Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18/07/2015

Chaenomeles cathayensis

J’ai un cognassier décoratif planté à Romilly et un autre de semis spontané échappé d’un jardin voisin à Veneux.

Je cherche surtout à compléter ma collection de cognassiers producteurs de très gros fruits parfumés et comestibles. J’ai déjà un Cydonia oblonga, notre cognassier commun, un Cydonia oblonga ‘Aromatnaya’ aux fruits mangeables crus et que je vais bientôt vous monter en photo tant il est couvert de fruits, plusieurs Pseudocydonia sinensis, achetés ou obtenus par semis, dont le plus âgé fructifie pour la première fois cette année.

Il me manquait Chaenomeles cathayensis. Je l’ai semé en décembre 2014 et je l’ai oublié. Mais son semis est de toute évidence aussi facile que celui du Pseudocydonia et voici le résultat :

chaenomeles cathayensis veneux 18 juil 2015 019 (1).jpg

J’ai compté 10 petits plants à mettre en pots individuels d’urgence. J’en planterai 2 ou 3 à Romilly et un à Veneux en prenant des précautions car il n’aime pas la sécheresse :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2011/09/10/chaenome...

Mais j’en ai beaucoup. Si quelqu’un en veut, il suffit de m’envoyer un courriel.

20:42 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

17/07/2015

Lycium chinense

J’ai envie de baies de goji mais j’ai rencontré des difficultés inattendues avec la culture de Lycium barbarum. J’en ai planté 3 successivement à Romilly et un seul a survécu mais ne semble pas encore décidé à fleurir. Il est laissé libre, c’est pourquoi son aspect est brouillon :

0 lycium barbarum romi 23 avril 2015 086 (2).jpg

Le terrain semble pourtant favorable. Je ne comprends pas pourquoi il fait de la résistance.

J’ai alors pensé au magnifique bosquet du Jardin botanique de Marnay sur Seine, un sol identique à seulement 10km de mon terrain. Je l’y vois tous les ans, toujours aussi beau. Le voici le 21 septembre 2013 alors qu’il a été planté en 1999 comme l’indique son étiquette et a subi les inondations prolongées de mai-juin 2013 :

1 lycium chinense marnay 21 sept 2013 040 (6).jpg

1 m lycium chinense marnay 21 sept 2013 040 (11).jpg

Mais c’est un Lycium chinense, reconnaissable à ses fruits plus allongés.

Je l’ai donc tenté, dans l’espoir de me consoler de l’échec de barbarum. Je l’ai planté le 4 avril 2014 :

2 lycium chinense romi 4 avril 2014 112.jpg

Je l’ai à peine surélevé pour lui éviter l’excès d’humidité au printemps quand la fonte des neiges à l’est fait remonter la nappe phréatique (celui de Marnay a été planté sans cette précaution et la nappe phréatique est au même niveau). Le 17 août il s’était déjà beaucoup développé et approchait le haut du grillage de 2m sur lequel j’ai décidé de l’accrocher pour lui éviter l’affalement de ses très longues tiges :

3 lycium chinense romi 17 août 2014 074.jpg

Il a continué à grandir et en hiver dépassait les 2m et gardait son feuillage (on le dit caduc). Le 9 janvier 2015 :

4 lycium romi 9 janv 2015 019.jpg

Le voici le 15 juillet, âgé d’à peine plus d’un an :

5 lycium chinense romi 15 juil 2015 005 (1).jpg

Il est encore plus grand, très étoffé. Il dépasserait 3m si les tiges les plus hautes non tuteurées ne se courbaient gracieusement. Ces tiges se marcotteraient s’il n’était pas attaché au grillage jusqu’à former des fourrés impénétrables. Les grandes fleurs violettes à droite sont celles d’une clématite, le feuillage rouge derrière lui est celui d’un noisetier pourpre.

