Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09/03/2017

Eriobotrya japonica en Ile de France

1 eriobotrya jardiland 8 mars 2017 IMG_2731.jpg

Ce joli petit arbre au grand feuillage persistant d’aspect exotique est un néflier du Japon, Eriobotrya japonica. Rien à voir avec notre néflier sauvage, Mespilus germanica, au feuillage ordinaire et caduc et aux fruits à peine mangeables même blets. Les fruits du néflier du Japon sont délicieux.

Celui-ci se trouve sur le parking Jardiland à Dammarie-lès-Lys près de Melun. Il est exposé à tous les vents.

Eriobotrya japonica est bien rustique en Ile de France. J’en ai un qui a plus de 30 ans et a toujours gardé un feuillage impeccable, même après l’hiver de 1985 au gel incroyable. Cependant il n’est planté en Ile de France que comme arbre décoratif, très décoratif. Jusqu’à présent on n’espérait pas obtenir des fruits parce qu’il fleurit en automne et fleurs ou fruits sont décimés par le gel en hiver.

Que se passe-t-il depuis 2 ans ? J’ai obtenu 1 nèfle l’an dernier. Est-ce un accident ou un début ? Peut-être s’adapte-t-il au climat. D’une part les hivers sont moins froids, même l’anticyclone de Sibérie n’a pas réussi à obtenir les gels extraordinaires de 1985, chez moi, pas au-delà de -8°C. D’autre part la date de floraison semble reportée à la fin de l’hiver comme vous pouvez le voir sur ces photos du 8 mars.

Il y a des bouquets de fleurs au bout de presque toutes les branches :

2 eriobotrya jardiland 8 mars 2017 IMG_2734.jpg

3 eriobotrya jardiland 8 mars2017 IMG_2733.jpg

4 eriobotrya jardiland 8 mars 2017 IMG_2732.jpg

eriobotrya rec jardiland 8 mars 2017 IMG_2732.jpg

Le mien est encore plus en retard, les boutons floraux sont encore fermés. Ils ont maintenant toutes chances d’échapper à des gels dangereux, les fleurs sont détruites à partir de -5°C.

J’ai 2 semis « spontanés », des noyaux semés par mon fis, c’est son habitude, après consommation de nèfles. Je vais leur trouver un endroit plus abrité, moins exposé au vent, près de la chaleur de la maison, pour tenter une production. La croissance est en général rapide.

Ce gros retard de floraison, est-ce une adaptation au climat de la région ? Pourtant l'an dernier il avait fleuri en octobre. J'avais obtenu sa première nèfle parce qu'il n'avait presque pas gelé. Ou bien a-t-il un station météo interne et performante qui lui permet de programmer correctement sa floraison ? C'est la question que je me suis posée cette année à l'hiver bien froid et où toutes les plantes à floraison hivernale (un record pour le camellias) ont beaucoup retardé leur date de floraison.

 

 

10:49 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (4)

08/03/2017

Des fleurs par milliers

C’est la période de l’année où mon jardin est le plus fleuri. Je vous ai montré les arbustes mais ils reposent sur des tapis de fleurs où volètent déjà abeilles et bourdons :

abeille hellébore veneux 1 fev 2017 001 (4).jpg

abeille veneux 3 mars 2017 IMG_2690.jpg

abeille veneux 28 fev 2015 039.jpg

bourdon veneux 2 mars 2017 IMG_2666.jpg

cyclamen hederifolium veneux 19 fev 2017 002.jpg

galanthus veneux 15 fev 2015 010.jpg

iris veneux 2 mars 2017 IMG_2668.jpg

narcissus pseudo narcissus veneux 27 fev 2017 009.jpg

scilla bifolia veneux 18 mars 2015 013 (6).jpg

scilla bifolia veneux 19 mars 2013 002 (1).jpg

scilla bifolia veneux 19 mars 2013 010 (1).jpg

scilla bifolia veneux 19 mars 2013 010 (2).jpg

veneux 5 mars 2017 002.jpg

veneux 5 mars 2017 003.jpg

veneux 5 mars 2017 004.jpg

veneux 5 mars 2017 005.jpg

veneux 5 mars 2017 006.jpg

veneux 5 mars 2017 007.jpg

veneux 5 mars 2017 008.jpg

veneux 27 fev 2017 007.jpg

vinca veneux 3 mars 2017 IMG_2696.jpg

 

00:38 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (0)

06/03/2017

Mahonia japonica et bientôt aquifolium

La floraison des Mahonia x media est maintenant terminée. Ils sont en fleurs souvent dès novembre et jusqu’en février, Charity d’abord, vite suivi par Winter Sun.

Pour prolonger leur floraison, j’ai planté plus récemment deux exemplaires d’un de leurs parents, Mahonia japonica. Ils sont encore en début de floraison, une floraison qui commence par la base de l’épi. Très jeunes, ils sont déjà bien fleuris pour leur taille mais ils ne dépasseront jamais 1m50.

1 mahonia japonica veneux 3 mars 2017 IMG_2669 (1).jpg

2 mahonia japonica veneux 3 mars 2017 IMG_2669 (2).jpg

3 mahonia japonica veneux 3 mars 2017 IMG_2669 (3).jpg

4 mahonia japonica fl veneux 3 mars 2017 IMG_2669 (2).jpg

5 mahonia japonica fl veneux 3 mars 2017 IMG_2669 (3).jpg

Et Mahonia aquifolium est encore en boutons mais se prépare déjà à prendre le relai. J’en ai maintenant 2 variétés. La variété présente sur le terrain il y a 40 ans et sans doute depuis bien plus longtemps s’est complètement naturalisée et envahit un peu plus le terrain chaque année par marcottage et semis. Elle se marcotte facilement parce que son port est souple et les branches touchent souvent le sol. Elle atteint 1m sur une grande partie du terrain mais environ 1m40 dans une zone, sans doute par différence d’ensoleillement. Ses feuilles ne sont pas très piquantes malgré leur aspect. Aujourd’hui les bourgeons floraux sont très avancés :

6 mahonia aquifolium veneux 4 mars 2017 IMG_2675.jpg

Une autre variété, à l’entrée du terrain au bord de la rue, est plus récente. C’est sans doute un semis à partir d’un terrain voisin. Elle est très semblable, mêmes feuilles, mêmes fleurs, même période de floraison mais elle est davantage lignifiée, tronc et tiges sont plus dressés, et les feuilles ont une teinte d’un rouge plus marqué en hiver :

7 mahonia aquif 2 IMG_2662 (1).jpg

8 mahonia aquif 2 fl IMG_2662 (2).jpg

Si vous regardez bien, les feuilles de Mahonia japonica ont un pétiole et des nervures jaunes, ceux de Mahonia aquifolium sont rouges.

