Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2014

Des argouses pour les petits oiseaux

Je vous avais montré des photos de mon argousier alors que les fruits étaient encore jaunes donc pas mûrs. Je craignais de ne pouvoir en photographier autant plus tard. Et je ne m’étais pas trompée. C’est à peine s’ils commencent à prendre une teinte orange par points et quelques-uns ont été attaqués. Les argousiers au bord de la N19 gardent leurs fruits plus longtemps mais le coin est trop agité pour les oiseaux avec le passage incessant des voitures. Chez moi, c’est le calme.

1 hippophae autofromi 9 août 2014 012 (1).jpg

2 hippophae autofromi 9 août 2014 012 (2).jpg

La mouche scorpion est un mâle. Il n’est bien sûr pas responsable des dégâts, il se contente de sucer la chair découverte.

Ces adorables mouches scorpions sont très nombreuses. J’en ai même eu une sur l’objectif de l’APN mais c’est sur le Viburnum lantana qu’elles sont nombreuses en ce moment. Voici 2 femelles et un mâle :

3 mouche scorpion fem romi 9 août 2014 052 (2).jpg

mouche scorpion fem romi 9 août 2014 052 (4).jpg

vib lantana mouche sc romi 9 août 2014 050.jpg

 

08/08/2014

Hippophae rhamnoides

Les fruits de l’argousier auto fertile sont maintenant bien visibles. Je ne peux affirmer qu’il est vraiment auto fertile car il y a un grand mâle à proximité, à l’ouest, c’est favorable à la pollinisation par le vent. C’est sa première production. L’an dernier il a eu un seul fruit

1 hippophae autof romi 3 août 2013 022.jpg

mais il venait d’être planté. Je n’ai pas à me plaindre, il faut compter 3 ans pour les premiers fruits et c’est ce qui s’est produit pour le pied femelle. Le 1 juillet les fruits commençaient à se colorer :

2 hypophae autof romi 1 juil 2014 036.jpg

Le 3 août ils sont encore jaunes mais très visibles :

3 hippophae autof romi 27juil 2014 012.jpg

4 hyppophae autof romi 3 août 2014 002.jpg

5 hipophae autof romi 27juil 2014 026.jpg

Même s’ils ne sont pas tout-à-fait mûrs, je préfère les photographier maintenant car ils ne sont pas à l’abri de la voracité des oiseaux. En effet, le pied femelle qui avait produit pour la première fois l’an dernier

6 hippophae fem romi 3 août 2013 023 (2).jpg

a perdu tous ses fruits alors que je les avais remarqués encore verts en mai et je ne vois pas d’autre explication. Il faut dire qu’il est bien dégagé avec, en plus, des fils pour se poser à côté. J’aurai des fruits pour ma consommation ou la décoration lorsqu’ils seront très grands et très couverts de fruits comme ceux du bord de route près de Nogent :

7 hippophae romi 7 sept 2013 022 (4).jpg

8 hippophae romi 7 sept 2013 022 (7).jpg

Il est très décoratif et il fixe l’azote. Il est donc favorable aux autres plantes s’il ne les envahit pas par ses drageons. Mais il suffit de contrôler. Excellent complément alimentaire, il est aussi efficace pour la peau, les muqueuses, les plaies et les bosses… à condition de trouver les huiles et laits en contenant ou savoir les préparer soi-même.

17:38 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

02/08/2014

Rubus phoenicolasius

La ronce japonaise est très décorative et elle est réputée pour ses fruits qui seraient les meilleures mûres. J’en avais planté deux en 2012 à Romilly et j’aurais dû avoir des fruits mais elles ont succombé aux inondations prolongées de 2013. Ce printemps, j’en ai replanté une à Romilly. Elle n’y est pas à l’abri d’une inondation mais une inondation normale de quelques jours. Je ne crois pas qu’une inondation de 6 semaines se reproduira, je suis persuadée que cela était lié à une erreur de gestion de la Seine et que cela servira de leçon. J’ai planté l’autre à Veneux à l’abri des inondations mais pas à l’abri de la sécheresse qu’elle craint. Mais à Veneux j’ai l’eau courante. Je les fais reposer sur les arbustes environnants.

