22/08/2014

Les cornouilles

Cornus mas ‘Yellow’ est très jeune, il a été planté en mars 2013. Mais il produit beaucoup plus rapidement que ‘Jolico’ qui m’a fait attendre des années. Il a fleuri en février. Il ne mesure encore qu’un mètre, il est très étroit mais il a des fruits. Ils sont jaunes avec les dimensions des cornouilles sauvages.

cornus yellow romi 17 août 2014 031.jpg

Cornus officinalis est beaucoup plus vieux. Planté en 2009, il approche 3m et il est très large et très touffu. J’y ai déjà vu des fruits en cours d’évolution mais je vois pour la première fois des fruits mûrs. Ils ne sont pas très nombreux pour la masse de feuillage. Il prend son temps. Mais ce qui est recherché chez lui, c’est la floraison, la beauté du feuillage et de l’écorce.

cornus officinalis romi 17 août 2014 038 (2).jpg

cornus officinalis romi 17 août 2014 040.jpg

Pour la taille des fruits, sur Cornus mas sauvage ils font 2cm, pour Jolico 3cm, pour officinalis un peu moins de 2cm.

20/08/2014

Euonymus phellomanus, une surprise

Les surprises sont nombreuses sur mon terrain de Romilly. En voici encore une.

Je vous avais montré mon si petit Euonymus phellomanus très récemment planté. Il n’a pas grandi, il émerge tout juste de son tapis protecteur de potentille rampante et de fraisiers des bois. Mais il a un nombre étonnant pour sa taille de fruits bien colorés mais pas encore ouverts (c’est prévu pour septembre) :

1 euo phello romi 17 août 2014 009.jpg

Je suis certaine de n’en avoir planté qu’un, celui que j’avais enfin  découvert à l’arboretum des Barres. Mais à mon dernier passage à Romilly j’ai rabattu un noisetier. Les noisetiers se ressèment partout et grandissent vite. Celui-ci commençait à étouffer un Sambucus callicarpa, un des rares sureaux rouges qui ont résisté aux inondations, et un Elaeagnus umbellata. Sous ses innombrables branches, j’ai découvert un fusain. Ce fusain n’a pas fleuri et il n’aura donc pas de fruits cette année car il ne voyait pas le soleil, entièrement couvert par le noisetier. Il est entouré de grandes lysimaques maintenant défleuries :

2 euo phello romi 17 août 2014 060 (1).jpg

3 euo phello romi 17 août 2014 060 (2).jpg

C’est un fusain ailé mais ce ne peut être Euonymus alatus, les ailettes liégeuses sont trop grandes, régulières et presque continues, c’est obligatoirement Euonymus phellomanus :

euo phello romi 17 août 2014 060 (3).jpg

euo phello romi 17 août 2014 060 (4).jpg

euo phello romi 17 août 2014 060 (5).jpg

euo phello romi 17 août 2014 060 (6).jpg

euo phello romi 17 août 2014 060 (7).jpg

euo phello romi 17 août 2014 060 (8).jpg

euo phello romi 17 août 2014 060 (9).jpg

euo phello romi 17 août 2014 060 (10).jpg

Mais d’où vient-il ? Même si on me l’avait vendu par erreur comme E. alatus, je ne l’aurais jamais planté à cet endroit au ras d’un tronc de noisetier et dans les branches d’un sureau. Un semis spontané ? Mais il n’y en a certainement pas dans les jardins alentour, c’est une espèce trop rare. Il y a bien à 10km à Marnay un fusain étiqueté phellomanus mais nous en avions discuté, il a trop peu d’ailettes. A moins que ce soit bien un phellomanus mais très vieux : c’est bien un fusain mais il n’a même pas les ailettes de alatus, juste des traces. Les oiseaux peuvent sans doute transporter des graines à cette distance.

Mon activité sur le blog va peut-être se ralentir un peu dans les prochains jours. A partir de mardi prochain, nous serons 5 à la maison et il va falloir tout réorganiser.

14:15 Publié dans euonymus | Lien permanent | Commentaires (2)

18/08/2014

Le coma de la sittelle

Un grand bruit que je connais bien car il arrive qu’un oiseau s’assomme sur une vitre. Dans ce cas je reste près de l’oiseau jusqu’à ce qu’il se réveille car les chats, pas seulement le mien, sont nombreux. Mais cette fois cela s’est passé sur une vitre étroite et à l’ombre sous un arbre et cernée de murs. Comment cette adorable sittelle a-t-elle pu se fourvoyer ?

