10 coccinelle veneux 6 sept 2016 001.jpg

20:29 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

30/08/2016

D'autres pyrales

J’ai rencontré d’autres pyrales sur des plantes sauvages à Romilly.

Pyrale de l’eupatoire, Anania lancealis :

pyrale eup romi 1 sept 2013 033 (2).jpg

pyrale eup rec romi 1 sept 2013 037.jpg

Pyrale du houblon, Pleuroptya ruralis :

pyrale houblon romi 28 juin 033.jpg

pyrale houblon romi 9 août 248.jpg

pyrale houblon  romi 9 août 122.jpg

Pyrale de l’ortie, Eurrhypara hortulata :

pyrale ortie romi 16 juin 079.jpg

pyrale ortie romi 16 juin 108.jpg

pyrale ortie romi 23 mai 071.jpg

Pyrale de la menthe, Pyrausta aurata et Pyrausta purpuralis d’aspect proche :

pyrausta purpuralis.jpg

pyrausta purpuralis romi 3 juil  2012 032 (3).jpg

pyrausta purpuralis tête romi 3 juil  2012 p 037.jpg

 

20:22 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

28/08/2016

Un seul petit buis et déjà la pyrale

Le buis ne fait pas partie des plantes qui m’intéressent. Donc je n’en ai pas sauf un : un petit Buxus ‘Elegantissima’ que j’ai trouvé en cadeau dans un colis de plantes et que j’ai gardé car il est ravissant avec son petit feuillage panaché. Le 16 juillet 2016 :

1 buxus elegantissima veneux 16 juil 2016 018 (1).jpg

1 buxus elegantissima veneux 16 juil 2016 018 (5).jpg

Hier, en balayant le séjour, j’ai trouvé une petite chose qui s’agitait. C’était un petit papillon. Comme la pyrale ne fait pas partie de mes fréquentations, je ne l’ai pas reconnue et je l’ai généreusement mise dehors pour qu’elle reprenne ses esprits.

2 pyrale du buis veneux 28 août 2016 002.jpg

Ce matin je suis partie sur Internet à a recherche de son identité. Je suis alors allée vers mon petit buis. Il est intact, aucune chenille, aucune ponte sous les feuilles.

Je suppose que cette pyrale vient des buis d’un jardin voisin. Je me suis mise à espérer que mon petit buis ne serait pas reconnu à cause de son feuillage panaché. Ce n’était qu’un rêve. J’ai trouvé sur un forum des avis de décès de Buxus Elegantissima. Il ne me reste plus qu’à surveiller mon buis. Il ne doit pas être trop difficile de débarrasser un exemplaire unique de ses parasites.

 

08/07/2016

Mormo maura

Comme tous les étés, La Maure, ce grand et beau papillon de nuit, s’est installé dans mon sous-sol. Il ne vole que la nuit et ne supporte que les zones sombres et humides. Mais l’été semble enfin arrivé et il fait trop chaud et trop sec pour lui dehors. Il se réfugie donc dans la buanderie et surtout le petit garage sans fenêtre donc très sombre. Il profite de la moindre ouverture de porte pour entrer. Le grand garage ne l’intéresse pas, il a une fenêtre qui le rend trop lumineux. Je vais devoir faire en sorte que la communication entre les deux garages ne soit plus fermée, cela empêcherait les papillons de sortit la nuit.

Je crois qu’ils vont être encore plus nombreux que les années précédentes car je ne les ai remarqués que depuis hier et ils s’entassent déjà en groupes en plusieurs points du garage.

1 mormo maura 004.jpg

2 mormo maura 006.jpg

3 mormo maura 007.jpg

4 mormo maura 009.jpg

5 mormo maura 008.jpg

6 mormo maura veneux 3 juil 2015 001 (1).jpg

7 mormo maura 14 juin 2014 014.jpg

8 mormo maura romi 31 juil 2011 016.jpg

9 mormo maura rec romi 31 juil 2011 016.jpg

10 mormo maura 14 juin 2014 010.jpg

11 mormo maura romi 31 juil 2011 021.jpg

mormo maura romi 31 juil 2011 027.jpg

mormo maura romi 31 juil 2011 028.jpg

mormo maura romi 31 juil 2011 029.jpg

 

18:52 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

03/07/2016

Yponomeuta cagnagella, la naissance

Nous en étions restés au 18 juin où l’on voyait un grand nombre de cocons accolés sous des feuilles de pervenche. Il y avait un autre groupe identique sous une feuille de lierre et sans doute d’autres que je n’ai pas repérés car je n’osais bouleverser le dense tapis de pervenche au risque d’abimer les nids.

