Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2014

Fruitiers, les premiers bourgeons floraux

 

Pour la course à la précocité, il y a 2 ex-aequo. Leurs boutons floraux, bien visibles, ont même précédé ceux de l'amandier.

Prunus tomentosa, le ragouminier :

prunus tomentosa 1 romi 1 fév 2014 056 (3).jpg

prunus tomentosa 2 romi 1 fév 2014 056 (10).jpg

prunus tomentosa rec romi 1 fév 2014 056 (10).jpg

prunus tomentosa romi 1 fév 2014 056 (4).jpg

prunus tomentosa romi 1 fév 2014 056 (8).jpg 

Cherry plum 'Ruby', en bon latin Prunus cerasifera, en bon français myrobolan. Il a 2 ans et c'est sa première floraison :

cherry plum ruby romi 1 fév 2014 055.jpg

 

 

02/02/2014

Cornus officinalis et Cornus mas

Les bourgeons floraux commencent à s'ouvrir mais tous les ans Cornus officinalis a environ 15 jours d'avance sur Cornus mas. Les photos sont toutes du 1 février.

Cornus mas sauvage :

cornus mas 2 fev 2014 001.jpg

cornus mas 2 fev 2014 004.jpg

cornus mas rec 2 fev 2014 p 001.jpg

Cornus mas 'Jolico' :

jolico romi 1 fév 2014 041.jpg

jolico romi 1 fév 2014 042.jpg

Cornus officinalis :

cornus officinalis 1 fev 2014 006.jpg

cornus officinalis 1 fev 2014 019.jpg

cornus officinalis romi 1 fev 2014 008.jpg

cornus officinalis romi 1 fev 2014 016.jpg

31/01/2014

Le néflier et le laurier

Il s'agit du néflier du Japon, Eriobotrya japonica, celui d'Europe n'a rien à dire en ce moment, et du laurier-sauce, Laurus nobilis.

Je vous avais montré la floraison du néflier du Japon le 1 décembre à Paris :

1 eriobotrya paris 1 dec 2013 159 (3).jpg

Cela ne m'a même pas incitée à regarder le mien. C'est parce que sa floraison se trouve trop haut et même au zoom je ne fais qu'entrevoir ses fleurs cachées par ses très grandes feuilles. Pourtant le 8 janvier j'ai pensé à lever la tête. Entre les feuilles on aperçoit des fleurs, certaines sont encore blanches, d'autres grappes sont fanées. Je n'ai pas trouvé d'endroit d'où mieux les voir, il faudrait grimper sur une échelle.

2 eriobotrya 8 janv 2014 001.jpg

3 eriobotrya 8 janv 2014 002.jpg

4 eriobotrya 8 janv 2014 003.jpg

Aujourd'hui j'ai décidé de faire de l'élagage pour redonner un peu de lumière au néflier. J'ai alors vu que les inflorescences étaient toujours présentes, toutes fanées maintenant. Il est impossible de voir sur ces photos s'il y a formation de fruits. Cela devrait être le cas puisqu'il n'a toujours pas gelé, et il n'est pas prévu de gel dans les 10 prochains jours.

5 eriobotrya veneux 31 janv 2014 002.jpg

J'ai fortement raccourci le laurier-sauce qui est devant lui. Sur les branches tombées au sol j'ai été surprise de voir de gros bourgeons floraux. Il fleurira dans 2 mois.

a laurus veneux 31 janv 2014 003.jpg

b laurus veneux 31 janv 2014 004.jpg

c laurus veneux 31 janv 2014 007.jpg

d laurus veneux 31 janv 2014 009.jpg

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2012/04/08/les-fleu...

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2012/04/08/laurus-n...

 

22:52 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

03/01/2014

Dompter Vitis labrusca

J'ai continué à élaguer pour découvrir l'ensemble de cette liane incroyable. Elle envoie des branches de plusieurs mètres dans toutes les directions. J'ai réussi à redresser les arches et à faire passer le tronc et les plus grosses branches par-dessus.

1 vitis labrusca veneux 3 janv 2014 002 (2).jpg

J'ai alors vu des très grosses branches qui couraient au sol, se tortillant en tous sens sur plusieurs mètres. J'ai réussi à les installer sur les arches en les faisant monter et descendre. J'espère que, comme pour les rosiers, la floraison sera plus abondante dans ces parties descendantes. Il y a surtout 2 très grosses branches, presque aussi grosses que le tronc : l'une courait au sol au pied du tronc de hêtre, l'autre partait vers l'ouest, dépassant le sureau blanc :

2 vitis labrusca veneux 3 janv 2014 002 (1).jpg

Les voici fixées au arcades :

3 vitis labrusca veneux 3 janv 2014 002 (4).jpg

Puis j'ai descendu le groupe de branches qui se dirigeaient vers l'est en élaguant le 3è sureau et celles qui grimpaient dans le lierre du hêtre en tirant dessus. Il me reste encore à les accrocher correctement sur la 3è arcade.

4 vitis labrusca veneux 3 janv 2014 002 (5).jpg

Je ne les laisserai pas aller plus loin vers l'est car elles se trouveraient dans une zone d'ombre épaisse à cause du tronc très large du hêtre puis du houx mâle du voisin qui est devenu énorme et très dense. Il parait que le houx préfère les sols restant frais. Celui-ci vit dans le sable et n'est jamais arrosé puisque ce voisin n'est jamais là. Ici, dans le sable de Fontainebleau, il en est des houx comme des sureaux, ils se sont sélectionnés et sont devenus extrêmement résistants à la sécheresse. 

Je vais ensuite améliorer la nature du sol, sur le principe de la culture sur lasagnes. J'ai de quoi traiter au moins 10m2 avec mes excédents de cartons, de journaux et de publicités, de branches des sureaux élagués, des dizaines de lauriers sauce et d'érables qui se renouvellent sans cesse, ma surconsommation de café, des montagnes de feuilles mortes, les déchets de cuisine, etc.

 

20:35 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (2)

01/01/2014

Qu'y a-t-il à l'intérieur d'un sureau ?

Je vous souhaite une merveilleuse année pleine de joies, de jolies fleurs et de fruits délicieux.

La vigne américaine Vitis labrusca a été l'un de mes premiers achats à l'Arboretum des Barres. C'était, il y a quelques années, lors d'une Fête de l'Arbre. Ils avaient posé sur un plateau un grand nombre de ses grains de raisin pour les faire goûter et donner envie d'acheter la vigne. Ces grains étaient gros et très bons. Je suis partie avec mon pied de vigne.