Elle n’a pas perdu complètement conscience puisqu’elle s’accroche fermement sur le mur. Rapidement la tête pend, le bec s’ouvre. Je la touche, elle ne réagit pas. Au bout de quelques minutes, le bec se ferme, la tête se redresse, elle examine les alentours. Mais elle ne s’envolera que 12 minutes après le choc. Les photos sont dans l’ordre de prise de vue :

sittelle 18 août 2014 001.jpg

sittelle 18 août 2014 004.jpg

sittelle 18 août 2014 005.jpg

sittelle 18 août 2014 006.jpg

sittelle 18 août 2014 007.jpg

sittelle 18 août 2014 008.jpg

sittelle 18 août 2014 009.jpg

sittelle 18 août 2014 011.jpg

19:52 Publié dans Oiseaux | Lien permanent | Commentaires (0)

Lycium chinense

 

La baie de Goji est à la mode. On la trouve sur tous les catalogues de plantes. Ce qui est généralement proposé, c’est Lycium barbarum. J’en ai acheté 2 plants et les ai installés à Romilly. L’un d’eux n’a pas vécu longtemps. Le deuxième végète depuis 3 ou 4 ans et n’a jamais fleuri. Il a un tronc et une branche latérale très longue mais avare en petites feuilles :

1 lycium barbarum romi 5 juin 2013 027.jpg

Et pourtant depuis plusieurs années j’admire à Marnay sur Seine un superbe Lycium exubérant et couvert de fruits. Le 21 septembre 2013 :

2 lycium chinense marnay 21 sept 2013 040 (5).jpg

C’est à 10 km de mon terrain, même terre, même climat. Tout y est identique, même les inondations. Mais ce n’est pas Lycium barbarum, c’est une espèce très proche également utilisée pour ses baies. C’est Lycium chinense.

J’ai donc décidé de le tenter. J’en ai planté deux à Veneux dont un qui s’appelle Q1 et deux à Romilly. A Romilly l’un des deux a vite disparu. Mais il était minuscule, même pas lignifié, et je pense qu’il a été dévoré. Vous savez, les limaces, celles qui mangent même l’écorce des Zanthoxylum. L’autre était plus développé et sa réussite dépasse mes espérances. Je l’ai planté près de mon nouveau grillage le 4 avril :

3 lycium romi 4 avril 2014 112.jpg

Je l’ai planté près d’un actinidia que je croyais assez sage pour ne former qu’un tronc en partie basse et un fuchsia rustique aux fruits comestibles que je voulais accrocher au grillage pour garnir la partie basse de l’actinidia. Est-ce l’été humide (un bonheur pour moi), les trois plantes ont pris aussitôt une ampleur que je n’avais pas prévue.

J’ai accroché au grillage une tige très touffue du lyciet d’1m80 mais il y en a 2 autres aussi volumineuses qui rampent et ne gêne pas leurs compagnons :

 

4 lycium chinense romi 17 août 2014 074.jpg

La tige transversale que l’on voit en bas de la photo, c’est une tige d’actinidia imprévue car elle part du bas du tronc et a emballé le lyciet et le fuchsia. Le fuchsia regia ssp reitzii a lui aussi démarré en trombe. Il porte plusieurs branches de déjà plus d’un mètre et s’apprête à fleurir pour donner ensuite des fruits délicieux :

5 actinidia tige romi 17 août 2014 077.jpg

6 fuchsia romi 17 août 2014 075.jpg

7 fuchsia romi 17 août 2014 076.jpg

http://www.jardindumorvan.com/fuchsia-regia-reitzii-4514-...

Je vais devoir déplacer le lyciet cet automne. Son exubérance équivalente à celle de celui de Marnay m’oblige à lui trouver un vaste emplacement. Les différences les plus visibles avec Lycium barbarum : des feuilles beaucoup plus grandes et des fruits plus allongés. Il n'est presque pas épineux (ou pas du tout, je n'ai rien senti). Ces deux lyciets poussent naturellement en France ainsi qu'un troisième, le plus autochtone mais très épineux, Lycium europaeum.

14:07 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

17/08/2014

Un bergénia remontant ?

J’ai trouvé 2 pieds de cette plante ravissante sur mon terrain de Romilly. Je l’ai probablement plantée mais je ne sais plus ce que c’est. Cela ressemble bigrement à un Bergenia. Seul problème : ce n’est pas du tout la date de floraison d’un bergénia.

1 bergenia romi 9 août 2014 058.jpg

2 bergenia romi 9 août 2014 056.jpg

3 bergenia rec romi 9 août 2014 057.jpg

J’ai cherché. Et j’ai trouvé que le Bergenia ‘Morgenröte’ (Morning Red) est remontant ! Après avoir vu une deuxième floraison sur 2 espèces de Viburnum, plus rien ne peut m’étonner.

J’ai un autre mystère (pour moi du moins) à vous soumettre. J’ai vu cette plante au retour. Elle occupe un très vaste champ. C’est une petite plante, environ 30cm. C’est la première fois que je remarque cette culture. Je compte sur vous pour me donner son nom :

champ romi 17 août 2014 087.jpg

romi 17 août 2014 079.jpg

romi 17 août 2014 080.jpg

romi 17 août 2014 081.jpg

romi 17 août 2014 082.jpg

romi 17 août 2014 083.jpg

romi 17 août 2014 084.jpg

romi 17 août 2014 085.jpg

romi 17 août 2014 086.jpg

romi 17 août 2014 087.jpg

19:57 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (2)

16/08/2014

Le sureau blanc

Le sureau blanc, Sambucus canadensis, est l’équivalent américain de notre sureau noir. Plus petit, 3m maxi, mais plus touffu, il lui ressemble beaucoup. Il est utilisable en cuisine de la même façon. Ses fleurs sont odorantes mais une odeur qui m’est agréable alors que pour moi celles du sureau noir sentent la pisse de chat. Les fruits sont plus petits mais en corymbes plus vastes.