Ensuite, je n’aurai pas de floraison de mahonia en été. Les floraisons reprendront avec Cabaret fin août et Soft Caress en octobre, Charity en novembre …

Je n’ai pas trouvé de mahonia pour combler le trou en été.

Tous ces mahonias ont un très beau feuillage persistant qui contribue à un aspect vivant du jardin en hiver.

19:33 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (0)

05/03/2017

Le lent réveil des Camellia

Le plus précoce cette année était Elsie Jury. Je vous ai montré ses premières fleurs le 9 février. Il est maintenant en pleine floraison. Les fleurs les plus anciennes sont déjà tombées au sol car il présente l’avantage de ne pas garder les fleurs fanées pour rester toujours beau.

Je n’ai pu le photographier en entier car il est très grand et je n’ai pas pu avoir suffisamment de recul :

1 elsie 3 mars 2017.jpg

2 elsie  29 fev 015.jpg

D’autres camellias s’éveillent peu à peu :

Spring Promise

3 spring promise 3 mars 2017 IMG_2692.jpg

3 spring promise 23 mars 022.jpg

Mme Martin Cachet

4 mme martin cachet veneux 5 mars 2017 001.jpg

5 mme martin cachet veneux 5 mars 2014 023 (5).jpg

11:13 Publié dans camellia | Lien permanent | Commentaires (0)

03/03/2017

Bombus terrestris peut-il faire un AVC ?

C’est la question que je me suis posé devant le comportement de ce bourdon terrestre, le bourdon cul blanc, Bombus terrestris.

Alors que je me dirigeai vers la boite aux lettres, mon regard a été attiré par une grosse tache noire dans un crocus. Je me suis approchée, il m’a semblé que c’était un bourdon mort, du moins totalement immobile ce qui n’est pas habituel pour un bourdon. Je suis repartie vers la maison pour prendre mon appareil photo. Il était toujours totalement inerte. Je suis repartie pour chercher le courrier. Au retour j’ai pris les photos. Il s’est écoulé 5 minutes entre la première et la dernière photo (comptage exact de l‘APN) et il faut ajouter 3 minutes environ depuis la première constatation. En tout 3 à 4 mn d’immobilité totale. Les photos sont dans l’ordre de prise de vue :

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (1).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (2).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (3).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (4).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (5).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (6).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (7).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (8).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (9).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (10).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (11).jpg

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (12).jpg

Enfin, il s’envole :

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (13).jpg

Le crocus, apparemment intact après son passage :

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (14).jpg

Je pense qu’il s’agit d’une jeune reine car elle est grande. On peut apprécier sa taille sur cette photo.

bourdon coma veneux 3 mars 2017 (10).jpg

On voit qu’elle fait légèrement plus que 2 fois la largeur de l’ensemble des stigmates. J’ai mesuré la largeur de ce groupe de 3 stigmates : 10mm. Or, une ouvrière ou un mâle ne dépassent jamais 18mm. Les jeunes reines fécondées sont les seules à survivre à l’hiver et en fin d’hiver elles installent le nid pour leur colonie, pondent les œufs et assurent l’approvisionnement au début. Celle-ci venait peut-être tout juste de réveiller et s’est rendormie dans le crocus.

Le même jour, un autre cul blanc sur une fleur d’hellébore fétide :

bourdon hellébore veneux 3 mars 2017.jpg

 

20:07 Publié dans Animaux | Lien permanent | Commentaires (4)

01/03/2017

Le premier forsythia

Joli spectacle ce matin entre les deux petites mares :

forsythia suspensa veneux 1 mars 2017 001.jpg

forsythia suspensa veneux 1 mars 2017 002.jpg

forsythia suspensa veneux 022 (2).jpg

forsythia veneux  026.jpg

Je n’ai pas vu d’autres forsythias en fleurs dans le quartier. Cela n’a rien d’étonnant car celui-ci est un Forsythia suspensa et non un Forsythia x intermedia le plus souvent planté et il fleurit toujours quelques jours plus tôt. Ce qui est plus étonnant, c’est que le pied mère, dont il est issu par marcotte spontanée, situé de l’autre côté de la maison et beaucoup plus grand n’est pas encore en fleurs.

On dit que le forsythia annonce le printemps.

 

16:39 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (0)

27/02/2017

Lonicera fragrantissima

Le chèvrefeuille d’hiver, Lonicera fragrantissima n’est pas en avance mais le voilà enfin nettement fleuri. Et, comme les autres hivers il n’aura pas été caduc, il va bientôt perdre ces feuilles par la poussée des jeunes feuilles plus vertes.

1 lonicera fragrans veneux 27 fev 2017 001.jpg

2 lonicera fragrantissima veneux 27 fev 2017 002.jpg

3 lonicera fr fleurs 6 mars 027.jpg

3 lonicera fragrantissima veneux 27 fev 2017 006.jpg

4 lonicera fragrantissima veneux 27 fev 2017 003.jpg

5 lonicera fragrantissima veneux 27 fev 2017 004.jpg

6 lonicera fr 3 mars 2011 002.jpg

7 lonicera fr 3 mars 2011 004.jpg

Le calice frangé et bordé de rose est ravissant :

8 lonicera frag calice veneux 16 janv 2015 002.jpg

Les clients sont nombreux :

lonicera frag veneux 8 mars 2015 048 (2).jpg

lonicera frag veneux 8 mars 2015 048 (4).jpg

lonicera frag veneux 8 mars 2015 048 (10).jpg

lonicera frag veneux 8 mars 2015 048 (12).jpg

lonicera frag veneux 8 mars 2015 048 (14).jpg

lonicera frag veneux 8 mars 2015 048 (15).jpg

lonicera frag veneux 8 mars 2015 048 (17).jpg

 

12:21 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (0)

26/02/2017

Zanthoxylum subtrifoliatum

C’est le seul Zanthoxylum à feuillage totalement persistant en hiver chez nous (au moins jusqu’à -12° ou -15°). Je l’avais découvert au Jardin des Plantes de Paris mais je n’ai pu le trouver car l’étiquette du Jardin des Plantes est incomplète, il y manque l’essentiel, la variété :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2014/11/06/un-zanth...

A force de le chercher, j’ai fini par trouver son nom complet à la pépinière des Avettes mais je n’ai pu l’obtenir qu’à l’automne 2015.

C’est Zanthoxylum armatum (= alatum = planispinum) variété subtrifoliatum. Zanthoxylum armatum produit une épice proche du poivre de Sichuan qui commence à être appréciée et recherchée, une saveur poivrée agrémentée d’un fort parfum d’agrume. C’est le poivre de Timut, une merveille gustative à ce qu’on en dit.

https://www.bienmanger.com/1F10117_Poivre_Timut.html?ope=...

http://www.aromatiques.com/fr/poivres-et-baies/162-poivre...

