Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/10/2015

Eriobotrya japonica

Eriobotrya japonica, le néflier du Japon, a ouvert ses premières fleurs le 22 octobre :

1 eriobotrya 1 veneux 22 oct 2015 010 (2).jpg

2 eriobotrya 1 veneux 22 oct 2015 010 (4).jpg

Il est maintenant en pleine floraison :

3 eriobotrya 1 veneux 31 oct 2015 005 (2).jpg

4 eriobotrya 1 veneux 31 oct 2015 005 (5).jpg

5 eriobotrya 1 veneux 31 oct 2015 005 (7).jpg

Regardons les fleurs de plus près. Elles ont 5 pétales :

6 eriobotrya 1 pétales veneux 31 oct 2015 005 (2).jpg

Sur cette photo on voit bien qu’elles sont partiellement couvertes d’un duvet :

7 eriobotrya 1 duvet veneux 31 oct 2015 005 (5).jpg

Celle-ci montre bien tous ses éléments :

8 eriobotrya 1 rec veneux 31 oct 2015 005 (7).jpg

Vous pouvez compter les 20 étamines :

9 eriobotrya étamines veneux 31 oct 2015 005 (7).jpg

Et les 5 styles :

10 eriobotrya styles veneux 31 oct 2015 005 (7).jpg

20:13 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

Valeriana et Aloysia, c'est le printemps

Je les ai retrouvées en désherbant avec précaution. Elles avaient disparu pendant l’été car toutes deux ont de grands besoins en eau.

Valeriana officinalis est apparue sur mon terrain depuis plusieurs années. Mais il y a toujours un seul pied. C’est peut-être bien à cause du manque d’arrosage l’été qu’elle ne parvient pas à se multiplier car au printemps elle est en pleine forme et fleurit bien :

0 valeriana romi 5 juin 2011 040.jpg

0 valeriana romi 5 juin 2011 077.jpg

1 valeriana romi 7 juin 079.jpg

1 valeriana romi 18 juin 2011 096.jpg

Mais c’est en juin qu’elle fleurit et aussitôt après disparait. Le 18 octobre, j’ai bien failli l’arracher. Le retour d’un peu d’humidité l’a poussée à repartir comme si c’était le printemps car normalement elle disparait en hiver. Va-t-elle supporter l’hiver sous cette forme ?

2 valeriana romi 18 oct 2015 028 (1).jpg

3 valeriana romi 18 oct 2015 028 (2).jpg

Aloysia triphylla, la verveine citronnelle  a été plantée il y a 2 ans. Elle aussi avait disparu en été et n’avait donc pu fleurir. Je la retrouve en octobre. Pour elle c’est sans doute moins grave car son feuillage est persistant.

aloysia romi 18 oct 2015 060.jpg

Je n’avais pas pensé à elles, l’an prochain je les arroserai.

30/10/2015

Cornus officinalis, hôtel-restaurant

Je vous ai montré les bourgeons floraux de Cornus officinalis début octobre. Mais je viens de retrouver une photo prise le 30 août d’un nid d’oiseaux coincé dans une fourche :

nid cornus off romi 30 août2015.jpg

Pas bêtes ces oiseaux, ils se sont installés dans le restaurant. Pas étonnant que les fruits disparaissent si vite.

Je n’y avais pas prêté suffisamment d’attention, les bourgeons floraux étaient déjà visibles.

10:02 Publié dans cornus | Lien permanent | Commentaires (0)

29/10/2015

Sorbus torminalis, flamboyant

Tous les ans j’admire cet arbre magnifique visible de tout le séjour car il est derrière la grande vitre :

1 sorbus tominalis veneux 28 oct 2015 003.jpg

2 sorbus torminalis veneux 28 oct 2015 030.jpg

3 sorbus torminalis veneux 28 oct 2015 003.jpg

4 sorbus torminalis veneux 28 oct 2015 014.jpg

Sa luminosité éclipse la beauté du néflier d’Europe, Mespilus germanica. Le feuillage du sorbier est à l’extrême droite

5 mespilus sorbus veneux 28 oct 2015 004.jpg

J’ai 3 néfliers spontanés sur le terrain. Ils ont beaucoup plus que 40 ans car ils étaient déjà là et aussi grands lors de l’acquisition du terrain.

6 mespilus veneux 28 oct 2015 019 (2).jpg

7 mespilus veneux 28 oct 2015 019 (1).jpg

8 mespilus veneux 28 oct 2015 008 (1).jpg

9 mespilus veneux 28 oct 2015 008 (2).jpg

10 mespilus veneux 28 oct 2015 008 (3).jpg

D’un jaune d’or, le couloir d’Actinidia melanandra est aussi magnifique :

11 actinidia mela veneux 28 oct 2015 015.jpg

Actinidia arguta :

12 actinidia arguta veneux 28 oct 2015 022 (2).jpg

Asimina triloba :

13 asimina veneux 28 oct 2015 001.jpg

Edgeworthia chrysantha :

edgeworthia veneux 28 oct 2015 013 (1).jpg

28/10/2015

Premier rejet d'Hippophae rhamnoides

J’ai planté un argousier mâle et un argousier femelle en 2009. Ils sont dits très drageonnants mais cela n’est pas vraiment le cas. J’avais promis un mâle mais mes tentatives de boutures ont échoué (je viens de découvrir que les boutures doivent se faire dans l'eau comme pour le laurier rose) et je comptais sur un drageon. Mais rien. Sauf cette année, j’ai un drageon mais sur la femelle.

Il y a un drageon au ras du pied mère et un drageon à environ 60 cm du pied mère, c’est la tige fine qu’on voit contre le grillage :

1 hippophae fem rejet romi 18 oct 2015 039.jpg

Feuillage du pied mère :

2 hippophae fem romi 18 oct 2015 040.jpg

Le petit rejet :

3 hippophae rejet romi 18 oct 2015 041.jpg

Le tout émerge d’un tapis de Lamium galeobdolon. J’ai une utilisation évidente de ce rejet : le transplanter près du pied mâle, même de sorte que leurs branches s’emmêlent, pour avoir enfin une vraie fructification.

En effet la femelle m’a donné un petit nombre de fruits en 2013 et rien depuis. Pourtant elle fleurit bien. Mon explication : il y a 4m entre le mâle et la femelle. C’est beaucoup trop parce que la floraison a lieu en fin d’hiver, il y a alors peu d’insectes et le vent n’assure pas la pollinisation à une telle distance.

Si vous plantez des argousiers, je vous conseille de planter les deux sexes très proches l’un de l’autre. L’autre solution, très efficace, c’est de planter une femelle autofertile. La mienne, plantée beaucoup plus tard et plus loin du pied mâle, a eu une assez belle fructification dès la première année :

4 hippophae autof rec romi 2 août 2015 017.jpg

Ses fruits plaisent beaucoup à ce joli mâle de mouche-scorpion, surtout quand ils ont été ouverts par un bec d’oiseau :

5 hippophae autofromi 9 août 2014 012 (2).jpg

Et ils présentent l’avantage pour une consommation agréable de ne pas contenir de gaine :

6 hippophae fem rec romi 15 août 2013 001 (4).jpg

 

Rappelons que cette plante possède des racines avec des nodules fixateurs d’azote. C’est donc une compagne agréable pour les plantes proches.

07:31 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

26/10/2015

Ribes fasciculatum