Le 24 juin, c’est identique, sauf que les cocons semblent plus nombreux. Il y en a d’autres derrière que je n’ai pu photographier sans les bousculer :

1 yponomeute veneux 30 juin 2016 010.jpg

2 yponomeute veneux 24 juin 2016 019.jpg

3 yponomeute veneux 24 juin 2016 018.jpg

On voit qu’il s’agit bien du grand hyponomeute du fusain car les cocons sont serrés les uns contre les autres, ceux du petit hyponomeute sont espacés dans le nid.

J’ai surveillé tous les jours, rien ne bougeait et ce matin 3 juillet j’ai découvert les naissances. Tout se déroule très lentement. Un papillon sorti de son cocon reste de longues minutes immobile, ouvrant ses ailes un instant à des intervalles de plusieurs minutes. D’autres, plus avancés marchent sur les feuilles ou sautent. J’en ai vu un s’envoler. Voici quelques photos dans l'ordre où elles ont été prises entre 12h39 et 18h36. Ils bougent sans cesse les antennes mais peu les ailes.

yponomeute 3 juil 2016 004.jpg

yponomeute 3 juil 2016 006.jpg

yponomeute 3 juil 2016 007.jpg

yponomeute 3 juil 2016 008.jpg

yponomeute 3 juil 2016 009.jpg

yponomeute 3 juil 2016 012.jpg

yponomeute 3 juil 2016 014.jpg

yponomeute 3 juil 2016 017.jpg

yponomeute 3 juil 2016 018.jpg

yponomeute 3 juil 2016 020.jpg

a yponomeute 3 juil 2016 021.jpg

b yponomeute 3 juil 2016 024.jpg

c yponomeute 3 juil 2016 027.jpg

d yponomeute 3 juil 2016 030.jpg

e yponomeute 3 juil 2016 031.jpg

f yponomeute 3 juil 2016 033.jpg

g yponomeute 3 juil 2016 035.jpg

h yponomeute 3 juil 2016 045.jpg

Un attroupement sur le même fruit, d’abord un :

z1 yponomeute 3 juil 2016 059.jpg

Puis deux, on voit qu’il y a 4 ailes :

z2 yponomeute 3 juil 2016 062.jpg

Enfin trois :

z3 yponomeute 3 juil 2016 067.jpg

L’allongement des ailes :

z4 yponomeute 3 juil 2016 038.jpg

z5 yponomeute 3 juil 2016 044.jpg

z6 yponomeute 3 juil 2016 050.jpg

z7 yponomeute 3 juil 2016 077.jpg

 

 

22:43 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (2)

18/06/2016

Yponomeute, des cocons bien à l'abri

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2016/06/04/l-yponom...

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2016/06/08/yponomeu...

 

La suite :

 

Le 5 juin nous avions un nid secondaire sur la pervenche plein de chenilles entassées. Le 7 elles avaient disparu et je n’ai pu les retrouver. Enfin le 16 j’ai eu la joie de trouver les cocons sous une feuille de pervenche :

0 yponomeuta veneux 16 juin 2016 006.jpg

Ce qu’elles ont fait est très intelligent. Elles ont prolongé le nid sous la feuille de pervenche et sont maintenant à l’abri de la pluie. Elles vont y former leur cocon, bien collées les unes aux autres :

1 yponomeuta veneux 17 juin 2016 008.jpg

2 yponomeuta veneux 17 juin 2016 006.jpg

3 yponomeuta veneux 16 juin 2016 007.jpg

4 yponomeuta veneux 17 juin 2016 005.jpg

5 yponomeuta veneux 17 juin 2016 003.jpg

6 yponomeuta veneux 17 juin 2016 002.jpg

Le 10 juin, je croyais que je ne les trouverais plus. J’en ai capturé une encore isolée qui descendait sur un fil de soie. J’ai pris une boite transparente avec des trous pour l’aération sur le couvercle. C’est une boite faite pour l’observation d’insectes vivants. J’y ai mis de la terre pour le cas où elle en aurait besoin. J’ai mis 2 feuilles de fusain et la chenille :