Mon jeune Zanthoxylum subtrifoliatum est arrivé chez moi le 20 août 2015 :

1 zanthoxylum subtrifoliatum 20 août 2015 002.jpg

Il était très épineux avec les ailettes caractéristiques sur la nervure centrale de ses feuilles :

2 zanthoxylum subtrifoliatum 20 août 2015 006.jpg

3 zanthoxylum subtrifoliatum 20 août 2015 007.jpg

Il a gardé son feuillage le premier hiver. Il a maintenant un peu plus d’un an et vient de passer son 2è hiver en gardant tout son feuillage d’un vert resplendissant. Il mesure environ 1m20. Juste un petit problème pour la photo : l’hellébore fétide exubérant l’a envahi mais il le dépasse déjà un peu :

4 zanthoxylum subtrifoliatum veneux 26 fév 2017 004.jpg

5 zanthoxylum subtrifoliatum veneux 26 fév 2017 001.jpg

6 zanthoxylum subtrifoliatum veneux 26 fév 2017 002.jpg

7 zanthoxylum subtrifoliatum veneux 26 fév 2017 003.jpg

8 zanthoxylum subtrifoliatum veneux 26 fév 2017 005.jpg

 

Je n’ai pas l’intention de déplacer l’hellébore (énorme, pas déplaçable sans casse) ni le Zanthoxylum qui  va bientôt faire une poussée de croissance en hauteur et deviendra peu à peu un petit arbre. Ils n’occuperont donc pas le même étage et formeront un bel ensemble.

Il y a quelques mois un élagage de voyous sur le terrain voisin derrière le mur (abattage d’un arbre magnifique, sans doute centenaire, qui ne gênait personne) a brisé une branche de mon petit poivrier.On voit bien sur les photos que la tige verticale, la flèche, a été cassée, elle se termine par une feuille et 2 épines. Sans cet incident il serait plus grand.

De rage j’ai piqué cette branche dans un pot, sans autre précaution et je l’ai laissée dehors tout l’hiver. Et, miracle, j’ai un nouveau poivrier. Je n’ai planté qu’une tige simple et maintenant il y en a au moins deux. De plus une jeune touffe se forme entre les deux tiges :

9 zanthoxylum subtrifoliatum 2 veneux 26 fév 2017 006.jpg

10 zanthoxylum subtrifoliatum veneux 26 fév 2017 007.jpg

zanthoxylum subtrifoliatum centre veneux 26 fev 2017 001.jpg

Contrairement au pied mère qui pousse sur un tronc unique, celui-là sera multi tronc. Il sera touffu et dense. C’est tout à fait ce qu’il me faut pour cacher le dépôt inesthétique d’un autre voisin.

 

23/02/2017

Cornus, Taxus, Clematis, ça bouge

Le printemps météorologique, celui qui correspond le mieux au radoucissement des températures, commence dans moins d’une semaine, et les plantes semblent en être informées.

Cornus mas exhibe sa floraison, certes encore discrète :

1 cornus mas veneux 23 fev 2017 001.jpg

Mais on aperçoit déjà des étamines :

 

2 cornus mas veneux 23 fev 2017 002.jpg

 

Mon if, Taxus baccata mâle, ne m’a pas noyée sous son pollen mais il se tient prêt :

3 taxus mâle veneux 23 fev 2017 004.jpg

La première fleur de Clematis armandii s’est ouverte ce matin. Je n’ai pu faire une meilleure photo car elle se trouve au sommet de la liane et je n’ai pu la voir que depuis la cuisine :

4 clematis armandii veneux 23 fev 2017 012.jpg

Un crocus s’est ressemé là où je n’aurais jamais osé le planter :

5 crocus veneux 23 fev 2017 013.jpg

Les premiers petits Iris reticulata noyés dans le feuillage du Sternbergia :

6 iris veneux 23 fev 2017 007.jpg

7 iris veneux 23 fev 2017 008.jpg

J’ai trouvé la première Scilla bifolia au ras de la maison. Cette adorable minuscule scille à deux feuilles est une sauvageonne qui existait déjà sur le terrain il y a 40 ans et étend son territoire lentement mais avec entêtement :

8 scilla bifolia veneux 23 fev 2017 015.jpg

9 scilla bifolia veneux 23 fev 2017 016 (2).jpg

Et les tout aussi sauvages jonquilles commencent à conquérir le territoire des perce-neige :

10 jonquilles veneux 23 fev 2017 006.jpg

Prunus subhirtella automnalis se décide à fleurir. Il m’a beaucoup déçue cette année. Il n’a pas du tout fleuri en automne et en hiver et pour un Prunus de printemps il n’est pas sérieux, ses fleurs sont trop petites :

prunus autumnalis veneux 23 fev 2017 010.jpg

 

21/02/2017

Le prix Cognacq-Jay

Lorsque j’étais jeune, on parlait tous les ans du prix Cognacq-Jay attribué à des familles nombreuses, 5 enfants ou plus. Mais cette famille bat tous les records :

famille nombreuse 6 juillet 001.jpg

famille nombreuse mère 6 juillet 001.jpg

En fouillant dans mes photos d’oiseaux, j’ai retrouvé avec plaisir cette photo. J’ai compté 12 petits, parfaitement disciplinés. J’avais rencontré cette famille dans un chemin et ma voiture ne les a pas impressionnés. J’ai dû suivre la troupe au pas. J’ai pris la photo de l’intérieur de la voiture de peur de les faire fuir en sortant.

 

18:19 Publié dans Oiseaux | Lien permanent | Commentaires (0)

La première jonquille

La première jonquille sauvage, Narcissus pseudonarcissus, s'est ouverte aujourd'hui. C'était mon petit plaisir du jour :

narcissus pseudonarcissus veneux 21 fev 2017 001.jpg

 

20/02/2017

Si mignon, le troglodyte

Adorable, vif, à peine 9 g, c’est le plus petit oiseau d’Europe après le roitelet. Impossible de ne pas le reconnaitre par sa petite taille, son petit corps tout rond surmonté d’une petite queue qu’il tient le plus souvent verticale, son sourcil blanc, son bec si pointu, son hyperactivité, sa conversation permanente.

J’ai fait sa connaissance pour la première fois il y a très longtemps, à une époque où je ne faisais pas de photo et c’est dommage car le spectacle dans le garage en valait la peine. J’avais rentré la voiture en marche arrière et j’avais donc la porte grande ouverte devant moi. Je suis restée figée, j’avais la vision d’un projectile, trop petit et trop rapide pour comprendre ce que c’était, qui passait et repassait devant la porte. Je suis sortie et j’ai pu le reconnaitre car il s’entêtait devant le garage. Et j’ai fini par comprendre pourquoi. A l’époque j’améliorais l’isolation du dernier étage et il y avait tout au fond du garage une grande poutre en polystyrène posée verticalement. Il avait fait un nid au sommet de cette poutre. J’ai fermé le garage pour qu’il n’insiste pas. Ce n’était pas grave car il fait toujours plusieurs nids qu’il fait visiter à sa dulcinée pour qu’elle en choisisse un.

