Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/04/2015

La floraison des fruitiers, la suite

Le 1 avril le prunier-pêche ‘Ingrid’ est en fleurs :

1 prunus ingrid romi 1 avril 2015 029.jpg

2 prunus ingrid romi 1 avril 2015 030 (3).jpg

3 prunus ingrid romi 1 avril 2015 030 (2).jpg

4 ingrid romi 18 mars 2014 004 (5).jpg

Pour ceux qui n’ont jamais lu ou ont oublié mes explications sur cet arbre :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2012/09/27/l-amande...

On ne trouve la description et la vente de cet arbre qu’en anglais. Il existe en France depuis très longtemps des hybrides amandier-pêcher mais sans valeur pour la production fruitière. Ingrid a été mis au point par les anglais pour obtenir un amandier à floraison tardive et il produit des amandes qui sont bonnes, j’ai pu y goûter. Cependant la floraison est plus tardive que celle de l’amandier mais seulement de quelques jours. Ses fleurs sont plus grandes que celles des pêchers sauf ‘Lacrima’ qui a de très grandes fleurs. Il fleurit avant les pêchers qui le même jour sont encore en boutons.

Pêcher ‘Lacrima’ :

5 lacrima romi 1 avril 2015 008.jpg

6 lacrima romi 1 avril 2015 009.jpg

Le pêcher ‘Pourpre de St Genis Laval’ montre aussi déjà sont jeune feuillage rouge sombre :

7 pourpre de st genis romi 1 avril 2015 050 (1).jpg

8 pourpre de st genis romi 1 avril 2015 050 (2).jpg

9 pourpre de st genis romi 1 avril 2015 050 (4).jpg

10 pourpre de st genis romi 1 avril 2015 050 (3).jpg

Les fleurs de l’argousier mâle, Hippophae rhamoides, sont plus faciles à voir

11 hippophae mâle romi 1 avril 2015 019 (3).jpg

11 hippophae mâle romi 1 avril 2015 019 (5).jpg

12 hippophae mâle romi 1 avril 2015 019 rec (4).jpg

que les fleurs d’un sujet femelle :

13 hippophae fem romi 1 avril 2015 103.jpg

L’arbuste autofertile a le même aspect que la plante femelle, c’est une femelle parthénocarpique :

14 hippophae autof romi 1 avril 2015 107.jpg

14 hippophae autof romi 1 avril 2015 111.jpg

Un fruitier sauvage, Prunus spinosa, le prunellier, commence tout juste à fleurir :

prunus spinosa romi 1 avril 2015 082 (1).jpg

prunus spinosa romi 1 avril 2015 082 (2).jpg

prunus spinosa romi 1 avril 2015 082 (3).jpg

Ribes fasciculatum, à feuillage quasi permanent, est très vigoureux, très sain, et couvert de fleurs. Ce sont des fleurs femelles. Il n’y a pas de mâle, il n’a pas repris, et c’est préférable. Cette femelle donnera une grande quantité de fruits parthénocarpiques agréables à manger alors que ce n’est pas le cas des fruits fécondés bourrés de graines dures.

ribes fasc romi 1 avril 2015 015 (4).jpg

ribes fasc romi 1 avril 2015 015 (2).jpg

ribes fasc romi 1 avril 2015 015 (1).jpg

 

02/04/2015

Le prunier 'Crimson Glo'

‘Crimson Glo’ est un Prunus salicina, prunier du Japon :

http://www.patentgenius.com/patent/PP12856.html

Je l’ai acheté pour la beauté de ses grosses prunes à chair rouge. J’avais eu autrefois un ‘Golden Japan’ à très grosses prunes jaunes et c’est aussi un Prunus salicina.

Malheureusement les vendeurs de ces pruniers oublient de préciser que pour la pollinisation ils sont auto-incompatibles et également incompatibles avec nos pruniers européens. Ils ont une excuse : ils n’ont rien compris.

Il y a en effet 2 grands groupes de pruniers cultivés pour leurs fruits.

Les pruniers européens, Prunus domestica, cultivés pour leurs fruits uniquement en Europe, sont hexaploïdes (2n = 48). On suppose que cette espèce s’est produite spontanément par fécondation et addition des génomes d’un Prunus cerasifera diploïde (2n = 16) et d’un Prunus spinosa tétraploïde (2n = 32). Ils sont souvent auto-incompatibles et, à cause de leur hexaploïdie, seulement compatibles entre eux si la date de floraison correspond.

