Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2017

Carduelis carduelis

chardonneret ppp 17 mars 003.jpg

chardonneret  12 mars 2012 017.jpg

chardonneret rec IMG_2724.jpg

Cet adorable petit oiseau, multicolore, joyeux et excellent chanteur est en grand danger en Europe, il a presque disparu dans certaines régions d’Afrique du Nord. La cause principale, c’est son braconnage. Des dizaines de milliers d’oiseaux seraient capturés chaque année et de la façon la plus cruelle qui soit, à la glu qui oblige souvent à les mutiler pour les en dégager. Il est totalement protégé en Europe mais les peines, amendes et prison, sont insuffisantes pour être dissuasives. Pensez qu’un gramme de chardonneret rapporte autant qu’un gramme de cannabis mais les peines pour le cannabis sont plus lourdes. Un chardonneret se vend en moyenne 150 € et jusqu’à 1000 € pour un chardonneret à gorge blanche.

Jusqu’à présent j’avais la visite d’un petit nombre de chardonnerets, peu de jours en hiver. Pas étonnant vu sa raréfaction et l’absence des graines qui l’intéressent alentours car il est essentiellement granivore : béton au nord de mon jardin avec la nouvelle cité de style HLM horizontal, jardins trop bien entretenus dans les autres directions et plus loin le forêt domaniale dense à peine traversée d’une route aux bordures bien tondues.

Tout a changé cet hiver, d’abord quelques chardonnerets puis de plus en plus nombreux. Maintenant c’est l’affluence. A toute heure du jour, il y en a au moins trois et même jusqu’à 6 en même temps sur les deux petites tours de graines de tournesol. Et il y a une autre tour de l’autre côté de la maison qui est vidée en une seule journée. Ils ne sont absent que lorsqu’un chat apparait mais reviennent vite après son départ :

chardonnerets x 6 veneux 18 mars 2017 IMG_2801.jpg

J’ai supprimé toutes les installations de nourrissage mais je ne peux me décider à supprimer ces tours de tournesol étant donné leur fréquentation de plus en plus intense. En les nourrissant cet hiver, j’ai signé une sorte de contrat moral. En mars ils ont déjà prévu l’installation de leurs nids, ils ont les grands arbres, particulièrement les érables qui leur conviennent pour cela. Mais ils ne peuvent trouver à proximité les plantes sauvages à graines qui leur sont nécessaires. Mon terrain est trop boisé pour que chardons, bardanes, astéracées s’y installent. Leur supprimer les graines de tournesol, ce serait peut-être les condamner à mort ou condamner leurs nichées.

J’ai acheté un grand sac de tournesol, je vais les nourrir tout l’été s’ils continuent à venir le consommer. Je n’en fais pas de complexe, de plus en plus de voix s’élèvent pour conseiller de poursuivre le nourrissage l’été dans les zones urbaines car les plantes sauvages y sont trop rares.

https://blog.zooplus.fr/2011/02/08/nourrir-les-oiseaux-sa...

 

04:23 Publié dans Oiseaux | Lien permanent | Commentaires (5)

Commentaires

je suis à fond avec vous; ces règles qui préconisaient de ne pas nourrir les oiseaux à partir du printemps, c'était bon quand on n'avait pas encore tout foutu en l'air, moi je donne tant qu'ils demandent, ça ne les empêche pas de chasser les insectes et de chercher leur nourriture traditionnellement. Je fais partie de l'espèce qui les détruit, j'essaie de rééquilibrer un peu les choses.
Mais, au fait, ils en font quoi, les braconniers, des chardonnerets, je ne comprends pas?

Écrit par : claudette | 19/03/2017

J'ai moi aussi toujours scrupule à arrêter le nourrissage,mais je me suis aperçue que les oiseaux arrêtaient d'eux-mêmes,même les granivores,dès qu'il fait suffisamment doux.Je suis isolée en campagne en lisière de forêt,ils ont sans doute des ressources naturelles suffisantes
Ma méthode c'est donc les nourrir jusqu'à fin Mars environ,et diminuer progressivement les quantités jusqu'à arrêt complet,et apparemment tout va bien.
Ce qui est le plus à craindre c'est un arrêt brutal en hiver,donc ne pas s'absenter ou se faire remplacer.

Écrit par : marie | 19/03/2017

Ils sont recherchés pour la beauté de leur plumage et pour leur chant mélodieux et varié :
http://www.lemonde.fr/biodiversite/article/2016/05/02/le-chardonneret-un-oiseau-a-10-euros-le-gramme_4911910_1652692.html

Écrit par : sambuca | 24/03/2017

alors, c'est pour les mettre en taule, quoi
super, l'être humain m'étonnera toujours

Écrit par : claudette | 24/03/2017

oui mais nous sommes les maîtres de notre planète-miracle et de toute évidence bien décidés à la détruire

Écrit par : sambuca | 24/03/2017

Écrire un commentaire