Je le vois depuis très souvent. Mais il n’est pas facile de le photographier, il est si rapide.

1 troglodyte veneux 23 janv 2016 036.jpg

Je l’ai souvent revu dans la maison et là, c’est plus facile. En voici un, sans doute un jeune, affolé, un 26 juin :

2 troglo 26 juin 2010 004.jpg

3 troglo 26 juin 2010 001.jpg

4 troglo 26 juin 2010 008.jpg

5 troglo 26 juin 2010 009.jpg

Et un autre un 21 novembre :

6 troglo 21 nov 2014 003.jpg

7 troglo 21 nov 2014 004.jpg

 

 

19/02/2017

Galanthus

La grande vague blanche est à son maximum devant la maison.

1 galanthus veneux 19 fev 2017 003.jpg

2 galanthus veneux 19 fev 2017 006.jpg

3 galanthus veneux 15 fev 2017 008.jpg

4 galanthus veneux 19 fev 2017 004.jpg

5 galanthus elwesii veneux 19 fev 2017 005.jpg

Mais des grosses touffes de perce-neige, il y en a partout sur les 1500 m2 du terrain. Cela se ressème partout, le moindre interstice entre deux dalles est envahi :

6 galanthus nivalis veneux 9 fev 2017 014.jpg

La grande vague jaune va bientôt suivre, elle se prépare déjà :

7 narcissus pseudonarcissus veneux 19 fev 2017 007.jpg

narcissus pseudonarcissus veneux 19 fev 2017 001.jpg

15/02/2017

Les crocus sont là

Hier, je n’ai rien vu. Et ce matin, c’est la surprise, l’explosion des petits crocus botaniques :

1 crocus veneux 15 fev 2017 001.jpg

2 crocus veneux 15 fev 2017 002.jpg

3 crocus veneux 15 fev 2017 003.jpg

4 crocus veneux 15 fev 2017 004.jpg

5 crocus veneux 15 fev 2017 005.jpg

6 crocus veneux pr 15 fev 2017 006.jpg

La fleur présente 3 sépales, 3 pétales, d’aspect à peu près identique, 3 étamines (6 pour le colchique), un pistil qui se divise en 3 parties qui restent assez fines, avec un stigmate légèrement évasé :

7 crocus stigmate fin veneux 15 fev 2015 001.jpg

8 crocus stigmate fin veneux 15 fév 2015 001.jpg

9 crocus stigmate fin veneux 15 fév 2015 002.jpg

Mais parfois des stigmates très élargis :

10 crocus stigmate évasé veneux 15 fév 2015 003.jpg

11 crocus stigmate évasé veneux 15 fev 2015 006.jpg

J’ai surpris cet insecte qui semble avoir tellement bien collé à l’anthère qu’il l’a courbée et porte des grains de pollen :

crocus anthère insecte veneux 15 fév 2015 005.jpg

 

18:58 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (0)

14/02/2017

Pics et sittelle, les tambourineurs

Dans notre région on peut rencontrer 4 espèces de pics. Par ordre de taille : le pic vert, 33 cm, le pic épeiche, 24 cm, le pic mar, 22 cm, le pic épeichette, 16 cm.

Je n’ai jamais vu le pic épeichette, peut-être parce que je n’y ai pas prêté attention à cause de sa petite taille. Il n’est pas plus gros qu’un moineau.

J’ai certainement entendu le pic vert mais je n’ai pu le voir et encore moins le photographier. Il ne vient jamais aux mangeoires. Il m’est arrivé d’entendre des coups puissants sur un tronc d’arbre. Cela se passait de l’autre côté du tronc. J’ai contourné doucement, précautionneusement, je n’ai rien vu. Pourtant cela tapait toujours sur le tronc mais maintenant du côté opposé. Ce côté rusé, cette façon de tourner autour du tronc en me surveillant, la puissance des coups sur le tronc, cela a toutes chances d’être le fait d’un pic vert.

Le pic épeiche est moins rusé, moins farouche, et j’ai pu le photographier une fois tapant sur un tronc à Romilly :

1 pic épeiche romi 11 mars 2012 001 (3).jpg

Et il vient facilement aux mangeoires, aussi bien sur que sous la table :

2 pic épeiche oiseaux 12 mars 2012 037 (1).jpg

3 pic épeiche oiseaux 12 mars 2012 037 (2).jpg

4 pic épeiche oiseaux 12 mars 2012 037 (3).jpg

Le mâle présente un carré rouge sur la nuque, visible de dos ou de profil.

Le pic mar est le plus coloré avec sa calotte rouge bien nette chez les deux sexes et son cul rouge. Lui aussi vient facilement aux mangeoires :

5 pic mar veneux 25 janv 2015 076.jpg

6 pic mar veneux 25 janv 2015 078.jpg

7 pic mar 24 janv 2014 001 (3).jpg

8 pic mar veneux 10 fev 2014 004.jpg

9 pic mar 25 janv 2014 003 (7).jpg

La sittelle est abondante, visible presque tous les jours aux mangeoires. Contrairement à ce que l’on peut lire, elle n’est pas agressive et ne chasse pas les mésanges :

10 sittelle 7 janvier 015.jpg

11 sittelle 7 janvier 016.jpg

C’est une acrobate habituée à descendre les troncs ou sur les murs tête en bas

12 sittelle 18 août 2014 001.jpg

13 sittelle 18 août rec 2014 010.jpg

et elle picore dans toutes les positions :

14 sittelle 21 janc 2015 006.jpg

15 sittelle 21 janc 2015 009.jpg

16 sittelle 27  janv 005.jpg

17 sittelle romi 22 déc 2014 007 (2).jpg

18 sittelle 9 janvier 001.jpg

Elle fait vraiment son marché. Elle n’a pas de caddie mais elle entasse jusqu’à 3 graines dans son bec :

19 sittelle 3 graines pr veneux 3 janvier 016.jpg

Si elle tape, ce n’est pas souvent pour percer l’écorce d’un arbre, pour son nid elle utilise un trou déjà existant qu’elle maçonne aux dimensions voulues, quoiqu’une fois je l’ai surprise à écorcer un sureau dont l’écorce est tendre. Le temps que je prenne l’appareil photo, elle s’était enfuie, sans doute la conscience pas tranquille. Voici le résultat :

20 sittelle écorce veneux 24 janv 2015 022 (1).jpg

Lorsqu’elle tape, c’est sur une noisette qu’elle a coincée dans une fente d’écorce de chêne en général car c’est l’écorce qui s’y prête le mieux :

21 sittelle romi 2 oct  2011 022.jpg

Il m’arrive donc de trouver un reste de coquille de noisette sur un tronc de chêne :

22 sittelle noisette chêne romi.jpg

 

