Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15/09/2015

Malus sieversii

J’avais reçu 2 Malus sieversii en mars 2014, cassés dans le transport en même temps que les tuteurs qui devaient les protéger d’un tel incident :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2014/10/28/malus-si...

L’un d’eux a été aussitôt planté à Veneux. Il est arrosé tout l’été.

1 malus sieversii veneux 15 sept 2015 002.jpg

L’autre n’a été planté qu’en octobre 2014 à Romilly après avoir passé le premier été en pot car je craignais de ne pouvoir l’arroser suffisamment. Il avait bien supporté ce passage en pot et avait rempli son grand pot de ses racines. L’été 2015 s’est passé sans problème sans aucun arrosage malgré la sécheresse mais le terrain de Romilly n’assoiffe pas souvent ses plantes.

2 malus sieversii romi 11 sept 2015 010.jpg

Ils n’ont pas encore fleuri. Ils mesurent tous les deux environ 1m70, celui de Romilly est plus dense.

A Romilly il est planté dans ma pommeraie, partie la plus au sud du terrain, en compagnie de :

3 Malus sylvestris

3 malus sylvestris romi 15 avril 2015 096.jpg

Malus niedzwetzkyana, un des parents de ‘Coccinella’ à feuillage rouge, photographié en mars et septembre :

4 malus niedzwetzkyana romi 30 mars 2013 038 (2).jpg

5 malus niedz romilly 28 sept 2012 034 (3).jpg

Un très jeune Malus hupehensis de semis de petites pommes pourries d’un arbre du Jardin des Plantes :

6 malus hupe romi 15 avril 2015 099 (2).jpg

7 malus hupe semis 29 avril 2012 007.jpg

Malus ‘Red Sentinel’, pommier d’ornement :

8 red sentinel romi 18 mai 2015 055 (1).jpg

Et le plus vieux, le pommier fruitier ‘Winter Banana’ qui a déjà produit 3 fois :

9 winter banana 2012.jpg

10 winter banana romilly 7 mai 2015 059.jpg

 

23:26 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

12/09/2015

Fruits de fin d'été

A Romilly, les cornouilles du Cornus mas ‘Jolico’ sont encore sur l’arbre

1 jolico romi 6 sept 2015 016 (1).jpg

alors que les fruits du cornouiller sauvage à Veneux sont déjà tombés. Je constate cette différence de date tous les ans. Ces cornouilles de Jolico sont plus gosses et l’arbuste est beaucoup plus dense :

2 cornus mas fruits.jpg

Les reines des prés, Filipendula ulmaria produisent à profusion des fruits qu’elles comptent bien semer partout. Elles savent qu’elles sont belles et que je n’oserai pas trop les arracher.

3 filipendula ulmaria romi 11 sept 2015 007.jpg

4 filipendula graines  p romi 10 sept 072.jpg

5 filipendula graines  romi 10 sept 072.jpg

L’aubépine, Crataegus monogyna :

6 crataegus mono romi 6 sept 2015 006 (1).jpg

7 crataegus mono romi 6 sept 2015 006 (3).jpg

Poirier :

8 poirier williams romi 6 sept 2015 004.jpg

Rosiers :

9 rosa canina romi 6 sept 2015 030.jpg

10 rosa romi 6 sept 2015 072.jpg

11 rosa canina romi 6 sept 2015 073.jpg

12 rosa nitida romi 6 sept 2015 001 (1).jpg

Viorne obier :

13 vib opulus romi 6 sept 2015 024.jpg

Fuchsia reitzii :

14 fuchsia reitzii romi 30 août 2015.jpg

Cydonia ‘Krymsk’ :

15 cydonia krymsk romi 30 août 2015 004 (1).jpg

16 cydonia krymsk romi 30 août 2015 004 (2).jpg

17 cydonia krymsk romi 30 août 2015 025.jpg

Mais pour le sureau blanc, c’est une course de vitesse avec les oiseaux. Ils mangent ses fruits plus rapidement que ceux du sureau noir. Les oiseaux sont des gourmets qui ont vite remarqué que ces grains sont plus sucrés. Heureusement, pour l’instant ils les ont surtout attaqués au sommet, au-dessus de 3m, là où je ne les aurais peut-être pas pris. Un partage équitable. Sur les corymbes du sommet, ils ont vraiment tout mangé, il ne reste que les pédoncules :

18 canadensis romi 11 sept 2015 005.jpg

05/09/2015

Une courge récalcitrante

Je n’ai jamais cultivé un potager. A Veneux la zone suffisamment ensoleillée est très peu importante et le sol de sable pur n’est pas favorable, sauf pour les carottes. A Romilly, ne n’y suis pas assez souvent, en particulier pour assurer l’arrosage, et très peu de légumes peuvent y être cultivés à cause… des lapins. Je me souviens d’avoir laissé un soir une barquette de mini plants de choux pour revenir les planter le lendemain matin mais tout avait été mangé, il ne restait que la terre.