Mais la belle surprise ce jour-là, c’est la floraison qui commence :

6 lycium chinense romi 15 juil 2015 005 (2).jpg

7 lycium chinense romi 15 juil 2015 005 (3).jpg

8 lycium chinense fl romi 15 juil 2015 005 (2).jpg

D’autres branches sont couvertes de boutons floraux :

9 lycium chinense romi 15 juil 2015 005 (5).jpg

Mais pour Lycium barbarum je me suis entêtée et j’en ai planté 3 à Veneux cet automne. Le terrain est plus difficile  mais avec un apport de bonne terre et en arrosant régulièrement, cela valait la peine d’être tenté. Ce sont 3 variétés sélectionnées. Ils sont tous en vie mais un seul a une forte croissance. C’est Korean Big’ :

lycium korean big veneux 16 juil 2015 002.jpg

lycium korean big veneux 16 juil 2015 003.jpg

20:55 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

15/07/2015

Rubus phoenicolasius

Je vous avais montré le 21 juin les jolis boutons floraux hérissés de poils rouges

0 rubus phoenicolasius romi 20 juin 2015 039.jpg

1 rubus phoenicolasius bourgeons romi 20 juin 2015 039.jpg

 et j’attendais de vous montrer les fleurs ouvertes. C’est impossible, les fruits sortent directement des boutons floraux. A chaque passage, j’espérais photographier les fleurs mais les boutons étaient toujours fermés. Le 13 juillet il y a des fruits mais ils sortent directement du bouton floral. Il semble évident qu’il y a autopollinisation du pistil par les étamines de la même fleur qui est cléistogamme (ne s’ouvre pas). C’est le grossissement du jeune fruit qui provoque l’ouverture du périanthe. On voit sur ces photos des jeunes fruits à tous stades de grossissement. Certains encore très petits se devinent dans le bouton dont surtout les sépales sont visibles et s’écartent à peine. Ce phénomène d’autopollinisation dans une fleur cléistogamme est connu, en particulier chez les poacées, les fabacées, la floraison d’automne des violettes, mais aussi noté, sans description, chez des Rubus. J’ai vu de rares photos de fleurs ouvertes de Rubus phoenicolasius. Ce procédé n’est donc pas constant :

2 rubus phoenicolasius romi 13 juil 2015 026 (3).jpg

3 rubus phoenicolasius romi 13 juil 2015 026 (2).jpg

4 rubus phoenicolasius romi 13 juil 2015 026 (1).jpg

5 rubus phoenicolasius romi 13 juil 2015 026 (1).jpg

Des tiges de première année, très longues, sans ramifications et sans fleurs sont maintenant nombreuses, au moins une dizaine. Elles produiront l’an prochain :

6 rubus phoenicolasius i romi 13 juil 2015 015.jpg

7 rubus phoenicolasius romi 28 juin 2015 025.jpg

8 rubus phoenicolasius romi 6 juil 2015 012.jpg

9 rubus phoenicolasius romi 13 juil 2015 014.jpg

09:47 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

11/07/2015

Hippophae rhamnoides 'Sandora'

1 hippophae romi 7 sept 2013 022 (7).jpg

Quel magnifique arbuste lorsqu’il porte ses fruits brillants et nombreux de septembre jusqu’à la fin de l’hiver, du moins si vous ne les consommez pas et si les oiseaux veulent bien vous en laisser.

L’argousier est un arbuste dioïque. Le plant mâle n’est pas si décoratif mais indispensable pour féconder les femelles. La décoration fruitière commence à 3 ans et la production est au maximum vers 7 ou 8 ans. Il est facile à cultiver, même en terrain très pauvre qu’il enrichit, un peu comme les fabacées. Pourtant tout n’est pas si simple et je voudrais vous faire partager ma jeune expérience.

J’ai planté un mâle et une femelle en 2009. Le mâle a bien démarré aussitôt, est couvert de fleurs (il faut savoir les voir, elles sont minuscules) et dépasse un peu 2m. La femelle a végété pendant 2 ans, j’ai eu peur de la perdre. En 2013 et 2014 elle a fait un petit nombre de fruits alors qu’en 2014 surtout j’avais vu beaucoup de fleurs et cette année encore la fructification sera très faible. Je vois une interprétation de cette déficience. Les fleurs presque invisibles n’attirent pas facilement les insectes et à l'époque de la floraison ils sont peu nombreux. Seul le vent assure la pollinisation de façon certaine. Ce mode de pollinisation est facile pour les arbres qui émettent des nuages de pollen. C’est plus discret pour l’argousier. Les vents dominants étant d’ouest, j’ai bien pris la précaution de planter la femelle à l’est, mais à environ 6m du mâle et c’est peut-être trop loin, une grande partie du pollen n’atteint pas son but. En agriculture il est conseillé une distance de plantation de 1m à 1,5m, jamais plus de 3m. Il y a sur la N19 à hauteur de Nogent sur Seine un magnifique massif débordant de fruits mais les arbustes sont très proches les uns des autres :