12/02/2017

Le geai des chênes

Il vient aux mangeoires quand il fait froid en décembre et janvier. Il a une nette préférence pour les cacahuètes. Il mange aussi bien sur la table :

1 geai 1 déc 2012 002.jpg

2 geai 1 déc 2012 009.jpg

3 geai 13 déc 2012 020.jpg

4 geai 13 janv 2016 003.jpg

Que sous la table :

5 geai 24 janv 2014 001 (2).jpg

6 geai 15 déc 2013 p 008.jpg

Mais il fait aussi son marché tout seul au sol dans le jardin :

7 geai veneux 25 janv 2015 071.jpg

8 geai veneux 25 janv 2015 060.jpg

9 geai veneux 25 janv 2015 059.jpg

10 geai veneux 25 janv 2015 067.jpg

En mars, encore célibataire, perché un peu partout dans les arbres :

11 geai dos veneux 1 mars 001 (1).jpg

12 geai + près p 17 avril 003.jpg

12 geai veneux 1 mars 001 (4).jpg

Lissage, nettoyage et mise en forme du plumage :

13 geai veneux 1 mars 001 (7).jpg

14 geai veneux 9 avril 2015 005 (2).jpg

Envol :

15 geai envol veneux 4 janv 2016 007.jpg

Les noces le 9 avril :

16 geai couple rec veneux 9 avril 2015 013.jpg

Le 18 avril j’ai compris où ils avaient installé le nid familial parce que, pour y accéder ou en sortir, ils se posaient sur une branche d’un grand chêne devant la vitre du séjour :

17 geai 17 avril 003.jpg

18 geai chêne 18 avril 2010 023.jpg

Mais dès que je sortais pour voir l’endroit exact, ils se méfiaient. J’ai fini par en apercevoir un sortant d’une grosse touffe de lierre sur le tronc du chêne :

19 geai chêne 18 avril 2010 017.jpg

J’ai pu aussi admirer les geais du Jardin des Plantes de Paris. Ils sont si peu farouches qu’ils s’attroupent juste au-dessus des visiteurs comme pour les surveiller :

20 geais 9 avril 057.jpg

21 geais 9 avril 058.jpg

22 geais 9 avril 069.jpg

 

 

11/02/2017

Jasminum nudiflorum et Lonicera fragrantissima fleurissent enfin

Le jasmin d’hiver, Jasminum nudiflorum, qui fleurit habituellement dès début novembre m’offre seulement maintenant ses premières fleurs :

1 jasminum nudiflorum veneux 9 fev 2017 024.jpg

2 jasminum nudiflorum veneux 9 fev 2017 023.jpg

Le chèvrefeuille d’hiver, Lonicera fragrantissima, montre ses premières fleurs avec deux mois de retard :

3 lonicera frag veneux 9 fev 2017 010.jpg

4 lonicera frag veneux 9 fev 2017 009.jpg

On le dit caduc et je lui reproche de ne pas l’être, le feuillage persistant rend moins visible la floraison. Je pouvais espérer qu’il perde au moins une partie du feuillage après la forte période de gel, cela n’a pas été le cas.

C’est à cause de la persistance du feuillage que j’ai tenté il y a un an la plantation d’un autre chèvrefeuille d’hiver, Lonicera purpusii, également donné comme caduc. Hélas lui aussi a gardé toutes ses feuilles malgré le gel et ces feuilles sont plus grandes et d’un vert plus soutenu. Il n’est pas en fleurs mais il est encore très jeune, les taches blanches que vous pouvez apercevoir sont dues aux oiseaux car il y a une mangeoire juste au-dessus :

lonicera purpusii veneux 11 fev 2017 001.jpg

 

17:24 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (1)

10/02/2017

Camellia 'Elsie Jury', premier au sprint

Encore pas une fleur de camellia en février, c’était désespérant. Tous sont en boutons qui n’évoluent pas. Et hier, le miracle : Camellia x williamsii  ‘Elsie Jury’ a entrouvert plusieurs fleurs, il y en a même une complètement épanouie au sommet (plus de 2m de haut), et il est couvert de boutons. Il va être magnifique. Comme l’an dernier il est le premier à fleurir mais avec plus d’un mois de retard puisque je vous l’avais montré en fleurs le 2 janvier l'an dernier.

1 elsie jury veneux 9 fev 2017 007.jpg

2 elsie jury veneux 9 fev 2017 005.jpg

3 elsie jury rec veneux 9 fev 2017 007.jpg

 

06:44 Publié dans camellia | Lien permanent | Commentaires (0)

09/02/2017

Les mahonias d'hiver

Avec plus d’un mois de décalage, nous sommes en plein milieu de la floraison des mahonias d’hiver avec dans l’ordre x media Charity, x media Winter Sun, japonica Hivernant. Tous ont parfaitement supporté, y compris sur leur floraison en cours, les rigueurs de l’anticyclone de Sibérie.

Mahonia x media ‘Charity’ a commencé à fleurir début décembre. Le 12 décembre 2016 :

1 charity rec veneux 12 dec 2016 008.jpg

C’était très tard, il commence habituellement dès octobre. Je l’ai même vu en floraison bien avancée fin septembre à Paris :

2 charity paris 26 sept  2010 059.jpg

Il est maintenant en fin de floraison. Une floraison commence à la base de l’épi et se propage vers l‘extrémité et maintenant les fleurs de la base ont perdu leurs pétales et sont devenues de jeunes fruits :

3 charity veneux 6 fev 2017 001.jpg

4 charity veneux 9 fev 2017 004.jpg

5 charity veneux 9 fev 2017 003.jpg

6 charity rec veneux 6 fev 2017 008.jpg

La floraison de Mahonia x media ‘Winter Sun’ a aussi parfaitement supporté le froid et en est à peu près au même stade bien qu’elle ait démarré 15 jours plus tard. Ce mahonia me déçoit un peu parce que ses épis de fleurs sont moins longs que ceux de Charity et, comme ils sont perchés à 2m, ils sont en partie masqués par  les grandes feuilles. Chaque année j’ai espéré les voir plus longs mais c’est sa 10è floraison, cela ne changera plus. Je pense à le tailler sévèrement pour avoir ses fleurs à portée du regard sur un arbuste plus touffu.

7 winter sun veneux 9 fev 2017 008.jpg

8 winter sun veneux 6 fev 2017 004.jpg

10 winter sun rec veneux 9 fev 2017 008.jpg

Mahonia japonica ‘Hivernant’ me plait beaucoup. Il est encore en boutons mais on voit que ses grappes sont très longues. Il mesure encore moins d’1m mais sa croissance est lente et il sera nettement plus petit que les deux autres, ne dépassant pas 1m50.