Cette ronce a des tiges biennales. La première année la jeune tige pousse jusqu’à 3m. La deuxième année, elle ne grandit pas mais fait des tiges latérales et fleurit et fructifie. Après fructification, on la coupe.

La ronce de Romilly n’a encore fait que des tiges de première année :

1 rubus phoeni romi 27juil 2014 036 (3).jpg

2 rubus phoeni romi 27juil 2014 036 (5).jpg

3 rubus phoeni rec  romi 27juil 2014 036 (4).jpg

4 rubus phoeni romi 27juil 2014 036 (1).jpg

5 rubus phoeni romi 27juil 2014 036 (7).jpg

La ronce de Veneux a une tige de deuxième année mais elle avait été coupée, il n’en reste qu’un court segment qui cependant fructifie un peu. La tige de l’année mesure environ 2m :

a rubus phoenico veneux 2 août 2014 004 (7).jpg

Les deux tiges sont différentes : la jeune est verte avec épines et poils rouges. L’ancienne est plus sombre :

b rubus phoenico veneux 2 août 2014 004 (2).jpg

c rubus phoenico veneux 2 août 2014 004 (4).jpg

d rubus phoenico rec veneux 2 août 2014 004 (5).jpg

e rubus phoenico veneux 2 août 2014 004 (3).jpg

L’envers des feuilles est argenté :

f rubus phoenico veneux 2 août 2014 004 (6).jpg

Les feuilles de la tige jeune sont plus grandes que celles de la tige de deuxième année :

g rubus phoenico veneux 2 août 2014 004 (9).jpg

h rubus phoenico veneux 2 août 2014 004 (1).jpg

 

Une ronce bien installée à l’arboretum des Barres un 27 juillet :

rubus phoenicolasius barres 27 juillet 2013 080 (1).jpg

rubus phoenicolasius barres 27 juillet 2013 080 (2).jpg

rubus phoenicolasius barres 27 juillet 2013 080 (3).jpg

rubus phoenicolasius barres 27 juillet 2013 080 (4).jpg

rubus phoenicolasius barres 27 juillet 2013 080 (5).jpg

23:12 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

27/07/2014

Ziziphus jujuba

C’est ‘Lang’, le seul qui n’a pas été volé. Il est très jeune et ne produira probablement pas encore cette année, il n’a qu’une ou deux fleurs à l’aisselle des feuilles. Mais il faut remarquer encore une fois qu’il a survécu sans dommages aux inondations prolongées de 2013 où il est resté 6 semaines puis 4 semaines dans une cuvette d’eau et il résiste à la sécheresse, je ne l’ai jamais arrosé. Il fleurit depuis début juillet mais il faut vraiment mettre le nez dessus pour voir ces fleurs tant elles sont minuscules. J’ai eu du mal pour la mise au point à main levée avec l’objectif macro et les images que je vous montre sont des recadrages. Dire que ces fleurs minuscules vont donner des fruits de la taille d’une olive et même plus pour Lang.

ziziphus lang rec romi 27 juil 2014 011 (6).jpg

ziziphus lang romi 27 juil 2014 011 (7).jpg

20:36 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

26/07/2014

Mes noisetiers pourpres

J’en ai marre des noisetiers « normaux » à feuillage vert. Ils sont beaucoup trop grands, trop encombrants, trop envahissants. Je ne peux atteindre leurs noisettes, elles sont donc réservées aux écureuils. Je n’ai rien contre le nourrissage des écureuils mais au prix d’un tel encombrement même pas vraiment esthétique, je vais devoir les limiter. Car ils se ressèment partout et ces jeunes grandissent à une vitesse folle. Je vais tous les supprimer et ne garder que l’alignement d’origine à rabattre sans cesse.