J'ai planté cette vigne sauvage dans un coin sauvage du jardin suffisamment ensoleillé au pied d'un sureau noir tout aussi sauvage comme ce terrain sait en faire pousser sans me demander la permission. Ce sureau de 2m de haut avait pour mission de grandir en même temps que la vigne et de lui servir de support. A 4m au sud de ce sureau noir j'avais planté un sureau blanc (S. canadensis) soit-disant 'Aurea' qui n'a jamais eu le feuillage jaune ce qui est fréquent aussi pour S. nigra. Certains bouturent une branche jaune malheureusement non stabilisée apparue dans un feuillage vert.

Au printemps suivant la vigne n'avait pas repris. Je l'ai crue morte. Les deux sureaux ont beaucoup grandi, beaucoup épaissi, et ont formé une masse dense, presque impénétrable, un cube de 4m de côté ou plus qui rejoignait à l'est l'énorme tronc couvert d'un lierre épais d'un hêtre mort, terrassé par un chancre. Je ne m'occupais plus de cette zone sauvage sauf pour cueillir les fruits des sureaux. La chute des feuilles des sureaux est très tardive et pendant des années je n'ai pas vu qu'il y avait un autre feuillage dans tout cette verdure.

Mais le sureau noir a fini par s'effondrer obstruant le chemin d'accès en bas de cette butte et beaucoup de branches sont mortes. Le sureau blanc voulait absolument aller vers le sud et pour cela s'est lui aussi couché pour offrir tout son feuillage et ses fruits au voisin malgré des tailles annuelles. J'ai donc décidé de rabattre sévèrement ces deux sureaux pour n'en garder qu'un mètre de haut. Et j'ai enfin vu la vigne, énorme, couvrant et même surmontant toute la surface des sureaux, s'étendant en plus à l'est vers un autre sureau qu'elle surmonte aussi. s'accrochant dans le lierre du tronc de hêtre. Je suis en train de la maîtriser et ce sera un travail de plusieurs jours. J'ai déjà réussi à la faire reposer sur 3 arcades, pas obligatoirement tout-à-fait verticales car les grosses tiges sont rigides et je ne veux pas risquer de les casser. Il faudra une 4è arcade et l'élagage du 3è sureau pour faire redescendre à ma portée les tiges à l'est. La base du tronc du sureau noir sert de support au niveau d'une fourche au tronc de la vigne. De toute manière, je garde toujours les tronc morts, au moins une partie, pour la mini-faune qui en a besoin, et pas seulement pour des insectes, vous verrez plus loin.

1 vitis labrusca 31 déc 2013 019 (2).jpg

L'ensemble de la vigne est facile à repérer, et j'ai ainsi pu tout conserver, parce que l'écorce est très différente de celle des sureaux, elle est d'un rouge très sombre, sans lenticelles ni crevasses. Sur les grosses tiges elle peut se détacher en très fines et très longues lanières. Voici la base de cette vigne, c'est le tronc à droite :

2 vitis labrusca 31 déc 2013 019 (1).jpg

3 vitis labrusca 31 déc 2013 019 (4).jpg

Elle sort d'une zone épaisse de lierre que je vais conserver et remplir de fumier. Il est temps de la nourrir, le sable si pauvre ne peut l'aider à produire.

4 vitis labrusca tronc 31 déc 2013 019 (3).jpg

A l'ouest de cet ensemble il y a encore 2 survivants qu'il va aussi falloir bien nourrir : une pivoine arborescente et un cognassier sauvage de la région à petits fruits de la forme et la taille d'une pomme que j'avais obtenu par bouture. 

J'ai retracé en blanc sur la première photo une partie des tiges de la vigne que j'ai pu repérer :

5 vitis labrusca bl 31 déc 2013 pai  019 (2).jpg

Le tronc du sureau effondré, encore vivant, héberge une colonie débutante d'oreilles de Judas :

a auricularia 31 déc 2013 014 (2).jpg

b auricularia 31 déc 2013 014 (1).jpg

A partir de la grande colonie que je vous ai déjà montrée, j'ai essayé plusieurs fois d'en implanter sur d'autres troncs sans jamais réussir. Un champignon s'installe où il veut, pas où je veux.

23/12/2013

Plantations

Trois rosiers ont été plantés ensemble à la limite nord du terrain de Veneux. C'est une zone bien ensoleillée toute la journée surtout dès qu'ils auront atteint 2m. Les deux lianes, Guirlande Fleurie et Mme Solvay vont grimper dans un sureau dont on voit la base derrière un peu à droite pour atteindre le lierre qui entoure le tronc d'un grand érable. Le mélange rose et rouge ne semble pas souvent conseillé mais j'aime beaucoup cette association de couleurs. A leur pied Minerva a pour mission de garnir le pied souvent dénudé des lianes.

1 rosa veneux 22 déc 2013 001.jpg

2 rosa veneux 22 déc 2013 002.jpg

Les deux lianes ont des tiges vertes comme la plupart des rosiers :

3 rosa rec veneux 22 déc 2013 002.jpg

Mais Minerva est différent. Je l'ai eu en pot parce que, lorsqu'ils ont accepté ma commande ils ne s'étaient pas rendu compte qu'ils n'en avaient plus. Je l'ai donc eu en pot pour le même prix. Il a des tiges totalement différentes. Elles sont rouges et même les bourgeons sont rouges, pas bruns, d'un vrai rouge vif.

4 minerva veneux 22 déc 2013 004.jpg

5 minerva rec veneux 22 déc 2013 004.jpg

Le pomélo Enzo a été planté près de la maison. J'ai dû élaguer le néflier (Mespilus) pour qu'il reçoive bien le soleil. La maison lui apportera un peu de chaleur et surtout le protégera des vents dominants. Il lui manque encore un sac de bonne terre à acheter demain car la "terre" du trou de plantation est inutilisable, c'est du sable très pur et très pauvre dont pourtant le néflier se contente depuis des dizaines d'années.

pomelo enzo veneux 22 déc 2013 006.jpg

20/12/2013

Arbutus unedo

Je ne vous cacherai pas que j'étais allée à Paris avec l'envie de me gaver d'arbouses. Surprise cette année, il ne restait des fruits qu'au sommet de l'arbuste, au-dessus de 2m50. Ce n'était pas grave, je n'enlève jamais les fruits sur un arbre qui ne m'appartient pas et que d'autres personnes voudront admirer. Je mange toujours les arbouses tombées au sol et il y en avait beaucoup.

