Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/12/2014

Origanum vulgare, sa vie en hiver

Avant une discussion sérieuse, réchauffons-nous d’abord avec ces photos de sa ravissante floraison tellement attractive le 21 juillet à Veneux (origan planté mais spontanément ressemé à un endroit qui lui plaisait mieux, il a du caractère) et le 26 juillet à Romilly (origan sauvage) :

1 origanum veneux 18 juillet 2013 016.jpg

2 origanum veneux 21 juillet 2013 005 (1).jpg

3 origanum romi 21 juillet 2013 013 (3).jpg

4 origanum romi 21 juillet 2013 013 (1).jpg

5 origanum 26 juillet 2013 035.jpg

6 origanum 26 juillet 2013 036.jpg

7 origanum 26 juillet 2013 031.jpg

8 origanum 26 juillet 2013 034.jpg

Mais quelle est sa nature botanique ? Le plus souvent on le décrit comme une plante vivace, mais ses tiges sont à leur base aussi rigides que celles d’un arbuste, et tantôt caduque tantôt persistante. La vérité, comme toujours, est au milieu.

Il n’a pas le même aspect en été et en hiver mais il ne disparait jamais. Toute la partie fine et fleurie a disparu en automne mais il s’est concentré, bien dense, bien feuillu, près du sol. Le 31 décembre :

origan veneux 31 déc 2014 020 (1).jpg

origan veneux 31 déc 2014 020 (2).jpg

origan veneux 31 déc 2014 020 (3).jpg

C’est en fait un sous-arbrisseau : plante de petite taille, ramifiée dès sa base, à ramifications ligneuses et persistantes dans sa partie inférieure, herbacée dans sa partie supérieure.

Son comportement est celui d’une plante hémicryptophyte : plante dont les bourgeons passent la saison défavorable au ras du sol ou au plus à 20cm. Il est donc bien caduc dans sa partie haute et persistant près du sol.

15:42 Publié dans légumes | Lien permanent | Commentaires (1)

30/12/2014

Les aulnes de Sorques

J’avais montré en 2010 la floraison des aulnes de la plaine de Sorques qui vivent au bord de l’eau mais pas autant complètement dans l’eau que ceux que j’ai photographiés au bord de la Seine. Ils sont en retrait de 2 à 3m et environ 1m au-dessus.

Ce qui nous avait étonnés alors, c’était la couleur des inflorescences, aussi bien mâles que femelles, d’un rouge sombre alors que celles de Alnus glutinosa sont plutôt vertes. Nous nous sommes demandé s’il ne s’agissait pas de Alnus rubra. C’est un américain mais je ne sais pas si ces aulnes sont spontanés ou s’ils ont été plantés. Ils se sont bien multipliés depuis, ils sont nombreux et de toutes les tailles. Par ailleurs il a été introduit en France, dans un but de production, au moins dans les départements 56, 54, 76 et en Corse. Dans son aire d’origine il se multiplie beaucoup, il est même souvent envahissant.

Ce qui plaide en faveur de l’aulne glutineux, ce sont les bourgeons végétatifs, d’une couleur unique en Europe, violet. Voici ceux de Sorques photographiés aujourd’hui. Ils sont en avance, plus développés que ceux de mon aulne spontané à Romilly, de la taille de ceux photographiés sur cet aulne le 6 février 2014.

1 alnus sorques 30 déc 2014 013.jpg

2 alnus sorques 30 déc 2014 011.jpg

Certains bourgeons semblent présenter la couleur violette. Mais est-ce sûr ? Les photos sont prises tôt le matin, l’éclairage naturel n’est pas encore très bon. En voici d’autres mieux éclairés. Ne sont-ils pas plutôt rouge sombre comme sur ce site montrant Alnus rubra ? A Sorques :

3 alnus sorques 30 déc 2014 010.jpg

4 alnus sorques 30 déc 2014 003.jpg

5 alnus sorques 30 déc 2014 034.jpg

6 alnus sorques 30 déc 2014 032.jpg

En voici un de mon Alnus glutinosa photographié le 6 février 2014. Il n’y a pas trace de rouge, c’est gris-violet :

7 alnus glutinosa romi 6 fev 2014 009 (4).jpg

Il y a un autre argument en faveur de Alnus rubra : le caractère anguleux des jeunes tiges. La photo n’est pas parfaite car je ne connaissais pas ce détail, j’ai fait un recadrage sur une photo et il me semble que c’est net :

8 alnus tige rec sorques 30 déc 2014 014.jpg

Ses feuilles d’automne peuvent elles aussi présenter des pétioles rouges.