Cette année j’ai installé des cadres surélevés remplis de bonne terre et j’ai planté à Veneux  dans la mince zone au soleil au sud des plantes aromatiques. Tout a bien marché, en particulier romarin et persil sont exubérants. Un pied de tomates cerise a beaucoup produit et continue. Mon installation semble donc bonne.

J’ai planté aussi, toujours dans de la bonne terre enrichie d’engrais, très au-dessus du sable, une courge-spaghetti. J’aime beaucoup le goût de cette courge (c’est la seule) et elle m’amuse. Je l’avais achetée dans un petit pot. Elle aussi est exubérante. Elle n’a pas trouvé suffisant le support que je lui proposais pour grimper. Elle a donc continué au sol, jusqu’à atteindre l’arche qui supporte la vigne américaine (Vitis labrusca) tout aussi exubérante. Elle a complètement envahi la vigne jusqu’à la surmonter au sommet de l’arche puis est redescendue sur l’autre pied de l’arche jusqu’au sol. Elle a parcouru donc au moins 6m en longueur. Depuis 2 mois elle fleurit sans cesse. Il n’y a pas eu un jour sans au moins dix fleurs, aussi bien en bas qu’au sommet.

1 courge veneux 4 sept 2015 009.jpg

2 courge spaghetti veneux 27 août 2015 001.jpg

3 courge veneux 4 sept 2015 010.jpg

4 courge veneux 4 sept 2015 004.jpg

5 courge veneux 4 sept 2015 005.jpg

6 courge veneux 4 sept 2015 007.jpg

7 courge veneux 4 sept 2015 008.jpg

Alors, pourquoi cette courge caractérielle refuse-t-elle de produire des fruits ? Manque de pollinisateurs ? Pourtant en 2012 j’en avais planté une qui m’avait donné un fruit :

couge spaghetti veneux 16 sept 2012.jpg

 Les fleurs mâles étaient pleines d’insectes :

courge 2 veneux 28 juin 2012.jpg

courge 3 veneux 28 juin 2012.jpg

courge 4 veneux 28 juin 2012.jpg

courge veneux 28 juin 2012.jpg

C’est vrai que ces minuscules coléoptères noirs qui apparaissaient dès le printemps sur diverses fleurs étaient peu nombreux cette année. Et, sont-ils capables de voler jusqu'à 3m de hauteur ?

Que faire ? La pollinisation manuelle avec un pinceau ? Ce serait trop dangereux car c’est trop haut et au-dessus d’un escalier. Je crois que je vais devoir renoncer aux délicieux spaghettis de ma courge. J’ai eu au moins le plaisir visuel de cette liane exubérante aux grandes fleurs couleur de soleil.

P.S. Cet après-midi des fleurs se sont ouvertes suffisamment bas pour que je puisse les photographier. Les taches blanches sur les feuilles sont du calcaire, très abondant dans l’eau de Veneux.

1 courge veneux 5 sept 2015 017.jpg

2 courge veneux 5 sept 2015 018.jpg

3 courge veneux 5 sept 2015 019.jpg

4 courge veneux 5 sept 2015 014.jpg

Le cœur d’une fleur femelle montre qu’il est rempli de pollen. Sous le pollen on devine les 3 stigmates bilobés :

5 courge veneux 5 sept 2015 004.jpg

6 courge veneux 5 sept 2015 003.jpg

7 courge rec veneux 5 sept 2015 003.jpg

Lorsqu’on frôle une fleur fanée, elle tombe aussitôt, le pédoncule casse au ras de la fleur :

courge veneux 5 sept 2015 016.jpg

Reste à voir ce que va devenir la fleur que j’ai pu constater pollinisée.

 

10:31 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

01/09/2015

Hourra, Elaeagnus umbellata fructifie !