arbutus paris 1 dec 2013 156 (1).jpg

arbutus paris 1 dec 2013 156 (2).jpg

arbutus paris 1 dec 2013 156 (3).jpg

arbutus paris 1 dec 2013 156 (4).jpg

arbutus paris 1 dec 2013 156 (5).jpg

arbutus paris 1 dec 2013 156 (6).jpg

arbutus paris 1 dec 2013 156 (7).jpg

arbutus paris 1 dec 2013 156 (8).jpg

Pourquoi ne restait-il des fruits qu'au sommet ? Les années précédentes il portait des fruits de bas en haut, même près du sol. Pour mieux les voir, j'ai fait des recadrages sur 2 photos prises un 12 novembre :

arbutus paris 12 nov  2011 rec 068.jpg

arbutus paris 12 nov  2011 rec 079.jpg

Les fruits mûrs apparaissent-ils d'abord en bas et tombent donc avant ceux du haut ? Je vois une autre explication. J'avais observé en 2011 le manège des corneilles qui en mangeaient à s'en rendre malades. Il passait sans cesse des visiteurs et c'est sans doute pour cela qu'elles se tenaient près du tronc, bien cachées par les branches basses de l'arbuste. Se contentaient-elles des fruits tombés au sol ou bien mangent-elles aussi les fruits à leur portée à partir du tronc :

arbutus paris 14 déc  2011 072 (1).jpg

En novembre les fruits étaient à ma portée et j'ai pu faire de belles photos :

1 arbutus paris 12 nov  2011 067.jpg

2 arbutus paris 12 nov  2011 066.jpg

20:08 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (1)

14/12/2013

Asimina triloba

Le bug sur mon blog est toujours là et c'est le silence absolu de la part de blogspirit. Il n'était pas possible de rédiger cette note dans ces conditions. Je l'ai donc mise sur un blog que je n'avais pas utilisé depuis des années. Je vous demande de m'excuser et d'aller voir le comportement de mes asiminiers sur blogspot :

http://sureaux.blogspot.fr/

19:30 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

13/12/2013

Livraison

 

colis 1 pép du bosc 002.jpg

colis 2 pép du bosc 001.jpg

cydonia aromatnaya colis pép du bosc rec 002.jpg

C'était aujourd'hui l'arrivée d'un colis des pépinières du Bosc. Toutes les plantes étaient emballées dans un sac transparent puis dans un épais sac noir, le tout ficelé à chaque niveau et tous les sac encore plus ficelés (scotch) les uns aux autres et le carton bien collé sur le tout. Aucune plante ne pouvait bouger de seulement 1cm. Il m'a fallu plus d'1/2 heure pour déballer mais il faut reconnaître que la méthode est efficace pour la sécurité des plantes.

Je n'ai pas encore résolu mon problème de bug avec blogspirit, je n'ai pas eu d'autre choix que de mettre les photos en tête de la note. Vous voyez de gauche à droite :

Pistacia vera Peter's, le mec. Le couple était destiné à Romilly car j'en ai déjà à Veneux, il va rester en pot jusqu'à ce que la sécurité soit assurée à Romilly.

Cydonia oblonga Aromatnaya (Krymsk) aux coings non astringents, racines nues

Diospyros kaki Jiro, fruits non astringents, racines nues (je viens de planter virginiana x kaki Russian Beauty)

Actinidia chinensis Sorelli

Pomelo Enzo

Citrangequat Thomasville (triple hybride)

Actinidia chinensis Belen

Citrus junos Yuzu

Actinidia arguta Issaï

Pistacia vera Kerman, la nana

J'ai recadré sur les racines du cognassier pour montrer que ce n'est pas un bébé et que le fin chevelu est magnifique.

 

19:57 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (3)

09/12/2013

Oliver

 

A Paris le 1 décembre le néflier du Japon, Eriobotrya japonica, était en fleurs :

eriobotrya paris 1 dec 2013 163.jpg

eriobotrya paris 1 dec 2013 159.jpg

eriobotrya paris 1 dec 2013 161.jpg

Mon néflier à Veneux est beaucoup plus grand et je dois utiliser le zoom pour photographier ses fleurs, quand il veut bien fleurir. J'ai mal choisi son emplacement, les arbres alentour ont trop poussé, le voisin a construit une maisonnette, et le pauvre néflier n'arrive à fleurir qu'à 4m de haut, là où il dépasse la maisonnette et peut apercevoir le soleil :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2010/12/21/eriobotr...

Pour lui redonner un peu de lumière, j'ai sévèrement raccourci le laurier-sauce, je vais couper le lierre qui épaissit le tronc du grand chêne et je vais faire élaguer un peu le chêne. Mais l'élagage du chêne sera très modéré car cet arbre de plus de 100 ans a peu de ramifications latérales et je ne veux pas le mettre en danger. Je ne peux non plus risquer la vie du néflier en le déplaçant alors qu'il doit approcher 30 ans. Je me contenterai de son magnifique feuillage et d'une floraison de temps en temps.

Pour avoir un néflier qui fleurit, j'avais planté 'Oliver' à Romilly. Oliver n'est pas le prénom de mon petit ami mais presque car je l'aime beaucoup. C'est le cultivar le plus planté en Floride. Il m'a été volé, comme beaucoup de plantes. Je viens de racheter 'Oliver' mais je ne le plante pas à Romilly. Il serait de nouveau volé. Un feuillage d'aspect exotique en plein hiver, ça attire le regard des minables du quartier. Mais le soleil sur le terrain de Veneux très boisé est une denrée rare. J'ai dégagé un emplacement à 3m de la clôture sud.

z eriobotrya oliver veneux 9 déc 2013 001.jpg

 

17:27 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

04/12/2013

La morelle de Balbis

 

Dans ce jardin les oiseaux ne manquent pas de nourriture pour supporter cette horrible saison.

1 paris 1 dec 2013 046.jpg

Voilà encore des fruits pour eux. Ils s'en occuperont lorsqu'ils seront venus à bout des kakis. Cette jolie plante a des fruits qui sont aussi comestibles pour nous mais on peut bien partager.

La morelle de Balbis, Solanum sisymbrifolium, est cultivée en annuelle chez nous car elle est gélive. Mais avec 50 graines par fruit il est facile de la ressemer, elle le fait souvent toute seule. On ne l'approche qu'avec des gants car elle a des épines partout, sur les tiges, sur les feuilles, sur les boutons, sur les fleurs, sur le calice des fruits. Elle a une longue production fruitière. Je vous avais montré ses fruits en septembre et en octobre à Marnay sur Seine

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2009/03/10/cultivon...