11 mahonia japonica veneux 9 fev 2017 001.jpg

12 mahonia japonica veneux 9 fev 2017 002.jpg

13 mahonia japonica rec veneux 9 fev 2017 002.jpg

14 mahonia japonica pr veneux 9 fev 2017 002.jpg

 

18:54 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (3)

07/02/2017

Des rubis pour décorer l'hiver

A Romilly après la grave période de gel il y a encore quelques bijoux rouge vif.

Un tout jeune Nandina domestica exhibe ses fruits :

1 nandina romi 2 fev 2017 007.jpg

2 nandina romi 2 fev 2017 010.jpg

3 nandina romi 2 fev 2017 009.jpg

On le dit sensible au froid. Pourtant il n’a pas perdu une seule feuille et, même, il a poussé depuis l’automne une longue branche, à gauche sur la photo, reconnaissable à sa teinte d’un vert encore soutenu :

4 nandina romi 2 fev 2017 008.jpg

Les jolis fruits rubis de Rosa nitida jouent avec les plumeaux nuageux du Miscanthus :

5 rosa nitida romi 2 fev 2017 005.jpg

6 rosa nitida romi 2 fev 2017 006.jpg

Ravissant petit champignon d’hiver, la pézize écarlate, commence à être abondante sur le terrain, toujours accrochée à un bout de bois mort. Comestible mais sans goût, elle peut décorer joliment une salade de fruits.

pezize écarlate romi 2 fev 2017 019.jpg

 

06/02/2017

La mort du frêne

Il était très malade. J’avais découvert qu’il était mourant le 6 novembre lorsqu’il était apparu une importante touffe d’armillaire tout autour de la base du tronc.

1 fraxinus armillaire veneux 6 nov 2016 004.jpg

2 fraxinus armillaire veneux 6 nov 2016 005.jpg

L’écorce était pourrie et se décollait sur environ 50cm de haut :

3 fraxinus malade veneux 7 nov 2016 006 (4).jpg

Il risquait de tomber sur le mur du voisin, il fallait donc l’abattre.

L’armillaire n’a pas résisté au gel mais la pourriture de l’écorce monte à vue d’œil. Ce matin l’écorce était pourrie jusqu’à 1m50 de haut.

4 frene malade veneux 6 fev 2017 002.jpg

Et la pourriture avait aussi gagné en profondeur :

6 frene malade veneux 6 fev 2017 003.jpg

C’est alors que sont arrivés les élagueurs dont un acrobate :

veneux 6 fev 2017 007.jpg

veneux 6 fev 2017 008.jpg

veneux 6 fev 2017 009.jpg

veneux 6 fev 2017 010.jpg

Il grimpait le long du tronc seulement aidé par des chaussures à crampons.

Le résultat :

veneux 6 fev 2017 012.jpg

Cela m’a fait de la peine, bien sûr. Mais j’ai déjà vécu la mort des ormes.

 

12:35 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (0)

04/02/2017

Ligustrum 'Lemon and Lime'

Ligustrum ovalifolium est souvent appelé troène de Californie mais il est originaire d’Asie.

‘Lemon and Lime’ porte bien son nom, il est en partie jaune et en partie vert avec une variation selon les saisons. C’est en hiver qu’il est le plus lumineux. Le voici recto et verso le 2 février :

ligustrum lemon romi 2 fev 2017 013.jpg

ligustrum lemon romi 2 fev 2017 018.jpg

On le dit de rusticité moyenne, à limiter à la zone 8, mais il n’a pas du tout souffert de l’anticyclone russe. Son feuillage est d’ailleurs toute l’année impeccable, sans la moindre tache. Il serait plus petit que l’espèce type, limité à 1m50 à l’âge adulte, mais le mien commence à dépasser cette taille. Il faut dire qu’il grandit et s’élargit à grande vitesse. Il a 4 ans, je l’ai planté le 21 décembre 2012 :

ligustrum sin lemon romi 21 déc 2012 002.jpg

Le tuteur blanc avait aussi servi à accrocher une protection anti-chevreuils faite de grillage à poules et de fils barbelés. Un an plus tard il avait tout englobé et j’ai tout laissé en place.

Il semble commencer à dégager un tronc. C’est un plaisir de cultiver cet arbuste sans maladie ni parasite. Il éclaire magnifiquement le jardin en hiver.

 

09:46 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (0)

03/02/2017

Hamamelis

Le froid sibérien de la semaine dernière a laissé indifférents les Hamamelis.

Hamamelis x Arnold Promise commence sa floraison sur fond de tiges rouges d’un Cornus alba devenu imposant :

1 hamamelis arnold romi 2 fev 2017 001.jpg

Il y a encore quelques fruits de l’année dernière :

2 hamamelis arnold romi 2 fev 2017 002.jpg

hamamelis arnold fruits romi 2 fev 2017 002.jpg

Et des fleurs en boutons :

3 hamamelis arnold romi 2 fev 2017 003.jpg

Et des fleurs bien épanouies :

4 hamamelis arnold coeur romi 11 mars 2012 041.jpg

Hamamelis x Diane a des fleurs bien épanouies mais peu nombreuses et il n’y en aura pas davantage car il n’y a pas de boutons en réserve. Je pense qu’il accepte moins bien qu’Arnold Promise le sol trop basique de Romilly. Je vais lui mettre de l’engrais et acidifier son sol.

5 hamamelis diane romi 2 fev 2017 004.jpg

6 hamamelis diane romi 1 fév 2014 012 (5).jpg

7 hamamelis diane rec romi 2 fev 2017 004.jpg

Hamamelis mollis, toujours légèrement plus tardif, commence à peine sa floraison.

 

19:48 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (0)

02/02/2017

La floraison des perce-neige

Les floraisons d’hiver ont un mois ou plus de retard. Encore aucune fleur sur les camellias alors que cela commence habituellement fin décembre. Aucune fleur sur le laurier-tin. Les hellébores fétide et de Corse ont stoppé pendant un mois l’ouverture pourtant proche de leurs fleurs. On croirait que les plantes avaient prévu  l’arrivée de l’anticyclone de Sibérie, un peu comme, dit-on, les oignons ont une pelure plus épaisse quand l’hiver va être froid.

Les premières fleurs de perce-neige auraient dû s’ouvrir fin décembre, les dernières maintenant avec dans l’ordre Galanthus elwesii monostictus, Galanthus elwesii type, Galanthus nivalis. Maintenant, le grand froid est passé et tous les perce-neige débutent leur floraison en même temps. C’est la première fois que j’assiste à cela.