7 yponomeuta veneux 10 juin 2016 001.jpg

Elle a d’abord réussi à s’échapper par l’un des minuscules trous du couvercle. Je l’ai remise dans la boite. Elle a un peu grignoté une feuille puis a rapidement tissé des fils de soie pour s’accrocher sous le couvercle en y entrainant les feuilles. Elle a aussitôt tissé son cocon :

8 yponomeuta bocal 17 juin 2016 010.jpg

L’avantage de cette capture, c’est que, si je loupe la naissance des papillons, je pourrai au moins observer celui qui naitra dans la boite.

J’attends avec impatience les naissances.

 

21:49 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

10/06/2016

Le sphinx bourdon est toujours là

Hé oui, il est vraiment accro au seringat. Il était encore là aujourd’hui et pendant des heures puisque, chaque fois que je passais devant le seringat je l’y voyais butiner. On dit pourtant qu’il cherche des fleurs bleues ou violettes.

D’où vient-il ? Il n’y a pas de zone sauvage à l’horizon, même les bords de routes sont souvent tondus. Mais il y a les lisières de forêt à 100m. Et la femelle aime pondre sur Galium, j’en ai 2 espèces, et sur Lonicera, j’en ai aussi 2 espèces.

Malgré cette longue présence, j’ai encore eu du mal à faire de bonnes photos. Bien nourri, il me semble encore plus vif qu’hier. Je n’ai pas le temps de faire la mise au point, il est déjà ailleurs. J’ai essayé la mise au point automatique, c’est pire, elle est plus lente que moi et il faut qu’il soit au premier plan sinon la mise au point se fait sur autre chose.

Je vais tout de même vous montrer mes meilleures photos :

1 sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 045.jpg

sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 007.jpg

sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 014.jpg

sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 015.jpg

sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 024.jpg

sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 035.jpg

sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 040.jpg

sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 041.jpg

De face :

sphinx bourdon face veneux 10 juin 2016 050.jpg

La transparence des ailes montre les étamines :

sphinx bourdon étamines veneux 10 juin 2016 047.jpg

En vol :

vol sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 018.jpg

vol sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 034.jpg

vol sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 042.jpg

vol sphinx bourdon veneux 10 juin 2016 044.jpg

Une merveilleuse créature.

Je ne suis pas la seule à l'avoir vu récemment en forêt de Fontainebleau :

http://www.fontainebleau-blog.com/insectes/sphinx-bourdon...

 

 

20:27 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

09/06/2016

Un sphinx bourdon sur le seringat

Je vous ai déjà parlé de mon Philadelphus lemoinei, assez différent des Philadelphus coronarius que l’on trouve partout. Il est plus tardif, plus petit, 1m80, parce que ses branches sont arquées, et il est incroyablement parfumé. Il commence à fleurir, environ la moitié des fleurs sont ouvertes pour l’instant, mais son parfum attire déjà une multitude d’insectes, des nuées le survolent.

Il y a des bourdons, des abeilles

1 abeille veneux 9 juin 2016 004.jpg

2 abeille veneux 9 juin 2016 003.jpg

Des syrphes

3 syrphe veneux 9 juin 2016 015.jpg

Mais aussi des insectes inhabituels sur mon terrain trop boisé au fond d’une rue où les jardins n’ont rien pour les attirer à part un grand seringat.

Un superbe machaon, un fan du seringat, qui a visité presque toutes les fleurs :

4 machaon veneux 9 juin 2016 001.jpg

5 machaon veneux 9 juin 2016 002.jpg

6 machaon veneux 9 juin 2016 005.jpg

7 machaon veneux 9 juin 2016 006.jpg

8 machaon veneux 9 juin 2016 007.jpg

9 machaon veneux 9 juin 2016 008.jpg

Une abeille charpentière, xylocope :

10 xylocopa veneux 9 juin 2016 011.jpg

11 xylocope veneux 9 juin 2016 013.jpg

On voit que c’est un mâle à l’anneau brun-jaune avant l’extrémité sinueuse des antennes :

12 xylocopa rec veneux 9 juin 2016 013.jpg

Celui-là, je ne sais qui il est, peut-être une tenthrède :