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2010/10/15/la-morel...

mais dans un jardin ouvert toute l'année comme à Paris, on peut les admirer encore jusqu'aux gelées. En décembre ses feuilles sont en fin de vie mais elle a encore des fleurs et des fruits. Les jolies fleurs ont un calice épineux et des pétales blancs ou bleutés. Les fruits seront rouges à maturité.

2 morelle de balbis paris 1 dec 2013 026 (1).jpg

3 morelle de balbis paris 1 dec 2013 026 (5).jpg

4 morelle de balbis paris 1 dec 2013 026 (2).jpg

5 morelle de balbis fl paris 1 dec 2013 032.jpg

6 morelle de balbis paris 1 dec 2013 026 (3).jpg

7 morelle de balbis paris 1 dec 2013 026 (4).jpg

8 morelle de balbis fr paris 1 dec 2013 026 (4).jpg

9 morelle de balbis paris 1 dec 2013 026 (7).jpg

10 morelle de balbis paris 1 dec 2013 026 (9).jpg

morelle de balbis paris 1 dec 2013 026 (8).jpg

morelle de balbis paris 1 dec 2013 026 (10).jpg

C'est une belle plante pour le potager mais pas seulement pour sa production fruitière. Elle peut en effet être utilisée comme culture piège pour protéger les pommes de terre des nématodes. En effet sur elle la production des kystes se déclenche mais la migration dans les racines est impossible et ils meurent.

Son seul défaut : elle n'aime pas avoir soif, il faut l'arroser en été.

 

14:52 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

01/12/2013

Les perruches aiment le kaki

 

J'allais passer devant ce grand kaki, 6m ou 6,5m de haut sans photographier. Je l'ai photographié et vous l'ai montré plus d'une fois.

1 diospyros kaki paris 1 dec 2013 170.jpg

2 kaki paris 1 dec 2013 173.jpg

Mais j'ai vu qu'il y avait 4 oiseaux. Là encore cela ne m'impressionnait pas, je vous l'ai aussi montré couvert d'une nuée d'étourneaux. J'ai pensé que c'étaient des pigeons mais ce n'était pas tout-à-fait ça. Pas facile de bien voir en fin d'après-midi par un pâle soleil d'hiver. J'ai décidé de photographier pour comprendre. Là encore ce n'était pas facile, le flash incorporé ne porte pas si loin. Mais mon APN est performant et m'a montré la couleur et les formes de perruches à collier. Elles sont plus grandes que les petites perruches qu'on vend couramment mais d'un vert clair ravissant.

3 perruche paris 1 dec 2013 174.jpg

4 perruche paris 1 dec 2013 171.jpg

5 perruche paris 1 dec 2013 172.jpg

Des fruits aussi délicieux, ça vaut la peine de quelques acrobaties tête en bas. Le collier noir signe son mâle.

6 perruche mâle paris 1 dec 2013 175.jpg

7 perruche mâle  paris 1 dec 2013 176.jpg

Et là, j'ai réussi à photographier le bec : partie supérieure rouge vif, partie inférieure noire. C'est bien une perruche à collier.

8 perruche rec paris 1 dec 2013 177.jpg

9 perruche tête paris 1 dec 2013 177.jpg

Ces perruches sont en France, surtout en Île de France depuis longtemps. Elles se sont parfaitement acclimatées. Elles ont de quoi se remplir abondamment le gésier. Il y a plusieurs kakis dans le quartier. Quand elles auront tout consommé, elles auront une belle couche de graisse, suffisante pour supporter les grands froids.

http://www.lefigaro.fr/environnement/2012/04/03/01029-201...

 

 

30/11/2013

Les argousiers se préparent

 

En novembre les argousiers ont encore des feuilles mais leurs bourgeons ont déjà grossi et ont presque le même aspect qu'en février. Ces bourgeons étaient très petits en août :

1 hippophae autof romi bourgeons 3 août 2013 022.jpg

En novembre les bourgeons mâles et femelles ont déjà un aspect un peu différent. Les mâles sont un peu plus gros, plus complexes que les femelles.

Les bourgeons mâles :

2 hippophae m romi 7 nov 2013 079 (2).jpg

3 hippophae m rec romi 7 nov 2013 079 (2).jpg

Les bourgeons femelles :

4 hippophae f romi 7 nov 2013 079 (3).jpg

5 hippophae f romi 7 nov 2013 079 (6).jpg

L'argousier autofertile :

6 hippophae auto romi 7 nov 2013 079 (5).jpg

7 hippophae auto romi 7 nov 2013 079 (4).jpg

 

13:29 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2013

Rubus illecebrosus

 

On l'appelle framboisier fraise à cause de l'aspect de ses fruits. C'est pour ses fruits que je l'avais commandé. Je savais qu'il se comportait en couvre-sol et drageonnait. Mais je ne m'attendais pas à ce qu'il soit si beau. Il a un superbe port retombant et il mérite d'être mis en valeur en étant planté un peu en hauteur. Il était prévu pour Romilly mais je connais une butte dans mon jardin de Veneux qui va tout-à-fait lui convenir et où il sera moins en danger. Il est bien rustique et tolère tous les terrains. Il est couvert de petites épines qui vous gratouillent les mains.

1 rubus illecebrosus barres 23 nov 2013 007.jpg

2 rubus illecebrosus barres 23 nov 2013 008 (2).jpg

rubus illecebrosus rec barres 23 nov 2013 008 (2).jpg

10:33 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (3)

17/11/2013

Elaeagnus umbellata

 

Mes 3 Elaeagnus umbellata, chalefs d'automne, font partie des arbres qui ont parfaitement toléré l'inondation prolongée de mai-juin alors qu'on les dit intolérants aux excès d'eau. Ils ont encore tout leur feuillage en novembre. Mais ils n'ont toujours pas fleuri. Celui de Marnay sur Seine est bien plus vieux et je n'y ai jamais vu de fruits. Il est vrai que, lui aussi, a pris un bain de pied cette année. Ils fleurissent bien, même jeunes, mais il leur faut beaucoup d'années pour la production fruitière.

Je me console donc, comme tous les ans, en admirant celui, magnifique, de l'arboretum des Barres. Il est photographié cette année le 12 octobre. Il est à mi-ombre, comme les miens, parce qu'il tolère mal le plein soleil à partir de la zone 8.