2 hippophae romi 7 sept 2013 022 (2).jpg

Ensuite j’ai trouvé un argousier dit autofertile. Pour quelle raison ? Les sites qui en parlent disent qu’il n’est pas dioïque. Alors, est-il monoïque ou à fleurs hermaphrodites ? Pour moi ni l’un ni l’autre. Le fait que ses fruits ne contiennent aucune semence prouve qu’il s’agit d’une femelle capable de parthénocarpie (comme les plaqueminiers par exemple). Elle ne permet donc pas la multiplication par semis et cela peut limiter le caractère envahissant de l’espèce, mais c’est un avantage pour la consommation des fruits.

J’ai planté ‘Sandora’, cette femelle autofertile, à l’automne 2012. Sa croissance a été immédiate. Elle a donné quelques fruits dès l’été 2013, bien colorés début août, et davantage en 2014. Cette année elle a beaucoup de fruits, les plus gros sont déjà bien colorés dès début juillet. L’effet sera plus impressionnant dès que tous les fruits auront atteint leur taille et leur couleur définitives et elle n'a pas 3 ans. Le 6 juillet :

3 hippophae sandora romi 6 juil 2015 021.jpg

4 hippophae sandora romi 6 juil 2015 020.jpg

5 hippophae sandora romi 6 juil 2015 019.jpg

6 hippophae sandora romi 6 juil 2015 018.jpg

Se rappeler qu'il aime les sols pauvres. Il redoute l'apport d'humus et d'azote qu'il produit lui même. Seul un apport de phosphore peut être bénéfique. Pas de paillage.

09/07/2015

Crataegus pedicellata, une bonne surprise

Le 24 juin j’avais cru que je n’aurai qu’un seul fruit de cette aubépine à gros fruits. Il semblait en effet n’y avoir qu’un seul ovaire fécondé. Cet arbuste est autostérile et les Crataegus monogyna du terrain qui auraient pu le féconder avaient terminé leur floraison. Mais, y avait-il encore quelque part un monogyna ou autre aubépine en retard de floraison ou bien n’est-il pas totalement autostérile ? Je penche pour la première explication car les nouveaux fruits en formation découverts le 6 juillet sont groupés.

Le premier fruit :

crataegus pedicellata romi 6 juil 2015 016 (1).jpg

Les petits nouveaux :

crataegus pedicellata romi 6 juil 2015 016 (2).jpg

11:07 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

29/06/2015

Fuchsia regia ssp reitzii

C’est incroyable pour un fuchsia. En zone 8 il a un feuillage persistant, il fleurit jusqu’en novembre, il produit des fruits agréables jusqu’en décembre.

A sa réception le 14 février 2014 :

1 fuchsia regia r veneux 14 fev 2014 006.jpg

Le 31 août 2014 :

2 fuchsia reitzii étamines romi 31 aoûtv  2014 053 (4).jpg

Fleurs le 25 novembre 2014 :

3 fuchsia reitzii romi 25 nov 2014 025 (2).jpg

Fruits le 25 novembre 2014 :

4 fuchsia reitzii romi 25 nov 2014 025 (3).jpg

Le 14 décembre, bien vert, il occupe tout le bas de la photo. Les feuilles fanées au-dessus sont celles d’une clématite, les grandes feuilles qui virent au brun sont celles d’un actinidia, la grande et haute masse verte à gauche, c’est un Lycium chinense :

5 fuchsia reitzii romi 14 déc 214 016.jpg

Feuillage le 9 janvier 2015 :

6 fuchsia reitzii romi 9 janv 2015 018.jpg

Le 29 mai 2015, plus vif que jamais :

7 fuchsia romi 29 mai 2015 056.jpg

Et le 28 juin 2015 le premier bouton floral :

8 fuchsia reitzii romi 28 juin 2015 061.jpg