13 tenthrede veneux 9 juin 2016 009.jpg

14 tenthrede rec veneux 9 juin 2016 009.jpg

Mais le clou du spectacle ce fut cet étonnant papillon devenu très rare en Ile de France parce que les prairies sauvages dont il a besoin disparaissent. Le sphinx bourdon, Hemaris tityus, aime les fleurs sauvages bleues ou violettes. C’est dire si j’ai eu de la chance de le voir sur mon seringat. Lui aussi a exploré presque toutes les fleurs mais il était si rapide que j’ai eu du mal à le photographier :

15 sphinx bourdon veneux 9 juin 2016 019.jpg

16 sphinx bourdon veneux 9 juin 2016 022.jpg

17 sphinx bourdon veneux 9 juin 2016 036.jpg

18 sphinx bourdon veneux 9 juin 2016 035.jpg

19 sphinx bourdon veneux 9 juin 2016 034.jpg

20 sphinx bourdon veneux 9 juin 2016 025.jpg

21 sphinx bourdon veneux 9 juin 2016 041.jpg

Les deux photos suivantes sont floues mais l’une montre son allure en vol, l’autre montre sa trompe et je n’ai aucune chance de revoir ce papillon et de faire de meilleures photos :

sphinx bourdon veneux 9 juin 2016 024.jpg

sphinx bourdon veneux 9 juin 2016 026.jpg

J’ai fait ces photos en moins d’une demi-heure, c’est dire s’il y avait foule.

 

08/06/2016

Yponomeuta, la période de jeûne

Lorsque nous avons trouvé les nids dans les fusains le 4 juin, les chenilles avaient déjà déserté ces nids. Je n’en ai vu qu’une encore au nid et deux ou trois qui s’en échappaient, avec une toile au-dessous dans la pervenche.

Le 5 juin je ne voyais plus que les nids vides. A midi, j’ai trouvé encore quelques chenilles qui descendaient le long d’un fil :

1 yponomeuta veneux 5 juin 2016 001.jpg

2 yponomeuta veneux 5 juin 2016 003.jpg

3 yponomeuta veneux 5 juin 2016 005.jpg

4 yponomeuta veneux 5 juin 2016 006.jpg

5 yponomeuta veneux 5 juin 2016 007.jpg

6 yponomeuta tête veneux 5 juin 2016 007.jpg

6 yponomeuta tête veneux 5 juin 2016 024.jpg

A 14h mon regard a été attiré par quelque chose qui ressemblait à un escargot sous une feuille du néflier du Japon à côté. Mais la surface de cette coquille n’était pas normale, trop irrégulière. C’est l’appareil photo qui m’a permis d’en voir les détails :

7 yponomeuta veneux 5 juin 2016 016.jpg

En recadrant, l’agrandissement permet de bien voir que cet amas de chenilles enchevêtrées est un peu maintenu par des fils de soie :

8 yponomeuta rec veneux 5 juin 2016 016.jpg

9 yponomeuta fils veneux 5 juin 2016 016.jpg

Aspect de profil de l’amas :

10 yponomeuta veneux 5 juin 2016 019.jpg

A 17h de nouvelles chenilles viennent les rejoindre :

11 yponomeuta veneux 5 juin 17h 2016 001.jpg

12 yponomeuta veneux 5 juin 2016 018.jpg

A 21h elles semblent moins adhérentes, peut-être même vont-elles décrocher de la feuille :

13 yponomeuta veneux 5 juin 2016 021.jpg

Je vous avais montré une toile tissée sur les feuilles de pervenche. Le 5 juin à 14h elle est vide :

14 yponomeuta veneux 5 juin 2016 011.jpg

A 19h elle est pleine de chenilles. Je ne sais d’où elles viennent, je ne les avais pas vues dans le fusain. Il semble en arriver de partout :

15 yponomeuta veneux 5 juin 2016 024.jpg

16 yponomeuta veneux 5 juin 2016 023.jpg

17 yponomeuta veneux 5 juin 2016 025.jpg

18 yponomeuta veneux 5 juin 2016 032.jpg

19 yponomeuta veneux 5 juin 2016 029.jpg

Le 6 elles sont très tassées :

20 yponomeuta veneux 7 juin 2016 014.jpg

Côté feuille de néflier, le 6 juin l’amas a glissé sur la feuille et les chenilles y sont moins nombreuses :

21 yponomeuta veneux 7 juin 2016 013.jpg

22 yponomeuta veneux 7 juin 2016 001.jpg

Le 7 au matin il n’en reste qu’une :

23 yponomeuta veneux 7 juin 2016 020.jpg

Et il n’en reste aucune sur la pervenche.