1 elaeagnus umbellata barres 12 oct 2013 018 (1).jpg

2 elaeagnus umbellata barres 12 oct 2013 024 (2).jpg

3 elaeagnus umbellata barres 12 oct 2013 024 (1).jpg

4 elaeagnus umbellata barres 12 oct 2013 018 (6).jpg

5 elaeagnus umbellata barres 12 oct 2013 018 (4).jpg

6 elaeagnus umbellata  barres 12 oct 2013 018 (3).jpg

elaeagnus umbellata rec barres 12 oct 2013 018 (3).jpg

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2012/04/22/elaeagnu...

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2011/10/14/eleagnus...

Quand aurai-je droit à ces beaux fruits dignes d'un arbre de Noël ?

 

 

14:02 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (1)

13/11/2013

Fuchsia regia reitzii

 

Beaucoup se passionnent pour des fuchsias, certes très beaux, qui ne survivent que dans des régions privilégiées ou en serre. Il faut savoir oser les fuchsias rustiques. Plusieurs acceptent les conditions de la zone 8 comme celui-ci photographié au Clos du Coudray en Normandie :

1 fuchsia Le Coudray 16 août août 2008 147.jpg

ou celui-là photographié à Paris :

2 fuchsia thérèse dupuis paris 26 sept  2010 072.jpg

3 fuchsia thérèse dupuis paris 26 sept  2010 073.jpg

Toujours à Paris, en voici un qui ose fleurir le 31 décembre !

4 fuchsia paris 31 déc 2011 064 (1).jpg

5 fuchsia paris 31 déc 2011 064 (2).jpg

Mais il y a encore plus rustique, le rêve à portée de jardin de zone 7 et même de zone 6 en situation abritée. C'est Fuchsia regia var. reitzii :

http://www.fuchsia-tomate.com/pages/fuchsias-vivaces/f-re...

Je viens de le commander pour sa nature de liane, jusqu'à 4m, et surtout ses fruits comestibles.

 

11/11/2013

Diospyros kaki

 

Encore une différence de comportement mais cette fois il ne s'agit pas d'une différence selon les terrains. Les deux Diospyros kaki sont à Romilly. Ils sont donc sur le même terrain, même qualité de sol, même exposition plein soleil, même exposition au vent, à environ 7m l'un de l'autre.

Le 21 octobre 'Fuyu' est en train de perdre ses deux dernières feuilles :

1 kaki fuyu romi 21 oct 2013 027.jpg

alors que 'Vainiglia' est toujours bien vert :

2 diospyros vainiglia romi 24 oct 2013 020.jpg

3 diospyros vainiglia romi 24 oct 2013 022.jpg

et le 7 novembre, donc 18 jours plus tard il est encore très vert, à peine 2 feuilles jaunes, même pas encore rouges :

4 diospyros vainiglia romi 7 nov 2013 040.jpg

Je ne verrai sans doute pas la fin de son feuillage car je ne peux aller à Romilly, le niveau de l'eau est remonté au point de départ et je ne peux prendre le risque de m'embourber. On aura près d'un mois de différence entre les deux arbres. A 1cm près nous sommes au même niveau d'eau qu'en mai :

crue 11 nov 2013.jpg

vigicrues-_pont_sur_seine.jpg

 

08:20 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

10/11/2013

Asimina triloba

 

Mes très jeunes asiminiers, 2 à Romilly et 3 à Veneux, sont tous plantés en bordure de bois, à Veneux parce que je n'ai pas le choix, à Romilly pour imiter leur position fréquente dans leur pays d'origine. Les températures sur les deux terrains sont à peu près identiques mais le bois à Romilly est à l'ouest et ne les protège peut-être pas aussi bien des froids vents d'est. A Veneux ils ont un terrain neutre, à Romilly un terrain basique qu'ils aiment un peu moins (pas sûr) mais ils ne présentent aucun signe de chlorose. A Romilly ils ont le terrain humide qu'ils aiment, à Veneux j'arrose beaucoup. En cette saison il est facile de distinguer les petits arbres des deux terrains, ceux de Romilly sont déjà sous cage, chevreuils obligent. Les américains disent que les chevreuils ne l'aiment pas parce que lorsqu'ils entament l'écorce il se dégage une odeur désagréable. Ce sera valable lorsqu'ils seront grands mais pour de si petites plantes, je me méfie.

Je suis étonnée de la différence de comportement entre ceux de Romilly et ceux de Veneux. A Romilly le 21 octobre le plus âgé avait 2 feuilles jaunes, l'autre était entièrement jaune. Le 7 novembre ils n'avaient plus de feuilles.

1 asimina romi 21 oct 2013 028.jpg

2 asimina romi 21 oct 2013 026.jpg

Ceux de Veneux sont aujourd'hui 10 novembre aussi verts qu'en plein été, l'un d'eux a eu ses plus jeunes feuilles rongées sans doute par des limaces :

3 asimina veneux 10 nov 2013 011.jpg

 

 

21:04 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

05/11/2013

Butia capitata

 

Mon très petit palmier, très petit parce qu'un palmier ça coûte très cher, a été planté à Romilly en décembre 2011. A peine 2 mois plus tard il a subi un froid exceptionnel, et donc imprévu, jusqu'à -11°C. Je n'avais protégé que ses racines avec un tapis de feuilles mortes et de lanières de papier. Sur cette première photo la bâche n'était pas pour lui mais pour étouffer les orties. A la sortie de cette période de gel (le matin seulement, dégel dans la journée) il m'a fait peur, je le croyais perdu. Le 16 février 2012 :

1 butia 16 fev 2012.jpg

Mais il s'en est vite remis et le 18 juillet 2012 il est tout beau :

2 butia 18 juillet 2012.jpg

L'hiver suivant a été "normal" avec bien sûr une petite inondation en février. Puis il a subi la grande inondation de plus d'un mois en mai-juin 2013. Il s'en est sorti mais au retrait des eaux le 12 juin ses feuilles sont un peu abîmées à leur extrémité :

3 butia romi 12 juin 2013 017.jpg

Il en fallait plus pour le décourager et le 2 novembre 2013 il est magnifique, il a grandi :

4 butia romi 2 nov 2013 021.jpg

Je crois même qu'il commence à former un stipe :

5 butia romi 2 nov 2013 020.jpg

Étant donné que la croissance de ce palmier est lente les 5 premières années, qu'il a subi à 2 mois un gel un peu limite, à un an une inondation exceptionnelle et prolongée, je crois que le résultat est satisfaisant et qu'il ne peut plus rien lui arriver de grave.

 

19:36 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

01/11/2013

Le goût des kiwis

 

actinidia fruits 1 nov 2013 001.jpg

A gauche c'est Actinidia kolomikta, à droite c'est Actinidia deliciosa 'Hayward'.