Ce sureau constitue aujourd’hui l’essentiel de ma culture de sureaux à Romilly. En effet, à l’exception de deux Sambucus nigra ‘Aurea’, tous les sureaux noirs ont été décimés par les inondations prolongées de 2013. Le terrain est resté sous 40cm d’eau des premiers jours de mai jusque vers le 10 juin. Quelques sureaux noirs repartent difficilement et seulement cette année à partir du tronc mais ils sont encore très minables. Lorsque l’eau s’est retirée les sureaux blancs avaient des feuilles pendantes mais déjà de jeunes corymbes. Le 5 juin 2013, encore dans l’eau :

1 canadensis romi 5 juin 2013 020.jpg

Ils ont vite repris un aspect normal, comme si rien ne s’était passé. Le 3 août 2013 :

2 canadensis rec romi 3 août 2013 028 (1).jpg

Magnifique, n’est-ce pas ? La particularité de la floraison du sureau blanc, c’est que, si elle commence un mois plus tard que celle du sureau noir, elle dure plus longtemps, jusqu’en septembre. Le 7 septembre 2013 :

3 canadensis max romi 7 sept 2013 040 (2).jpg

Alors, fruits et fleurs cohabitent sur le même arbuste. Même en 2013 je n’ai pas été privée de fruits :

4 canadensis romi 17 oct 2013 035.jpg

5 canadensis 21 sept 2013 173 (4).jpg

Puis ils ont subi une deuxième inondation prolongée de 4 semaines. Cette année, ils sont toujours aussi beaux. Photos du 22 juin et du 1 juillet :

6 canadensis romi 22 juin 2014 002 (3).jpg

7 canadensis romi 1 juil 2014 109.jpg

Le sureau blanc a un comportement intermédiaire entre les sureaux ligneux et les sureaux herbacés. Il possède en effet des rhizomes et il drageonne. Dans cette zone, je n’ai planté qu’un seul sureau blanc. C’est ‘Nova’, un sureau qui serait autofertile. Je ne peux le vérifier car j’ai plusieurs variétés sur le terrain. Pour la pollinisation, comme c’est le cas pour beaucoup d’arbres fruitiers, il faut planter 2 variétés. A droite de la jardinière, vous voyez plusieurs troncs qui ne partent pas tous du même point. A l’extrême droite on voit même les feuilles d’un jeune drageon. A gauche il y a un autre drageon de belle taille, à presque 2m de distance. J’en ai même trouvé un autre plus jeune à côté de lui.

8 canadensis romi 9 août 2014 044 (2).jpg

Et j’ai déjà donné des drageons de ‘Nova’. Mais voici d’autres sureaux blancs qui drageonnent :

canadensis drageons romi 20 avril 2013 168.jpg

canadensis romi 1 juil 2014 107.jpg

canadensis romi 9 août 2014 046.jpg

canadensis romi 21 mai 052.jpg

20:19 Publié dans Sureaux | Lien permanent | Commentaires (0)

15/08/2014

L'invasion des maures

Je suis allé faire une lessive et en passant par le petit garage pour atteindre la buanderie, j’ai découvert un spectacle incroyable : des dizaines de Maures, Old Lady Moth, Mormo maura. Ce grand papillon de nuit est un habitué de la maison, je vous l’ai déjà montré, mais je n’en avais jamais vu autant. Isolés ou agglomérés, il y en a plein le plafond et le haut des murs, au moins une cinquantaine. Admirez l’attroupement sur la première photo  :

maure 15  août 2014 001.jpg

maure 15  août 2014 002.jpg

maure 15  août 2014 003.jpg

maure 15  août 2014 004.jpg

maure 15  août 2014 005.jpg

maure 15  août 2014 006.jpg

Ce garage était fermé et très sombre. Les maures sont entrées par l’autre garage, entrouvert et très éclairé et sont venues dans le garage sombre par la porte de communication ouverte. Il n’y en a pas une seule dans le garage trop lumineux car elles sont lucifuges. Je pense que la cause de leur présence, c’est la pluie, pas le déluge mais souvent une pluie prolongée.

Il y a un seul papillon d’une autre espèce, c’est l’autre habitué des lieux, le paon du jour. Il a sans doute décidé de faire une sieste en attendant un temps plus propice au butinage. J’en ai souvent un, été comme hiver car il se protège de la chaleur, du froid, et donc aussi de la pluie.

paon 15 août 2014 001.jpg

12:05 Publié dans papillons | Lien permanent | Commentaires (2)

Phlox paniculata

J’avais acheté en 2011 deux belles touffes de phlox ras du sol :

1 phlox romi 26 juil 2011 061 (1).jpg