Sur les autres continents, et en particulier aux USA, c’est Prunus salicina qui est presque exclusivement cultivé. C’est là que nos joyeux vendeurs de pruniers à très gros fruits vont les trouver mais sans rien comprendre.

En effet, le deuxième groupe de pruniers donnant des fruits comestibles comprend plusieurs espèces diploïdes( 2n = 16) compatibles entre elles mais incompatibles avec les pruniers européens : Prunus salicina, Prunus cerasifera et plusieurs espèces américaines.

Vous comprendrez que si vous achetez un de ces fruitiers à gros fruits, vous n’obtiendrez pas obligatoirement des fruits. Cet écueil est tempéré par la présence de nombreux Prunus cerasifera dans la nature et surtout dans les villes où la variété pourpre Prunus ‘Pissardii’, non fruitière mais très décorative, est très abondamment plantée. S’il n’y en a pas à proximité de votre jardin, il faudra lui donner un copain, une autre variété de salicina ou de cerasifera (myrobolan) dont il existe de bonnes variétés fruitières ou décoratives.

Prunus salicina est un peu plus petit que Prunus domestica, de durée de vie plus courte, de floraison plus précoce, à fruits plus gros.

Mon prunier ‘Crimson Glo’ a été planté cet automne. Il a commencé sa première floraison il y a quelques jours et il en est au même stade de floraison que le Prunus salicina type à Romilly et le Prunus cerasifera type à Veneux. C’est sur ce myrobolan que je compte pour la fécondation. C’est grâce à lui, il a plus de 30 ans, que j’avais, à l’époque sans comprendre, de magnifiques récoltes de prunes Golden Japan.

1 prunier crimson glo veneux 30 mars 2015 002.jpg

2 prunier crimson glo veneux 28 mars 2015 013 (1).jpg

3 prunier crimson glo veneux 28 mars 2015 013 (2).jpg

4 prunier crimson glo veneux 30 mars 2015 034 (6).jpg

5 prunier crimson glo veneux 30 mars 2015 034 (4).jpg

6 prunier crimson glo veneux 30 mars 2015 034 (3).jpg

Le Prunus salicina type à Romilly est lui aussi en début de floraison (léger retard sur le cerasifera qui doit le féconder mais la floraison du cerasifera dure suffisamment longtemps) :

7 prunus salicina romi 1 avril 2015 035 (4).jpg

8 prunus salicina romi 1 avril 2015 035 (2).jpg

 Ils sont très en avance sur les Prunus domestica :

prunier romi 1 avril 2015 174.jpg

 

 

01/04/2015

Mon ragouminier

Je vous ai montré le 27 mars le Prunus tomentosa du Jardin des Plantes. Le mien à Romilly devrait être aussi grand ou plus. L’an dernier il était presque 2 fois plus haut mais sa plus haute branche a cassé en été, je ne sais pourquoi. Aujourd’hui presque toutes les fleurs sont ouvertes :

0 prunus tomentosa romi 1 avril 2015 091.jpg

1 prunus tomentosa romi 1 avril 2015 094 (1).jpg

2 prunus tomentosa romi 1 avril 2015 094 (2).jpg

3 prunus tomentosa romi 1 avril 2015 094 (3).jpg

4 prunus tomentosa romi 1 avril 2015 142 (1).jpg

prunus tomentosa romi 1 avril 2015 142 (3).jpg

prunus tomentosa romi 1 avril 2015 142 (5).jpg

prunus tomentosa romi 1 avril 2015 142 (6).jpg

prunus tomentosa romi 1 avril 2015 142 (8).jpg

prunus tomentosa romi 1 avril 2015 142 (9).jpg

prunus tomentosa romi 1 avril 2015 142 (10).jpg

31/03/2015

Maceron et chou perpétuel

Des légumes anciens reviennent dans les jardins potagers. Au Jardin des Plantes de Paris il y a une zone « potager » où ces légumes et des plantes aromatiques sont mis à l’honneur. Je vous ai déjà présenté artichaut et cardon et des plantes aromatiques. En voici deux autres.