Où sont-elles passées ? Je pense qu’elles se sont laissé tomber au sol pour se transformer en chrysalide. Je les ai cherchées sans succès.

Il est à remarquer que du 4 au 7 juin, alors qu’elles étaient encore chenilles, elles n’ont rien mangé puisqu’elles n’étaient plus sur le fusain, leur nourriture exclusive. Le fusain a été très peu attaqué, aucune feuille supplémentaire ne manque depuis le 4 juin.

19:29 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (1)

04/06/2016

L'yponomeute a trouvé les fusains

C’est Rachel, ma belle-fille, qui a découvert ce feutrage incroyable sur un fusain d’Europe. C’est très récent puisque j’ai examiné de près mes fusains (nombreux et spontanés) pour photographier la floraison le 31 mai. Tous présentent ces zones de toiles en forme de nid mais le plus grand est le plus atteint.

1 yponomeuta veneux 4 juin 2016 003.jpg

2 yponomeuta veneux 4 juin 2016 004.jpg

3 yponomeuta veneux 4 juin 2016 005.jpg

4 yponomeuta veneux 4 juin 2016 006.jpg

5 yponomeuta veneux 4 juin 2016 007.jpg

6 yponomeuta veneux 4 juin 2016 010.jpg

C’est comme des toiles d’araignées mais en forme de nids. Ces nids font penser en plus petit à ceux de la processionnaire du pin. Lorsqu’on les a découverts à 14h, ils étaient vides mais cependant remplis de petits points noirs, les excréments des chenilles. Toute la zone couverte par chaque toile est défoliée.

J’ai aussitôt pensé qu’il s’agissait de nids de chenilles. Mais à cette heure-là elles étaient de sortie. Nous avons longuement cherché pour enfin en voir une descendant d’un nid :

7 yponomeuta veneux 4 juin 2016 002.jpg

8 yponomeuta veneux 4 juin 2016 001.jpg

9 yponomeuta rec veneux 4 juin 2016 001.jpg

C’est une chenille d’Yponomeuta cagnagella, un tout petit papillon nocturne, une des 3  espèces d’yponomeute qui ont pour hôte le fusain d’Europe. Cette chenille est minuscule, d’une épaisseur inférieure au mm, difficile à voir.

Voici un nid très récent, petit et encore propre, contenant peu d’excréments :

10 yponomeuta veneux 4 juin 2016 008.jpg

Il est prolongé par un fil qui se dirige vers le sol, on en devine un autre à sa gauche qui vient d’un autre nid. Je suis le fil vers le bas. Il aboutit à une autre zone de feutrage sur une petite pervenche qui, elle, ne sera jamais défoliée :

11 yponomeuta veneux 4 juin 2016 013.jpg

12 yponomeuta veneux 4 juin 2016 009.jpg

J’y suis retournée plusieurs fois dans l’après-midi, je n’ai pas vu de chenilles. Enfin, à 21h15, j’en trouve une. Il fait encore un peu jour. Elle grimpe le long d’un fil en se tortillant pour rejoindre un nid :

13 yponomeuta veneux 4 juin 2016 014.jpg

14 yponomeuta veneux 4 juin 2016 017.jpg

15 yponomeuta rec veneux 4 juin 2016 014.jpg

Enfin, à presque 22h, j’en trouve une dans un nid. Il fait nuit.

16 yponomeuta veneux 4 juin 2016 019.jpg

yponomeuta rec veneux 4 juin 2016 019.jpg

Je ne pourrai pas continuer mon observation, la nuit devient trop dense et je n’ai pas de lampe. On verra demain.

