Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/11/2014

Asimina, un miraculé

Les asiminiers ont une croissance extrêmement lente au début parce qu’ils commencent par faire une racine pivotante très profonde, 3 fois la hauteur du plant. Autant dire qu’ils sont vite indéplaçables. Il parait qu’ensuite ça s’améliore. J’en ai deux à Romilly, terrain suffisamment argileux pour leur plaire, et trois à Veneux, terrain trop léger mais amélioré par mes soins et ils y sont arrosés tous les 2 jours en été.

L’un d’eux à Romilly me désespère. Le tronc d’origine est mort mais il est reparti sur un deuxième tronc, puis un troisième l’année suivante. Tous ces troncs sont toujours visibles, je n’ai pas rêvé. Cette année, en avril, il semblait décidé à repartir sur ce troisième tronc. Le 28 avril :

1 asimina romi 28 avril 2014 010.jpg

Et puis, tout a disparu. Je l’ai cru définitivement mort et je ne m’en suis plus occupée. Hier, j’ai débarrassé de ses envahisseurs indésirables pour la troisième fois de l’année un sureau du Canada. Les ronces bleues sont vraiment la plaie de ce terrain. J’ai alors aperçu de grandes feuilles à nulles autres pareilles. L’asiminier était vivant ! Une branche a  même traversé son grillage de protection (contre les chevreuils toujours, les deux asiminiers ont leur grillage toute l’année) :

2 asimina romi 9 nov 2014 041.jpg

Vous voyez derrière, à droite un semis spontané de noyer que je devrai abattre s’il lui fait trop d’ombre (il est au nord) et à gauche un fusain d‘Europe et un if femelle.

J’attends qu’il ait perdu ses feuilles pour déplacer le grillage ou, si nécessaire, le découper. J’ai rajouté un grillage pour protéger cette branche :

3 asimina romi 9 nov 2014 042.jpg

Voici le plus beau de mes asiminiers de deux ans à Veneux aujourd’hui entre un Viburnum tinus et deux mahonias :

4 asimina veneux 10 nov 2014 001.jpg

Ce n’est pas encore cette année que je goûterai les fruits. Ils commencent à produire des fruits lorsqu’ils atteignent 2m, et cela demande 5 à 8ans. Pas étonnant que les miens soient encore si petits. A noter aussi qu’ils ont besoin de 400 heures de froid pour fructifier. Heureusement froid ne veut pas dire gel mais moins de +7°C, une température souvent atteinte la nuit. D'ailleurs, celui de Marnay, à 10 km de mon terrain dans un sol identique, fructifie (en petite quantité parce qu'il n'a pas un copain pour une bonne pollinisation).

http://www.fruitiers-rares.info/articles45a50/article48-A...

http://www.pawpaw.kysu.edu/pawpaw/ppg.htm

 

 

13:04 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

30/10/2014

Fuchsia reitzii, c'est très bon

Je vous avais montré mes essais d’un nouveau fruitier :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2014/08/31/fuchsia-...

Fuchsia reitzii a été planté cet été, il a aussitôt fleuri et n’a jamais cessé depuis. Le 30 octobre, il est toujours en fleurs :

1 fuchsia reitzii romi 29 oct 2014 047 (3).jpg

Avec la disposition efficace des étamines au-dessus du pistil qu’elles inondent de pollen. Il fleurit encore abondamment :

2 fuchsia reitzii romi 29 oct 2014 047 (6).jpg

Et la suite est prévue avec de nombreux boutons :

3 fuchsia reitzii romi 29 oct 2014 047 (5).jpg

Mais le clou du spectacle, ce sont les fruits :

fuchsia reitzii romi 29 oct 2014 047 (1).jpg

fuchsia reitzii romi fruits 29 oct 2014 047 (1).jpg

fuchsia reitzii romi fruits jeunes 29 oct 2014 047 (1).jpg

fuchsia reitzii romifr vert et mur 29 oct 2014 047 (1).jpg

J’en ai goûté un mûr. C’est très bon, la consistance d’une cerise, sans perception d’un noyau ou d’un grain, un goût proche de la cerise, bien sucré mais sans excès.