Je n’avais pas un accès direct à ces aulnes, ils sont derrière un grillage. Leur pied est envahi d’herbes. Je crois que j’ai cependant réussi à photographier une racine aérienne ressemblant à une racine de mon arbre inconnu, bien rouge. J’ai dû prendre cette photo à travers broussailles et herbes folles :

alnus sorques 30 déc 2014 015.jpg

alnus racine sorques 30 déc 2014 015.jpg

Je vais finir par connaitre tous les détails les plus intimes de tous ces aulnes et je suis toujours aussi perplexe.

17:05 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (0)

Alnus

J’ai décidément beaucoup de mal avec les aulnes. J’ai évoqué cette possibilité pour mon arbre inconnu à Romilly et on a reproché aux quelques feuilles restantes en décembre leur couleur jaune et leur pétiole rouge. Je viens de trouver une photo de feuilles d’automne de Alnus glutinosa et c’est très ressemblant, avec pétiole et nervures rouges :

Pour rappel ma photo :

inconnu romi 22 déc 2014 014.jpg

Vendredi ou samedi j’irai à Romilly et j’irai au bord de la Seine photographier de façon plus précise les aulnes qui retiennent ses berges.

A suivre : le mystère des aulnes de Sorques

15:11 Publié dans Plantes | Lien permanent | Commentaires (2)

29/12/2014

La mare a gelé

On nous avait promis la nuit la plus froide de 2014 et c’était vrai. Il a fait -3° et au petit matin la mare était gelée :

1 veneux 29 déc 2014 002.jpg

J’ai aussitôt enfoncé la glace avec le pied. Il faut bien que les larves de libellule respirent. Puis j’ai mis dès que la glace a fondu la soucoupe flottante qui maintient une zone sans glace :

2 veneux 29 déc 2014 020.jpg

Pour savoir qu’il gelait, il suffisait aussi de voir la tête que font les rhododendrons, feuilles enroulées et pendantes dès qu’on passe la ligne du zéro :

3 rhodo gel veneux 29 déc 2014 018.jpg

Je m’inquiète pour mon néflier du Japon. Pas pour l’arbre lui-même, il en a vu d’autres, mais pour sa floraison. Car hier j’avais aperçu son début de floraison depuis une fenêtre à l’étage entre des grandes feuilles. Au début on ne peut voir les fleurs depuis le sol tant cela se passe en hauteur, il est très haut par manque de soleil. Mais entre le grand chêne et la maisonnette du voisin qui lui cachent le soleil, il est un peu protégé du froid. Il n’a fait que -2° à son pied. Les fleurs sont détruites vers-3 à -5°. Il n’est pas prévu d’autre nuit aussi froide pour l’instant.

4 eriobotrya veneux 28 déc 2014 015.jpg

eriobotrya rec veneux 28 déc 2014 015.jpg

Ce matin la faim était vive, les mésanges bleues et charbonnières affluaient aux mangeoires. Le merle qui se nourrit plutôt au sol a même osé monter sur la table :

merle veneux 28 déc 2014 010.jpg

J’ai surtout eu le plaisir de voir que ma nouvelle recette, élaborée spécialement pour lui, a beaucoup plu au rouge-gorge. Ce petit oiseau très fragile au froid ne s’intéresse pas au tournesol ni aux cacahuètes, des graines peut-être trop grosses pour lui. Je le voyais pourtant tous les jours, parfois sur les boules de graisse, surtout sur la margarine. Comme je sais que sa préférence va aux insectes et que les poudres d’insectes qu’on nous vend ne résistent pas au vent et à la pluie, j’ai concocté, sur une idée de ma belle-fille, une mixture de margarine aux insectes. La motte de droite est de la margarine pure, celle de gauche est pleine d’insectes. Il ne s’intéresse plus qu’à la margarine aux insectes et je l’ai vu y rester 5 minutes en continu. Le bec en est plein, on aurait envie de le débarbouiller.