 

17/10/2015

La fin de la saison du houblon

Le houblon est une liane herbacée vivace mais dont toute la partie aérienne se dessèche en automne et disparait. Une plante femelle le 11 octobre :

1 humulus romi 11 oct 2015 026.jpg

2 humulus romi 11 oct 2015 019.jpg

3 humulus romi 11 oct 2015 021.jpg

4 humulus romi 11 oct 2015 020.jpg

Les écailles du cône tombent les unes après les autres. On voit bien la graine, akène qui sera disséminé par le vent :

5 humulus romi 11 oct 2015 027.jpg

6 humulus graine romi 11 oct 2015 027.jpg

7 humulus graine rec romi 11 oct 2015 027.jpg

Je me suis demandé quelle était la nature des petits grains jaunes. Je pense qu’il s’agit de restes de pollen. Voici une photo de fleur mâle, beaucoup plus lâche, avec 5 étamines aux anthères très larges portant du pollen :

8 humulus fl m romi 1 sept 2013 102 (3).jpg

9 humulus fl m romi 1 sept 2013 112 (1).jpg

Mais même lorsque toute la partie aérienne a totalement disparu, il reste toujours les racines en terre. Elles sont appréciées par la chenille de l’hépiale du houblon que je trouve partout sur le terrain lorsque je creuse un trou :

10 hepiale 12 avril 047.jpg

11 hepiale tête 5 février 065.jpg

12 hepiale avant  p romi 3 dec 020.jpg

Et cela me vaut le plaisir de voir ce charmant petit papillon l’été :

hepiale romi 1 juin 013.jpg

26/08/2015

Humulus lupulus

A Romilly la floraison du houblon sauvage, Humulus lupulus, commence dans les zones peu défrichées, sur des arbustes, sur le grillage. Le sol riche, basique et humide lui convient bien. Comme d’habitude il y a beaucoup plus de pieds femelles que de pieds mâles, je n’en ai trouvé l’explication nulle part.

Les pieds femelles produisent des cônes qui contiennent les fleurs. Ces cônes pendent :

1 humulus romi 23 août 2015 043.jpg

2 humulus romi 23 août 2015 044.jpg

3 humulus f romi 1 sept 2013 041.jpg

Il y a 2 fleurs à la base de chaque écaille. Jeune cône femelle :

4 humulus cône fem romi 31 août 2013 002 (1).jpg

4 humulus cône fem romi 31 août 2013 002 (3).jpg

On voit déjà les longs stigmates filiformes qui dépassent. Cône plus âgé, les écailles s’écartent sous la pression des ovaires qui grossissent, déjà au stade de jeunes fruits :

5 humulus infr pr rec romi 1 sept 2013 045.jpg

Les deux fleurs à la base d’une écaille, on voit les 2 stigmates de l’une des fleurs et de nombreux grains de pollen partout :

6 humulus fl rec romi 10 sept 2013 024.jpg

7 humulus fem rec romi 10 sept 2013 021.jpg

8 humulus fl rec romi 10 sept 2013 027.jpg

Les stigmates couverts de pollen :

9 humulus fl rec romi 10 sept 2013 031.jpg

Les fleurs mâles sont groupées en grappes lâches :

10 humulus m romi 1 sept 2013 049.jpg

11 humulus m romi 1 sept 2013 050.jpg

12 humulus m romi 1 sept 2013 056 (7).jpg

Les fleurs ont un périanthe à 5 lobes et 5 étamines à filet court :

13 humulus fl m romi 1 sept 2013 102 (4).jpg

14 humulus fl m romi 1 sept 2013 112 (1).jpg

16 humulus fl m romi 1 sept 2013 102 (3).jpg

Fruits aplatis, ce sont des akènes :

17 humulus infr tr pr romi 1 sept 2013 045.jpg

18 humulus fr romi 10 sept 2013 p 015.jpg

Le houblon attire plusieurs espèces de papillons. Celui que je rencontre sur mon terrain, c’est l’hépiale du houblon, Hepialus humili, dont je rencontre souvent la chenille sous terre et parfois les adultes, mâle blanc, femelle plus colorée :

19 hepiale 12 avril 045.jpg

20 hepiale mâle romi 1 juin 023.jpg

21 hepiale fem romi 9 août 051.jpg

01/08/2015

L'écaille chinée

Ce matin j’ai pu enfin sortir la troisième libellule du séjour. En effet, elle n’avait plus la force de voler plus haut que 3m. Je l’ai incitée à s’accrocher aux poils d’un balai, c’est ma méthode habituelle. La première fois, elle s’est aussitôt envolée de nouveau. La deuxième fois a été la bonne, je l’ai vite portée à l’extérieur et elle s’est envolée mais dehors. Sortir une libellule demande de la dextérité.