Pour la taille, y a pas photo. Pour le goût ? Je vais vous donner mon avis, mais ce n'est que mon avis, tous les goûts sont dans la nature, dit-on.

Je suis capable d'avaler une poignée de petits kolomikta avec plaisir mais si je plante mes dents dans Hayward, après l'avoir longuement épluché, je fais la grimace. Il n'est pas plus sucré mais il est beaucoup plus acide. Je ne suis peut-être pas la seule à faire la grimace car je n'ai pas l'impression que la consommation des kiwis du commerce prend beaucoup en France malgré leurs grandes qualités nutritionnelles.

Dans le commerce vous ne trouverez en pratique qu'un seul kiwi, Actinidia deliciosa 'Hayward', et très, très rarement un autre à chair jaune. Pourquoi Hayward et seulement lui. Parce qu'il est très productif, très gros et se conserve bien. C'est l'idéal pour la production industrielle. Le goût, ils s'en foutent. Comme ils se foutent du goût de leurs pommes Golden delicious, un goût qui n'a rien à voir avec le goût des Golden delicious de votre verger qui, elles, méritent l'adjectif delicious.

Le premier kiwi introduit en Europe, c'est Actinidia deliciosa. Il a une chair verte, une peau brune couverte de poils qui lui a valu le surnom de souris végétale. Pourquoi deliciosa ? Peut-être ce nom a-t-il été attribué après dégustation d'autres variétés car il existe d'autres variétés et cultivars.

Un autre kiwi tente de s'implanter, c'est 'Zespri Gold' mais je ne l'ai trouvé qu'une seule fois il y a 3 ans. Vous ne trouverez pas la liane pour la planter dans votre jardin. Elle n'est vendue qu'aux producteurs, à condition qu'ils en plantent au moins 1 ha, et probablement contre une forte rétribution. Mais, ne vous inquiétez pas, je vais vous proposer une solution alternative pour votre modeste jardin.

Zespri Gold est un Actinidia chinensis. Cette espèce est aussi originaire de Chine mais elle ne mérite pas le nom de souris végétale car elle n'a pas de poils. Une souris alopécique, ça n'existe pas. Actinidia chinensis produit lui aussi de gros fruits à peau brune, sans poils donc, à chair jaune plus sucrée et non acide. Pour ceux qui grincent des dents sous l'effet de l'acidité de deliciosa, mais veulent des fruits de grosse taille, c'est la solution.

Une autre solution : les Actinidia à petits fruits, tous peu acides et de plus en plus faciles à trouver pour votre jardin. Autre avantage, on peut les manger directement cueillis sur leur liane, sans épluchage fastidieux.

Je vous ai promis un chinensis pour votre jardin. Attention, on appelle encore très souvent ainsi les Actinidia deliciosa. Ils ont été groupés au départ en une seule espèce bien qu'ils soient très différents. Vérifiez donc qu'il s'agit bien de l'espèce à chair jaune. Il n'est pas évident de trouver l'espèce-type. Mais on peut trouver un autre cultivar que Zespri Gold, un cultivar italien, les italiens étant moins délirants financièrement, ou bien est-ce parce qu'il a été sélectionné par une Université et non par des producteurs. Il est très productif, a de gros fruits très sucrés, est très peu exigeant sur les conditions de culture. C'est Actinidia chinensis 'Sorelli'.

 

12:10 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (6)

30/10/2013

Protection

 

Aujourd'hui je pars à Romilly armée jusqu'aux dents, ou plutôt jusqu'au vaporisateur. Certains arbres semblent vouloir faire comme l'année précédente, garder leur feuillage bien vert au moins jusqu'au milieu de l'hiver. Je pense en particulier à l'amandier-pêche et au Pseudocydonia. Mais ils ont beaucoup grandi et les protéger en hauteur et en largeur devient trop difficile. Pour l'arbousier j'ai pu accrocher le grillage dans des branches de saule mais ceux-là sont isolés. J'ai donc ressorti mon bidon d'amérisant.

arbinol 001.jpg

arbinol a 001.jpg

arbinol b 001.jpg

29/10/2013

Actinidia kolomikta 'Dr Szymanowski'

 

C'est la jolie femelle offerte cette année à mon vieux mâle.

actinidia arguta 29 oct 2013 001.jpg

actinidia arguta 29 oct 2013 002.jpg

actinidia arguta 29 oct 2013 003.jpg

actinidia arguta 29 oct 2013 004.jpg

actinidia arguta 29 oct 2013 005.jpg

actinidia arguta 29 oct 2013 006.jpg

actinidia arguta rec 29 oct 2013 007.jpg

C'est mûr. Tout tombe dès qu'on y touche, feuilles et fruits. Les fruits sont agréables mais peu sucrés, sans doute très bons dans une salade de fruits ou au sirop.

 

 

09:41 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (2)

28/10/2013

Hovenia dulcis

 

C'est ma dernière acquisition fruitière. Il formera un bel arbre dont les pédoncules des fruits très sucrés seront à consommer lorsqu'ils tombent au sol en septembre. Il ne peut être planté à Veneux, il veut le plein soleil et un terrain humide. Il part donc mardi à Romilly.

1 hovenia 27 oct 2013 002.jpg

2 hovenia 27 oct 2013 003.jpg

Il est déjà beau bien qu'il commence à perdre ses feuilles. Il parait que son écorce aussi sera belle. On peut déjà en avoir une idée.

3 hovenia 27 oct 2013 015.jpg

C'est sa couleur naturelle sur ce sujet très jeune. En surexposition on voit mieux les détails :

4 hovenia 27 oct 2013 008.jpg

5 hovenia 27 oct 2013 004.jpg

 

00:01 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (5)

27/10/2013

Ficus carica

 

Je ne suis pas douée pour la culture du figuier. J'en ai eu un à Veneux pendant des années :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2008/07/20/le-figui...

Il était devenu très grand, débordait de partout et ne donnait jamais le moindre fruit alors que j'en voyais dans plusieurs jardins de Veneux magnifiquement productifs. Il était devenu si encombrant que j'ai fini par l'abattre.

J'en ai un actuellement à Veneux, je l'ai rabattu récemment. C'est le même problème, il ne fructifie pas.

Alors j'ai tenté d'en planter à Romilly. Le premier a été dévoré. Le deuxième est mort probablement noyé, pas par la grande crue de cette année mais par une toute petite habituelle de moins d'une semaine. Pourtant à Marnay il y en a un à seulement quelques mètres du jardin botanique donc en zone inondable.