La zone des Galanthus elwesii, monostictus à droite, les autres à gauche au fond, quelques Galanthus nivalis complètement au bord à droite :

1 galanthus elwesii veneux 1 fev 2017 013.jpg

Galanthus nivalis à droite, Galanthus elwesii plus grand, fleurs plus grandes, feuilles plus larges à gauche :

2 galanthus elwesii nivalis veneux 1 fev 2017 024.jpg

Des semis spontanés de Galanthus elwesii en haut, Galanthus nivalis en bas :

3 galanthus elwesii nivalis veneux 1 fev 2017 014.jpg

Des touffes de Galanthus nivalis partout sur le terrain :

4 galanthus nivalis veneux 1 fev 2017 025.jpg

Galanthus elwesii monostictus, une seule tache au bout du tépale :

5 galanthus elwesii monostictus veneux 1 fev 2017 015.jpg

6 galanthus elwesii monostictus veneux 1 fev 2017 016.jpg

7 galanthus elwesii monostictus veneux 1 fev 2017 018.jpg

Galanthus elwesii type avec une autre grande tache au sommet du tépale, les deux taches étant parfois réunies en formant un grand X :

8 galanthus elwesii veneux 1 fev 2017 019.jpg

9 galanthus elwesii veneux 1 fev 2017 020.jpg

10 galanthus elwesii veneux 1 fev 2017 021.jpg

 

10:25 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (0)

01/02/2017

Les abeilles se réveillent, est-ce le printemps ?

Le temps s’est beaucoup radouci, des températures à réveiller les abeilles et leur ouvrir l’appétit. Heureusement il y a de quoi assouvir leurs besoins, des hellébores et de nombreuses touffes de perce-neige. J’ai compté 5 abeilles très affairées sur une seule petite touffe d’hellébore noir.

abeille hellébore veneux 1 fev 2017 001 (1).jpg

abeille hellébore veneux 1 fev 2017 001 (3).jpg

abeille hellébore veneux 1 fev 2017 001 (4).jpg

abeille hellébore veneux 1 fev 2017 001 (5).jpg

abeille hellébore veneux 1 fev 2017 001 (6).jpg

abeille hellébore veneux 1 fev 2017 001 (7).jpg

abeille galanthus veneux 1 fev 2017 017.jpg

 

19:17 Publié dans Animaux | Lien permanent | Commentaires (0)

Pinson des arbres, pinson du nord

Deux espèces de pinsons ont été clientes de mes restos. Celui de chez nous, le pinson des arbres se repère toute l’année par son chant. On dit gai comme un pinson et, malheureusement certains le mettent en cage pour son chant. Il parait qu’il devient alors très familier et chante à la demande. L’autre espèce, c’est le pinson du nord qui ne vient chez nous que lorsqu’il fait trop froid là-haut (Scandinavie) et je ne l’ai vu que lors d’un hiver très froid, dans la neige, mais alors en grande troupe.

Ils se ressemblent beaucoup. Le pinson des arbres, surtout le mâle a les joues roses. Le pinson du nord a la tête plus sombre. Mais les femelles des deux espèces sont d’un gris plus pâle sur la tête et moins faciles à différencier.

Pinson des arbres :

1 pinson des arbres veneux 11 février 051.jpg

2 pinson étourneau 6 janv 031.jpg

3 pinson des arbres  romi 8 mars 2014 097 (3).jpg

Un jeune qui s’est assommé sur une vitre en juillet. Il a mis 10 min à sortir du coma :

4 pinson veneux 30 juil 2015 007.jpg

5 pinson veneux 30 juil 2015 010.jpg

Pinson du nord :

6 pinson du nord WSBC0018.jpg

7 pinson du nord  WSBC0010.jpg

8 pinson  WSBC0050.jpg

 Mâle et femelle :

9 pinson du nord m et f  19 déc 2010 037.jpg

Une autre différence, le pinson du nord a le milieu du dos et le croupion blanc. En vol il est facilement repérable à son croupion blanc :

10 pinson du nord 14 déc 2010 p 020 (5).jpg

11 pinson du nord 19 déc 2010 019 (1).jpg

Le pinson des arbres est farouche et solitaire. Le pinson du nord est grégaire et arrive chez nous en bandes parfois impressionnantes :

12 pinson du nord 19 déc 2010 019 (14).jpg

13 pinson du nord 19 déc 2010 019 (12).jpg

14 pinson du nord 19 déc 2010 019 (8).jpg

15 pinson du nord 19 déc 2010 019 (7).jpg

Pas peur d’un gros merle :

16 merle pinson près WSBC0043.jpg

 

29/01/2017

Le Moscou- Paris est rentré chez lui

Le Moscou-Paris, c’est le nom que la presse a donné à l’anticyclone de Sibérie qui parfois vient aggraver notre hiver. C’était une semaine avec plusieurs fois -7°C le matin et des journées sans dégel. Mais, heureusement, cela n’a pas été aussi grave qu’en janvier 1985, où il avait atteint -17°C même dans le sud de la France et 15 jours sans dégel, un cauchemar pour mon jardin où des camellias avaient été défeuillés (ils s’en sont remis et Adolphe Audusson, mon champion, n’avait pas perdu une seule feuille).

Depuis jeudi le temps est plus gris et il n’y a plus de gel. C’était donc le moment de faire le tour du jardin pour vérifier l’état des plantes considérées comme peu rustiques.

Je n’avais aucune crainte pour le néflier du Japon, Eriobotrya japonica, bien rustique chez nous, mais il y avait un gros risque pour sa floraison. Il a eu la bonne idée, comme toutes les autres plantes, de retarder l’ouverture de ses fleurs de plus d’un mois. J’ai aimé voir ses boutons floraux qui ont bien résisté (c’est la raison d’être des boutons, protéger les futures feuilles et fleurs) :

1 eriobotrya oliver veneux 29 janv 2017 001.jpg

2 eriobotrya oliver veneux 29 janv 2017 003.jpg

Les bourgeons ont gardé leur aspect duveteux :

3 eriobotrya rec veneux 29 janv 2017 003.jpg

Le feijoa, Acca sellowiana, est intact :

4 acca veneux 29 janv 2017 011 (3).jpg

Le citrangequat Thomasville est intact mais je n’avais pas beaucoup d’inquiétude pour lui puisqu’il en existe un en Ile de France qui vit depuis 1923 et a donc subi le Moscou-Paris de 1985 :

5 citrangequat thomasville veneux 29 janv 2017 015.jpg

Clematis armandii Apple Blossom est intacte :

6 apple blossom veneux 29 janv 2017 020.jpg

Et elle prépare sa floraison :

6 apple blossom veneux 29 janv 2017 021.jpg

Clematis forsteri Avalanche a moins bien supporté. Elle a des zones atteintes :

7 clematis avalanche veneux 29 janv 2017 027.jpg

Mais une grande partie est intacte :

8 clematis avalanche veneux 29 janv 2017 026.jpg

Sambucus hookeri a beaucoup souffert. Mais il est déjà en train de refaire son feuillage et cette « revégétation » immédiate, c’est là son problème. S’il ne subit pas d’autre gel de cette intensité, tout se passera bien pour lui. Mais il ne peut refaire indéfiniment sa végétation et c’est pour cela que je l’ai déconseillé pour la zone 7.