J’ai continué à me servir du balai mais pour nettoyer le sol. C’est alors que j’ai trouvé cette jolie écaille chinée, Euplagia ou Callimorpha quadripunctaria, malheureusement trop tard, elle était morte.

1 callimorpha quadripunctaria veneux 1 août 2015 004.jpg

2 callimorpha quadripunctaria veneux 1 août 2015 018.jpg

3 callimorpha quadripunctaria veneux 1 août 2015 021.jpg

4 callimorpha quadripunctaria veneux 1 août 2015 027.jpg

5 callimorpha quadripunctaria veneux 1 août 2015 001.jpg

6 callimorpha quadripunctaria 002 veneux 1 août 2015.jpg

7 callimorpha quadripunctaria veneux 1 août 2015 005.jpg

callimorpha quadripunctaria veneux 1 août 2015 009.jpg

Cette écaille chinée est très abondante tous les ans à Romilly mais seulement en août car elle attend, avec impatience sans doute, la floraison de l’eupatoire chanvrine :

écaille chinée romi 4 août 122.jpg

écaille romi 12 août 111.jpg

écaille romi 12 août 114.jpg

écaille romi 12 août 131.jpg

écaille romi 12 août 191.jpg

écaille tête romi 12 août 142.jpg

C’est la première fois que je la trouve à Veneux. Il y a pourtant le bois, l’eau, les plantes nourricières de sa chenille qui est polyphage. Mais l’imago s’intéresse à un nombre plus limité de plantes et c’est peut-être parce que j’ai laissé pousser quelques ronces spontanées qu’elle est venue.

14:31 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

06/07/2015

Les Maures n'aiment pas le sirocco

Sur mon terrain de Veneux il n’y a comme papillons dès que les arbres ont leurs feuilles que les Tircis amateurs de terrains boisés, en grand nombre. Les autres partent chercher le soleil ailleurs.

Mais en cas de canicule ils reviennent se réfugier dans mon bois et certains même passent les heures les plus chaudes dans la partie basse de la maison, garages et buanderie. C’est ainsi qu’il m’est arrivé d’avoir un grand nombre de Maures et parfois un Paon du jour.

Dès que la canicule a été annoncée, j’ai laissé des accès à cette partie de la maison. Et des Maures sont arrivées. Dans la partie habitée de la maison car j’avais oublié d’éteindre la lumière lorsque j’ai ouvert la porte de communication avec le garage, je l’ai attrapée facilement, elle était somnolente, et mise dans le garage :

1 mormo maura veneux 3 juil 2015 001 (1).jpg

2 mormo maura veneux 3 juil 2015 001 (2).jpg

Sur la porte du garage :

3 mormo maura veneux 3 juil 2015 001 (3).jpg

Sur les parpaings au plafond du garage :

4 mormo maura veneux 3 juil 2015 001 (4).jpg

J’en ai même vu affolées en apparence en plein jour dans le jardin. Pourtant, malgré des températures qui ont pu atteindre 40°, elles ne sont pas aussi nombreuses que l’été 2014 :

5 maure 15  août 2014 002.jpg

Pour comprendre cette différence, j’ai repris l’étude du comportement de ce beau papillon.

Mormo maura, la Maure, Old Lady Moth, est un papillon de nuit de grande taille. La chenille hiverne dans la terre et s’y nymphose en juin. Les premières émergences ont lieu en juillet. L’imago sort de terre pour se retrouver dans la fournaise actuelle. Mais la différence avec 2014 c’est que la canicule s’était produite en août alors que tous les papillons étaient sortis. En Juillet je reçois les imagos au fur et à mesure de leur émergence et ils ne sont pas encore tous là.

mormo maura 13 juil 006.jpg

mormo maura 14 juin 2014 014.jpg

mormo maura romi 31 juil 2011 019.jpg

mormo maura romi 31 juil 2011 022.jpg

mormo maura veneux 25  juil  2010 007.jpg

23:06 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (0)

17/06/2015

Melanargia galathea

C’est le demi-deuil. Il semble que ce papillon soit fréquent mais je ne le vois pas souvent. Il se fait pourtant remarquer par son teint dans l’ensemble clair et ses teintes tranchées.

1 melanargia galathea gb 14 juin 2015 099.jpg

2 melanargia  galathea gb 14 juin 2015 100.jpg