J'avais décidé de renoncer. Le figuier n'est pas pour moi. Mais on vient de m'en offrir un. Il est minuscule, n'a aucun nom de variété, je ne sais même pas s'il est unifère ou bifère. Je ne peux me résoudre à le jeter. Je l'ai planté dans un très grand pot

1 ficus carica romi 25 oct 2013 022 (1).jpg

à l'abri des lapins, des chevreuils et de la montée des eaux. J'avais installé ce pot pour des plantes qui ne supportent pas l'eau. Je ne l'avais pas encore totalement rempli mais l'été dernier les petites consoudes bleues l'ont envahi. J'ai planté le figuier au milieu des consoudes qui ne peuvent lui faire que du bien.

ficus carica romi 25 oct 2013 022 (2).jpg

J'ai lu qu'on peut cultiver un figuier en pot. Il sera peut-être un peu à l'étroit en largeur mais pas en hauteur, le pot est sans fond. Je crains surtout qu'il bascule le pot quand il sera grand.

 

01:22 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

25/10/2013

Williams

 

Mes poiriers sont des farceurs. Ils m'ont tous fait croire qu'ils ne produiraient pas de fruits cette année et les 3 ont fructifié. Ou bien est-ce parce que je n'ai pas su regarder quand les fruits étaient tout petits. Ils font donc tous bien partie des fruitiers qui n'ont pas du tout souffert des inondations.

Ils avaient de 2 à 5 fruits. C'est bien puisqu'ils n'étaient plantés que depuis un an. Je n'ai pu goûter aux fruits de Conférence et de Doyenné du Comice parce qu'ils ont été cueillis par les sales gosses alors qu'ils étaient loin de la maturité. J'ai encore trouvé des poires juste mordues et rejetées. Ils sont non seulement voleurs mais aussi trop bêtes pour voir si un fruit est mûr. Il y a 2 ans ils m'avaient déjà fait ce coup, c'était aussi la peur que je les cueille avant eux. Pourtant à l'époque je croyais que c'étaient des gosses pauvres mais sympathiques et je leur donnais tous mes fruits, même pour emporter chez eux. Je sais maintenant que le mode de fonctionnement de la famille c'est uniquement la rapine et les allocations diverses.

Mes poiriers étaient tous en retard d'au moins un mois, comme toutes les plantes cette année (= durée de l'inondation ?). Le plus précoce c'est Williams, il aurait dû être à maturité en août-septembre et c'est maintenant que ses poires sont à point. Les gosses ne l'ont pas vu parce qu'il est planté entre la clôture et des arbustes qui le cachent, et de plus dans une zone peu fréquentable parce que je n'avais pas encore enlevé les ronces. Le pédoncule a cassé facilement, elles étaient donc mûres. J'ai cueilli ses 3 belles poires dodues. Elles sont délicieuses.

1 poirier williams romi 28 sept 2013 008.jpg

2 romi 28 sept 2013 013.jpg

3 romi 28 sept 2013 010.jpg

4 romi 28 sept 2013 012.jpg

romi 28 sept 2013 015.jpg

Les nashis n'ont pas aussi bien supporté l'excès d'eau. Ils ne sont pas abîmés, ils sont en pleine forme mais ils n'ont pas donné de fruits. Le plus vieux a pourtant donné jusqu'à 15 fruits il y a 2 ans, moins l'an dernier, alternance oblige. Mais pour se faire pardonner il m'offre un magnifique spectacle doré :

s nashi hosui romi 28 sept 2013 019.jpg

 

22:15 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

23/10/2013

La feuille d'arbousier, c'est délicieux !

 

La plupart des arbres sont encore verts mais des feuilles s'amassent déjà au sol et la saison sans végétation va commencer pour les herbivores. Il n'y a peut-être plus à craindre des lapins, ils grouillaient l'an dernier, je n'en ai pas vu un seul cette année, je ne sais pourquoi. Mais ce que je crains le plus pour mes arbres et arbustes, ce sont les chevreuils. Il m'est facile de protéger les troncs avec un grillage. Il est plus difficile de protéger un arbre ou arbuste à feuillage permanent, surtout quand il est petit et pas encore hors d'atteinte.

Celui qui plaît le plus aux chevreuils, c'est Arbutus unedo, l'arbousier, un vrai délice. Je ne m'étais pas assez méfiée, il paraissait tellement coriace. Le voici tel que je l'ai reçu en janvier 2009, bien touffu jusqu'au sol :

1 arbutus 15 janv 2009 038.jpg

Il s'était bien installé à Romilly, il avait profité de la belle saison pour grandir et même fleurir. Le 5 novembre 2009 :

2 arbutus romi 5 nov 2009  010.jpg

Mais il a failli succomber pendant l'hiver. Les branches ont été mangées presque jusqu'au tronc, il ne restait qu'une touffe au sommet. Il n'a pas récupéré pendant l'été et le 24 octobre 2010, lorsque je le protège, il n'a toujours que sa touffe au sommet :

3 arbutus p romi 24 oct  2010 020.jpg

Le voici le 30 janvier 2013, il a bien récupéré mais les branches les plus basses ne repousseront jamais :

4 arbutus romi 30 janvier 2013 008 (1).jpg

Il craint moins les inondations que les chevreuils. Il n'a pas encore refleuri mais il a nettement augmenté sa hauteur avec 2 belles branches verticales et j'ai dû remonter la protection :

5 arbutus rec romi 21 oct 2013 029.jpg

Je crois qu'il est maintenant bien reparti et qu'il fleurira l'an prochain mais je devrai maintenir très longtemps une protection jusqu'à 1m50.

Les branches coupées sur lesquelles j'ai accroché le grillage sont celles d'un saule. L'arbousier est planté près de son tronc au sud et je dois constamment élaguer le saule pour qu'il ne fasse pas d'ombre. Mais je crois que le saule toujours assoiffé protège l'arbousier des excès d'eau.

 

15:57 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (6)

20/10/2013

Serait-ce un Malus ?

 

On m'a donné quelques idées. Le saule, je ne vois pas lequel. La bourdaine y ressemble beaucoup. Mais feuillage caduc devenant rouge en automne, je n'ai jamais vu ça mais après tout mon Pseudocydonia garanti comme tel ne joue pas à ça lui non plus. Surtout, les feuilles ne correspondent pas, celles de la bourdaine ont un bord lisse. Le cognassier, bien qu'il se soit naturalisé par endroits ne correspond pas non plus à cause des feuilles.