Deux remarques :

Il est souvent donné comme résistant jusqu’à -10°C. C’est vrai mais pour la partie aérienne. La souche est très résistante au froid et vous pouvez le planter sans risque en zone 7, mais il n’atteindra pas ses dimensions maximales.

Il est grand, il sera sans doute encore plus grand l’an prochain et son port est retombant. Il faut donc prévoir un support pour ses longues tiges, un mur, ou mieux un grillage. Le grillage est l’idéal, les attaches sont faciles et il permet l’air et la lumière tout autour de l’arbuste. Mais pour la zone 7, au sud d’un mur est peut-être mieux pour le réchauffer en automne quand il produit ses fruits.

 

11:46 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2014

Malus sieversii

J’avais reçu 2 magnifiques Malus sieversii greffés le 12 mars 2014. Ils étaient à racines nues, emballés ensemble :

1 malus sieversii 12 mars 2014 002 (3).jpg

Les voici séparés. L’un a été mis en pot, l’autre, à droite, a toujours ses racines à l’air

2 malus sieversii 12 mars 2014 002 (4).jpg

Car il va être aussitôt planté à Veneux :

malus sieversii 12 mars 2014 014.jpg

Celui qui est en pot est pour Romilly mais son départ n’est prévu qu’à l’automne. En effet, je ne suis pas certaine de pouvoir assurer l‘arrosage correctement tout l’été. S’il y avait eu l’infestation de moustiques comme l’an dernier, je n’aurais pu y aller pendant des semaines. Mais je n’en ai pas vu la queue d’un, même pas les « normaux » qui ne piquent que le soir et n’aiment pas la citronnelle.

Malheureusement, alors qu’ils étaient bien protégés par un gros tuteur, ils sont arrivés avec l’extrémité du tuteur et l’extrémité des deux tiges cassées :

3 malus sieversii 12 mars 2014 001.jpg

4 malus sieversii 12 mars 2014 002 (5).jpg

Je n’ai pas voulu les renvoyer. L’atteinte était peu importante et j’avais peur de ne pas recevoir aussi bien en retour car c’est une denrée rare. J’ai bien fait, ils sont maintenant splendides et équivalents, aussi bien celui en pleine terre que celui en pot. Ce sont des petits arbres vigoureux, il n’y a qu’à voir la percée des racines de celui qui est resté 7 mois en pot et qui n’en a pas du tout souffert :

5 malus sieversii romi 22 oct 2014 027 (2).jpg

J’ai cassé le pot pour récupérer toutes les racines intactes. Et la nature avait poussé le zèle jusqu’à installer les couvre-sol de protection, un mini-plant de lierre et une marcotte de Lamium galeobdolon, un lamier au développement fulgurant qui ne laisse passer aucune germination intempestive.

6 malus sieversii romi 22 oct 2014 027 (3).jpg

7 malus sieversii romi 22 oct 2014 053 (2).jpg

Vous remarquez à gauche une grosse touffe. J’en ai profité pour l’installer  après l’avoir découverte au somment d’un pot inutilisé depuis longtemps. A vrai dire c’était bien au-dessus du pot dont la terre avait été soulevée, probablement par un nid de fourmis. Cette plante fait sérieusement penser à une marguerite. Il y a beaucoup de Leucanthemum vulgare très sauvage sur le terrain, mais jamais en touffes aussi denses. Est-ce elle, est-ce un semis d’autre chose ? On verra à la floraison.

8 leucanthemum romi 22 oct 2014 050 (1).jpg

9 leucanthemum romi 22 oct 2014 050 (2).jpg

10 leucanthemum romi 22 oct 2014 050 (3).jpg

Environ 3m plus loin, j’ai planté un de mes semis de Malus sieversii :

11 malus siev semis romi 22 oct 2014 056 (2).jpg

12 malus siev semis romi 22 oct 2014 056 (1).jpg

Mais j’ai des doutes sur l’espèce. En effet, lorsque j’ai reçu les graines des américains, l’étiquetage du paquet n’était pas très botanique et je me demande si ce n’est pas un Malus botanique américain. Les feuilles paraissent différentes, celles du semis plus large et plus claires. Mais c’est peut-être parce qu’il est très jeune. On verra bien et maintenant, j’ai 2 sieversii certains, ce serait un plus d’avoir un autre Malus botanique. J’ai déjà des Malus sylvestris bien de chez nous.