rouge-gorge veneux 29 déc 2014 005 (2).jpg

rouge-gorge veneux 29 déc 2014 005 (3).jpg

rouge-gorge veneux 29 déc 2014 005 (4).jpg

rouge-gorge z veneux 29 déc 2014 005 (1).jpg

28/12/2014

Carabe d'hiver

Je l’ai trouvé en creusant un trou de plantation à Romilly pour un houx femelle ramené de Veneux. Je pense qu’il hibernait dans le sol. C’est un carabe, c’est sûr, mais ne m’en demandez pas plus, il y en a tellement. J’ose juste penser à Ophonus (Pseudoophonus) rufipes : Il est tout noir mais pattes, palpes et antennes sont roux, pronotum aux angles postérieurs net et droits. Il est très vif et je n’ai pu le maintenir pour le photographier à l’envers, le retournement dans le bon sens était instantané. Ce carabe est appelé Harpale du fraisier dont il adore les akènes et justement il y a des tapis de fraisiers, sauvages et cultivés, à proximité. C’est ce qui me conforte dans l’idée que c‘est bien lui.

1 carabe romi 22 déc 2014 025.jpg

2 carabe romi 22 déc 2014 026.jpg

carabe romi 22 déc 2014 028.jpg

18:09 Publié dans Animaux | Lien permanent | Commentaires (0)

27/12/2014

Crataegus pedicellata

Je crois que la persistance du feuillage de Crataegus pedicellata, scarlet hawthorn, a la même cause que celui de Pseudocydonia sinensis. Il est rustique dans des zones beaucoup plus froides et ici il n’arrive pas à accomplir son cycle végétatif, rougissement du feuillage et chute des feuilles en automne. Comme Pseudocydonia, je l’ai vu ne les perdre qu’en février.

Il semble qu’il devrait s’appeler coccinea (antériorité du nom). Mais qu’a-t-il de rouge ? Les fruits, certes, mais presque toutes les aubépines ont les fruits rouges. Sans doute, en fait, le feuillage qui devient rouge en automne sous des climats plus froids. Mais cela ne doit pas être impressionnant car je n’ai pas trouvé une seule photo de ce feuillage rouge. Le mien a fait l’effort le 6 janvier 2012, après de petits gels, de me montrer un peu de rouge avant de perdre ce feuillage en février :

1 crataegus pedicellata 6 janv 2012.jpg

Cette année fin décembre il a, bien sûr, tout son feuillage. Mais il montre une coloration du bord du limbe :

2 crataegus pedicellata romi 20 déc 2014 007 (1).jpg

3 crataegus pedi romi 22 déc 2014 029 (2).jpg

crataegus pedi romi 22 déc 2014 029 (4).jpg

crataegus pedi romi 22 déc 2014 029 (5).jpg

crataegus pedi romi 22 déc 2014 029 (6).jpg

crataegus pedi romi 22 déc 2014 029 (7).jpg

crataegus pedicellata romi 20 déc 2014 007 (2).jpg

Toutes mes autres aubépines ont perdu leur feuillage depuis longtemps. Seule la sauvageonne, Crataegus monogyna, en a encore un peu tout en haut :

d crataegus monogyna romi 20 déc 2014 025.jpg

Et quelques rares fruits qui ont échappé aux oiseaux :

d crataegus monogyna romi 20 déc 2014 026 (1).jpg

d crataegus monogyna romi 20 déc 2014 026 (2).jpg

12:48 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

26/12/2014

Fleurs de Noël

A Veneux, en dehors des perce-neige, les floraisons n’ont pas changé.

Les Camellia japonica :

1 adolphe veneux 25 déc 2014 015.jpg

2 adolphe veneux 25 déc 2014 017.jpg

3 gloire veneux 25 déc 2014 014.jpg

4 contessa lavinia maggi veneux 25 déc 2014 024.jpg

5 desir veneux 25 déc 2014 010.jpg

Les mahonias Winter Sun en pleine floraison

6 winter sun veneux 25 déc 2014 003.jpg

Et Charity en fleurs et fruits :

7 charity veneux 25 déc 2014 018 (1).jpg

8 charity veneux 25 déc 2014 018 (2).jpg

9 charity veneux 25 déc 2014 018 (3).jpg

10 charity fr veneux 25 déc 2014 018 (1).jpg

Les boutons de l’Edgeworthia qui n’évoluent pas pour l’instant, sur feuillage rouge de Hydrangea quercifolia :

11 edgeworthia veneux 25 déc 2014 007 (1).jpg

12 edgeworthia veneux 25 déc 2014 007 (2).jpg

13 edgeworthia veneux 25 déc 2014 007 (3).jpg

Le laurier-tin :

14 vib tinus veneux 25 déc 2014 023.jpg