Et le pommier ? Voici une feuille de Malus domestica et une feuille de Malus sylvestris :

malus 20 oct 2013 001.jpg

malus domestica 20 oct 2013 001.jpg

malus sylvestris 20 oct 2013 001.jpg

La forme, le nombre et la disposition des nervures, la double denture, tout correspond. Mais Malus sylvestris a des épines et les feuilles sont plus petites, celles de mon arbuste sont de la taille du pommier cultivé. Un semis spontané ? Mais comment expliquer les multiples troncs et les racines aériennes ?

Je me suis penchée sur le cas du pigeonnet d'Armor que je ne connaissais pas. C'est un pommier cultivé avec de bonnes pommes mais qui a la particularité de produire sur ses branches des broussins ou gales, d'où son autre nom Galeuse, qui sont des embryons de racines propices au bouturage si on les mets en terre. Je vois alors une explication à son aspect : les racines très au-dessus du sol ont été formées lors de l'inondation prolongée et haute, jusqu'à 40cm, et sont restées en l'air lorsque l'eau s'est retirée. Les multi-troncs pourraient être dus aux inondations modérées presque annuelles, près du sol donc et permettant l'enracinement dans le sol des tiges.

D'où viendrait cette galeuse ? Ce pommier est très souvent utilisé comme porte-greffe à cause de sa facilité de bouturage. Un précédent propriétaire avait planté des fruitiers puis plus personne ne s'en est occupé et je les ai trouvés en piteux état et sauvés de justesse sans doute pas pour longtemps. Le pommier greffé pourrait être mort et c'est le porte-greffe, la galeuse, qui est reparti.

Voilà une belle histoire. Seulement sortie de mon imagination ? Avouez que c'est une belle explication des racines aériennes pas souvent vues sur les plantes de notre climat. Il me reste à surveiller sérieusement sa floraison, dès mars, pour savoir qui il est vraiment. A suivre donc.

19/10/2013

Cornus mas 'Jolico'

 http://sureaux.blogspirit.com/archive/2010/10/01/jolico.h...

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2013/03/18/l-enfanc...

J'ai dû élaguer fortement le Cornus sanguinea proche de Cornus mas 'Jolico' car il prend des dimensions excessives, 4m x 4m, et il surplombait Jolico qu'il allait gêner dans sa croissance. Car Jolico a aussi beaucoup grandi cette année. Ses branches les plus hautes approchent 2m. Il est très beau, très sain. Il a un port beaucoup plus dressé que les Cornus mas sauvages de Veneux.

C'est à cette occasion que j'ai découvert que Jolico portait des fruits. Je ne l'avais pas vu avant car il sont peu nombreux et cachés par le feuillage dense. C'est leur couleur rouge qui a enfin attiré mon attention. Il y a 5 fruits rouges, un fruit encore jaune, et un fruit tombé au sol. Ce n'est pas beaucoup mais c'est enfin le démarrage de sa fructification.

1 jolico romi 19 oct 2013 014 (1).jpg

2 jolico romi 19 oct 2013 018 (2).jpg

3 jolico romi 19 oct 2013 019.jpg

Le fruit tombé au sol ne mesure que 2,5cm mais il n'est pas encore mûr. J'attends une coloration rouge sombre pour cueillir les autres fruits.

4 jolico romi 19 oct 2013 029.jpg

Les bourgeons floraux sont déjà gros et très nombreux :

jolico romi 19 oct 2013 020.jpg

 

18/10/2013

Qui bouffe mes poires ?

 

Je vous avais montré le très petit nombre de poires de mes poiriers plantés il y a un an. Mais 3 jours plus tard il n'y avait plus rien. Enfin presque, il restait une poire sur Conférence. Trop sombre, trop petite, elle n'intéressait pas.

Je me suis demandé qui était l'auteur du larcin. Il ne restait aucune trace des fruits, rien sur l'arbre, même pas un pédoncule, rien au sol, même pas un bout de trognon. Je me suis précipitée vers le pêcher Lacrima. Trois jours plus tôt il portait encore au moins 30 pêches, peut-être plus, et il n'y avait plus rien et rien au sol.

Faire disparaître autant de fruits aussi complètement, ce ne pouvait être qu'un animal à 2 pattes (et pas d'ailes).

Hier, j'ai trouvé la dernière poire Conférence dans l'allée à 2m de l'arbre. Elle portait des marques de dents, d'une bouche, une petite bouche certes, mais bien une bouche humaine.

1 poire romi 17 oct 2013 029.jpg

2 poire rec romi 17 oct 2013 029.jpg

Mais qu'y a-t-il à l'intérieur ? C'est sombre mais bien trop gros pour un pépin :

3 poire romi 17 oct 2013 028.jpg

J'ai ouvert :

4 poire romi 17 oct 2013 030.jpg

 

5 poire romi 17 oct 2013 031.jpg

Une limace et une fourmi. Mais regardons de plus près. Il y a 3 fourmis qui ne se gênent pas pour courir sur le corps de la limace.

6 poire rec romi 17 oct 2013 028.jpg

7 poire rec romi 17 oct 2013 030.jpg

8 poire rec romi 17 oct 2013 032.jpg

Bien sûr, ces bestioles ne sont pas responsables des marques de dents, elles ont juste profité de l'occasion. La poire encore petite n'était sans doute pas mûre, c'est ce qui explique son rejet.

Je pense que vous comprenez pourquoi je ne cultive plus de tomates. Je n'en goûterais jamais une seule. Les gosses viennent du bidonville à côté.

 

Zanthoxylum simulans

 

Mon Zanthoxylum simulans, le plus grand de mes poivriers de Sichuan, a bien supporté les inondations, comme les deux autres à Romilly, et il semble même en avoir été stimulé. Il mesure environ 3m x 3m. Au-dessus d'un tronc haut il s'évase.

1 zanthoxylum simulans romi 17 oct 2013 006.jpg

Ce qui me fait dire qu'il a été stimulé, ce sont ces très longues branches au feuilles vert tendre, différentes des feuilles plus petites et jaunissantes des branches plus anciennes. Ces branches très vertes ne portent pas de fruits, ce sont les branches de l'année :

 

2 zanthoxylum simulans romi 17 oct 2013 010.jpg

La fructification en est au même stade que l'an dernier à la même époque et elle est abondante. Il faut attendre encore un peu pour la cueillette de l'écorce des fruits.

romi 17 oct 2013 012.jpg

romi 17 oct 2013 013.jpg

romi 17 oct 2013 015.jpg

romi 17 oct 2013 017.jpg

romi 17 oct 2013 018.jpg