Malus sieversii greffé :

13 malus sieversii  romi 22 oct 2014 050 (4).jpg

Malus de semis :

14 malus siev semis romi 22 oct 2014 056 (3).jpg

 

15:55 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (6)

26/10/2014

King of Dongting

King of Dongting est un Ginkgo mais, comme son nom ne l’indique pas, un ginkgo femelle. Certains vendeurs, peu au courant du monde des ginkgos, le vendent comme mâle. C’est pourtant la femelle qui porte les plus gros ovules.

Cette plantureuse femelle n’est pas facile à trouver en France. J’en avais commandé une l’an dernier. Mais ce qui m’a été livré était ridiculement petit : à peine 10cm de haut, 2 feuilles, et des bourgeons qui semblaient desséchés. Elle n’a pas survécu.

1 ginkgo king of dongting 10 oct 2013 001 (1).jpg

2 ginkgo king romi 29 mars 2014 057.jpg

Cette année, je l’ai commandée chez Esveld. C’est plus sérieux, 60 cm de haut, plusieurs tiges, des bourgeons bien frais et un porte-greffe puissant.

ginkgo king of dongting romi 25 oct 2014 031 (1).jpg

ginkgo king of dongting romi 25 oct 2014 031 (2).jpg

ginkgo king of dongting romi 25 oct 2014 031 (3).jpg

ginkgo king of dongting romi 25 oct 2014 031 (4).jpg

09:10 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (8)

11/10/2014

Les journées de l'arbre

Vous l’avez compris, je suis allée à l’Arboretum des Barres. C’est aujourd’hui et demain les journées de l’arbre, comme tous les ans. Et, bien sûr, j’ai eu quelques tentations.

Un rosier à la fois beau et défensif, Rosa pteracantha. C’est une forme botanique de Rosa sericea, le rosier soyeux. Franchement, le trouvez-vous soyeux ? Il est vrai qu’il a de jolis poils soyeux et roses entre les épines et ses petites feuilles sont charmantes :

1 rosa pteracantha barres 11 oct 2014 088 (1).jpg

2 rosa pteracantha barres 11 oct 2014 088 (2).jpg

3 rosa pteracantha barres 11 oct 2014 088 (4).jpg

4 rosa pteracantha barres 11 oct 2014 088 (6).jpg

5 rosa pteracantha barres 11 oct 2014 088 (5).jpg

6 rosa pteracantha barres 11 oct 2014 088 (7).jpg

Le vendeur m’a dit qu’il faut le tailler près la floraison pour avoir de jeunes tiges, les seules qui portent ces aiguillons rouges et translucides. Il est greffé sur Rosa canina donc pas de problème à Romilly.

Vitis vinifera ‘Purpurea’, à la fois décorative et productive. C’est joindre l’utile à l’agréable et elle était prévue dans mes achats. La vigne se plait à Romilly. J’en ai déjà planté une. Elle n’a pas encore fleuri mais atteint déjà 4m dans le saule que je lui attribué et que je taille pour que son feuillage ne la gêne pas. La vigne se plait tellement que je n’arrive pas à me débarrasser de celle plantée par un précédent propriétaire et dont les raisins sont immangeables. Elle s’est ressemée chez un voisin et de là revient m’envahir. Il faut dire que le terrain convient et on est en Champagne.

7 vitis vinifera purpurea barres 11 oct 2014 096 (1).jpg

8 vitis vinifera purpurea barres 11 oct 2014 096 (2).jpg

9 vitis vinifera purpurea barres 11 oct 2014 096 (3).jpg

10 vitis vinifera purpurea barres 11 oct 2014 096 (5).jpg