Mais il y a le petit noisetier pourpre. Il est petit parce que c’est la variété pourpre de Corylus avellana, le noisetier spontané de nos régions et il ne dépassera pas 3m. Ce qui est vendu dans les jardineries, c’est Corylus maxima ‘Purpurea’ qui devient encore plus grand que mes noisetiers verts. Le mien gardera toujours ses noisettes à ma portée. Lorsque j’ai acheté le terrain, il était complètement étouffé par les noisetiers verts. Je l’ai dégagé et maintenant il est magnifique, 3m en tous sens et très dense. Au printemps il est rouge vif, en été il est plutôt bronze et il présente donc en plus de sa petite taille l’intérêt d’être très décoratif, non seulement par son feuillage mais aussi par ses chatons roses et ses noisettes rouges.

1 corylus rouge romi 23 juil 2014 036.jpg

Lorsque j’ai défriché en avril 2009, j’ai eu la surprise de trouver son petit à environ 15m de lui. C’est certainement un semis spontané car il était vraiment très petit, juste une branche et moins de 10 feuilles. Il a d’ailleurs failli se faire défricher, ce sont ses belles feuilles rouges qui l’ont sauvé. J’ai planté un piquet devant pour le repérer et ne plus l’agresser :

2 corylus bébé 18 avril 2009 020 (36).jpg

Il a grandi très, très lentement. Maintenant il approche 3m en hauteur mais il est encore fluet. Il me donne cette année ses 3 premières noisettes.

3 corylus rouhge jeune romi 23 juil 2014 070 (2).jpg

Il y a un an, j’en ai planté un troisième. C’est encore un bébé. C’est Corylus avellana ‘Red Majestic’, un petit noisetier tortueux à feuillage rouge. Il ne dépassera pas 2 m.

4 corylus red majestic  romi 23 juil 2014 028 (1).jpg

5 corylus tortuosa romi 23 juil 2014 028 (3).jpg

6 corylus tortuosa romi 23 juil 2014 028 (4).jpg

Il drageonne déjà mais avec des tiges droites et un feuillage très vert. Ce sont donc des rejets du porte-greffe :

7 corylus drageons romi 23 juil 2014 028 (5).jpg

Je les ai aussitôt supprimés et on voit bien maintenant son petit tronc tortueux dès sa base :

8 corylus tortuosa romi 23 juil 2014 028 (7).jpg

 Malgré sa petite taille il sera sans doute très productif. Voici un adulte en version verte à Paris :

9 corylus contorta paris 3 mars 2012 091.jpg

10 corylus av tortuosa paris 27 fev 2011 112 (3).jpg

Mes noisetiers pourpres sont bien des Corylus avellana. En voici pour preuve le charme de leurs noisettes enveloppées d’un jupon ouvert et froufroutant alors que les noisettes de Corylus maxima sont sévèrement et pudiquement cachées par un involucre fermé sans aucun charme.

romi 23 juil 2014 037.jpg

romi 23 juil 2014 038.jpg

romi 23 juil 2014 039.jpg

15:00 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

23/07/2014

Rubus odoratus et la mouche scorpion

La ronce odorante continue à fleurir et fructifier :

1 rubus odorata romi 23 juil 2014 023 (1).jpg

2 rubus odorata romi 23 juil 2014 023 (2).jpg

3 rubus odorata romi 23 juil 2014 023 (3).jpg

Mais je me rends vite compte qu’elle intéresse la mouche scorpion, il y en a 3 en même temps, toutes des femelles, en train de sucer un fruit ou à proximité sur une feuille.

4 panorpa romi 23 juil 2014 041 (1).jpg

5 panorpa rec romi 23 juil 2014 041 (1).jpg

6 panorpa romi 23 juil 2014 046.jpg

7 panorpa romi 23 juil 2014 041 (3).jpg

Rappel : la mouche scorpion, Panorpa vulgaris n’est ni une mouche ni un scorpion et elle est totalement inoffensive. Celles-ci sont des femelles car l’abdomen est long et effilé. Le mâle a un abdomen élargi et retourné vers l’avant, terminé par une pince, c’est ce qui lui a valu le nom de mouche scorpion.  Ce qui est remarquable aussi, c’est le « bec » formé par les mandibules longues. Il y a beaucoup de ces bestioles sur le terrain de Romilly mais je rencontre rarement des mâles. En voici un photographié un autre jour :

8 mouche scorpion romilly 16 juil  2012 323.jpg