Le maceron a été longtemps un légume apprécié, cuit ou cru. On mangeait tout, racines, jeunes pousses, pétioles, feuilles. Ses grosses tiges creuses étaient aussi mises à confire comme l’angélique. Elle lui ressemble, c’est comme elle une apiacée bisannuelle aromatique. Mais c’est aussi une très belle plante, un vrai décor pour votre potager ou même le jardin d’agrément un peu nature :

1 maceron paris 18 mars 2015 078 (1).jpg

2 maceron paris 18 mars 2015 078 (3).jpg

3 maceron paris 18 mars 2015 078 (6).jpg

4 maceron paris 18 mars 2015 078 (4).jpg

5 maceron paris 18 mars 2015 078 (5).jpg

6 maceron paris 18 mars 2015 078 (2).jpg

7 maceron paris 18 mars 2015 rec 078 (5).jpg

8 maceron paris 18 mars 2015 rec 078 (2).jpg

9 maceron paris 18 mars 2015 près 078 (2).jpg

12 maceron paris 18 mars 2015 078 (7).jpg

C’était le maceron soigneusement cultivé. Mais ce n’est pas le seul. Il s’est semé de l’autre côté du grillage dans je jardin sauvage :

10 maceron paris 18 mars 2015 035 (2).jpg

11 maceron paris 18 mars 2015 035 (1).jpg

Le chou Daubenton est plus connu, très apprécié dans les potagers depuis quelques années. Ceux-ci sont très beaux, grands et touffus. C’est un chou vivace mais de courte durée, 3 à 5 ans, car la tige se fend et casse. Mais avant, il a généralement réussi à marcotter quelques branches qui sont autant de nouveaux pieds. Je me demande pourquoi ils l’ont mis sous filets. Il est peu sensible à la piéride. C’est vrai qu’à Romilly il n‘a pas vécu plus d’un jour et j’ai renoncé à sa culture. Le prédateur, c’était le lapin de garenne et je ne crois pas qu’il y en ait beaucoup dans Paris.

13 chou daubenton paris 6 mars 2015 (2).jpg

chou daubenton paris 6 mars 2015 (1).jpg

chou daubenton paris 6 mars 2015 (3).jpg

 

12:17 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (2)

D'autres fruitiers

Si les fruitiers précoces sont en fleurs, d’autres fruitiers que je vous ai montrés en automne en sont à la formation des fruits.

Je vous avais montré l’arbousier, Arbutus unedo, en fleurs et en fruits (puisque les fruits mettent un an à mûrir) en novembre et décembre :

1 arbutus paris 1 dec 2013 156 (4).jpg

2 arbutus paris 1 dec 2013 156 (2).jpg

3 arbutus paris 4 déc  2011 071.jpg

Mais il a continué à fleurir en hiver et je vous l’ai montré encore en fleurs le 31 janvier. Les fleurs sont au-dessus des jeunes fruits en formation issus des fleurs de novembre :

4 arbutus paris 31 janv 2015 119.jpg

5 arbutus paris 31 janv 2015 rec 119.jpg

Le 18 mars la floraison est terminée, mais depuis peu puisqu’on voit sur la première photo une fleur fanée. Les fruits sont de taille variable puisque issus d’une floraison étalée sur au moins 3 mois :

6 arbutus paris 18 mars 2015 087 rec (5).jpg

7 arbutus paris 18 mars 2015 087 rec (4).jpg

8 arbutus paris 18 mars 2015 087 rec (6).jpg

9 arbutus paris 18 mars 2015 087 rec (2).jpg

10 arbutus paris 18 mars 2015 087 rec (1).jpg

Le néflier du Japon, Eriobotrya japonica, était en fleurs début décembre :

11 eriobotrya paris 1 dec 2013 159 (2).jpg

Formation des fruits le 31 janvier :

12 eriobotrya paris 31 janv 2015 180.jpg

13 eriobotrya rec paris 31 janv 2015 180.jpg

Les voici le 18 mars :

14 eriobotrya paris 18 mars 2015 065.jpg

Voici encore d’autres fruits le 6 mars. Ils ne sont guère comestibles mais très nombreux. Ce sont les fruits de Melia azedarach :

18 melia az paris 6 mars 2015.jpg

19 melia az 6 mars 2015.jpg

20 melia az fr paris 6 mars 2015.jpg

C’est la suite de ces curieuses fleurs du mois de juin :

melia az paris 23 juin 2012 355.jpg

06:56 Publié dans fruitiers, Plantes | Lien permanent |