10 hookeri veneux 29 janv 2017 023.jpg

10 hookeri veneux 29 janv 2017 023.jpg

12 hookeri veneux 29 janv 2017 025.jpg

Je n’avais aucune crainte pour mes arbousiers mais davantage pour leur floraison. Les fleurs de Arbutus unedo ont grillé :

13 arbutus unedo veneux 29 janv 2017 016.jpg

Arbutus andrachnoides était en fleurs depuis bien plus longtemps et c’était presque terminé. Il semble que des jeunes fruits ont résisté au gel :

14 arbutus andrachnoides veneux 29 janv 2017 017.jpg

Pileostegia viburnoides a parfaitement résisté :

9 pileostegia vib veneux 29 janv 2017 022.jpg

En résumé, je n’aurai perdu aucune de mes plantes en limite de rusticité. Je n’en avais pourtant protégé aucune.

 

27/01/2017

Le chardonneret

Inutile de présenter cet adorable petit lutin, tout le monde le reconnait immédiatement à son costume un peu bariolé. Joyeux, vif, il a été mis en danger pour deux raisons. L’utilisation de pesticides et d’herbicides, le « nettoyage » excessif des milieux naturels, ont fortement diminué sa ressource alimentaire principale, le chardon et d’autres têtes de graines piquantes qu’il n’a pas peur d’affronter pour y chiper leurs graines. L’autre raison, c’est sa capture pour écouter son chant dans une cage, éventuellement après croisement avec un canari. J’ai bien connu cette frénésie des captures quand j’étais enfant. Même mes frères, plus jeunes que moi, s’y étaient mis avec de la glue mais cela n’a pas duré longtemps, j’ai aussitôt libéré le petit ange et expliqué qu’un oiseau est un symbole de liberté, et qu’on ressent plus de plaisir à l’entendre chanter sur une branche. Pourtant, bien que l’oiseau soit protégé avec risque de prison, non pour l’oiseau mais pour son tortionnaire, il semble que le nombre de captures soit en augmentation.

C’est dire la joie que j’ai ressentie cette année à le voir en très forte augmentation sur mes mangeoires. Il est même plus abondant que les mésanges certains jours. Pas un instant dans la journée sans voir un ou plusieurs chardonnerets sur les tours à tournesol. Et, contrairement aux autres qui prennent une graine et l'emportent, il consomme sur place restant jusqu'à 10 min devant l'ouverture;

1 chardonnerets 10 mars 2012 010.jpg

2 chardonneret 12 mars 2012 006.jpg

3 chardonneret 12 mars 2012 008.jpg

4 chardonneret p 17 mars 007.jpg

5 chardonneret p 17 mars 012.jpg

6 chardonneret rec veneux 26 janv 2017 029.jpg

7 chardonneret 26 mars 001.jpg

8 chardonneret rec veneux 26 janv 2017 027.jpg

Depuis hier il est dérangé par le trop grand nombre d’étourneaux. Deux ou trois étourneaux, ça se chamaille mais sans gêner les petits oiseaux. Mais quand ils sont trop nombreux, le bruit et l’agitation font fuir tous les autres. Hier il y  avait une véritable meute où seul un merle osait s’y mêler :

9 veneux 26 janv 2017 023.jpg

Là, c’est au sol, mais il y en avait autant dans la végétation derrière, en haut sur la grille, et au-dessus dans les branches. Je vais déplacer loin des cacahuètes et tournesol les plaques et cylindres de graisse qui les attirent.

10 veneux 26 janv 2017 016.jpg

11 oiseaux 4 jan 2011 009.jpg

12 étourneaux 31  janv 010.jpg

 

23/01/2017

Tarin et verdier

Ils se ressemblent beaucoup, couleurs proches, et il n’est pas toujours facile de les distinguer. Certes, la disposition du jaune n’est pas tout-à-fait la même, le tarin a une calotte et une bavette noire. Mais les jeunes et surtout les femelles n’ont pas ces signes distinctifs. Surtout dans ce cas le tarin se distingue par un corps plus fin et un bec plus fin et une disposition différente du jaune sur l’aile.

Le tarin ne devrait pas fréquenter mon jardin, il n’y a pas les arbres qu’il recherche. Mais la faim en hiver vous pousse à chercher ailleurs et mon resto commence à avoir une sérieuse réputation, c’est du bec à oreille sans doute.

Le tarin des aulnes est un petit oiseau fin, d’une morphologie proche de celle du chardonneret. La poitrine est jaunâtre, il a une barre transversale jaune vif sur l’aile. Seul le mâle a une calotte noire et une bavette noire :

0 tarin 29 mars 012.jpg

1 tarin 26 fev 008.jpg

Femelle :

2 tarin f 23 février 2010 020.jpg

3 tarin f 23 février 2010 025.jpg

Une femelle et 2 mâles :

4 tarins m et f 14 mars 2009 007.jpg

Même pas peur d’un gros bec :

5 tarins gros bec 14 mars 026.jpg

6 tarins m et f gros bec 14 mars 020.jpg

Le verdier est plus massif, avec un bec fort. Il est moins jaune, plutôt gris et verdâtre. Le jaune de l’aile est longitudinal au bord de l’aile :

7 verdier 27  fev 2009 065.jpg

8 verdier 27  fev 038 (2).jpg

9 verdier près 27  fev 2009 051.jpg

10 verdier près 27  fev 2009  047.jpg

11 verdier veneux 11 février 043.jpg

Il est parfois un peu agressif mais s’entend pas trop mal avec les autres oiseaux :

12 verdier pinson étourneau WSBC0064.jpg

13 verdier bleue 27  fev 2009 038 (5).jpg

Un jeune égaré dans le séjour :

14 verdier jeune 4 juin 2008 002.jpg

Verdiers et tarins en mélange :

verdiers tarins 26 fev 025.jpg

verdiers tarins 26 fev 028.jpg

 

20/01/2017

Et pigeons gelés

Ce matin il y avait des boules dans les arbres. Sur cette photo prise à 9h30 on en devine au moins 4. Si j’avais pu faire une photo avec un champ plus large, on en verrait davantage. Ces « boules » sont essentiellement des pigeons ramiers qui sont restés dans cette position toutes plumes gonflées et immobiles jusqu’à midi. En début d’après-midi, il y avait de telles « boules » dans d’autres arbres, peut-être les mêmes pigeons paralysés par le froid. Il y avait aussi des pies mais moins longtemps immobiles.

pigeons veneux 20 janv 2017 003.jpg

Les tourterelles n’étaient guère plus vaillantes. Elles s’étaient approchées des mangeoires mais restaient bloquées longtemps immobiles sur le grillage :

tourterelle veneux 20 janv 2017 005.jpg

 

18:55 Publié dans Oiseaux | Lien permanent | Commentaires (0)