Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/11/2014

Soleils d'automne

Certains virent au jaune pur.

Un nashi entouré d’eupatoires fanées mais encore décoratives :

1 nashi romi 9 nov 2014 020.jpg

Rosa rugosa et ses 5 drageons, jusqu’à 1m de distance :

2 rosa rugosa romi 9 nov 2014 035 (2).jpg

Mon plus vieux Ginkgo biloba qui serait une femelle à port vertical (les femelles sont généralement plus étalées que les mâles) sur son lit de lierre et de consoude bleue :

3 ginkgo 1 romi 9 nov 2014 040.jpg

Celui-ci est très petit et ne grandit pas vite car c’est un semis et je ne connaitrai pas son sexe avant de nombreuses années. Ses feuilles sont très différentes, beaucoup plus grandes :

4 ginkgo 2 romi 9 nov 2014 044.jpg

Cornus officinalis commence à virer au jaune :

6 cornus officinalis romi 11 nov 2014 013.jpg

avant de passer au rouge comme ici il y a 3 ans :

7 cornus off romi 13 nov  2011 007.jpg

Il a énormément grandi depuis !

Et à Veneux, mon magnifique Actinidia melenandra qui s’étale sur plusieurs arches :

actinidia mela veneux 10 nov 2014 002.jpg

 

11/11/2014

Aubépines

Le sol de Romilly est fait pour elles, elles s’y plaisent et grandissent vite.

Spontanément Crataegus monogyna se sème à profusion depuis peu. En effet, depuis que j’ai défriché, elles en profitent. La plus grande, découverte il y a moins de 2 ans alors qu’elle mesurait moins d’un mètre, atteint déjà 3m et est bien dense. Elle avait pourtant été déracinée par les inondations et j’avais dû la replanter et la tuteurer. Elle a fleuri cette année et donné de jolies cenelles.

0 crataegus mono romi 31 aoûtv  2014 003 (2).jpg

1 crataegus monogyna romi 22 oct 2014 066.jpg

C’est un bel arbuste très décoratif. Mais les cenelles de nos aubépines sont petites et fades. Ce n’est pas le cas sur d’autres continents et j’ai voulu profiter du plaisir que prennent les aubépines à vivre sur mon terrain pour en planter d’autres à fruits gros et très sucrés.

La première plantée a été Crataegus pedicellata. Elle atteint maintenant 3m et a fleuri cette année pour la première fois mais n’a pas encore fructifié. Les fleurs sont très grandes :

2 crataegus pedicellata romi 23 mai 2014 029 (4).jpg

La voici aujourd’hui :

3 crataegus pedicellata romi 11 nov 2014 015 (4).jpg

4 crataegus pedicellata romi 11 nov 2014 015 (1).jpg

5 crataegus pedicellata romi 11 nov 2014 015 (3).jpg

6 crataegus pedicellata romi 15 mai 2014 070.jpg

Elle garde son feuillage très longtemps, une fois jusqu’en février.

J’ai planté aujourd’hui Crataegus pinnatifida var. major ‘Big Golden Star’. Ses feuilles sont grandes et font un peu penser à celles du chêne.

7 crataegus big golden star romi 11 nov 2014 029.jpg

8 crataegus big golden star romi 11 nov 2014 007 (2).jpg

9 crataegus big golden star romi 11 nov 2014 007 (3).jpg

10 crataegus big golden star romi 11 nov 2014 028.jpg

Deux autres sont en jauge depuis ce matin. Crataegus ellwangeriana a encore quelques feuilles :

11 crataegus ellwangeriana cf 001.jpg

12 crataegus ellwangeriana 11 nov 2014 004.jpg

13 crataegus ellwangeriana 11 nov 2014 001.jpg

Crataegus durobrivensis n’a plus de feuilles. Elles seraient grandes, faisant penser à celles du noisetier. Surtout les fleurs en bouquet seraient les plus grandes du genre.

crataegus durobrivensis 11 nov 2014 002.jpg

22:27 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

10/11/2014

Asimina, un miraculé

Les asiminiers ont une croissance extrêmement lente au début parce qu’ils commencent par faire une racine pivotante très profonde, 3 fois la hauteur du plant. Autant dire qu’ils sont vite indéplaçables. Il parait qu’ensuite ça s’améliore. J’en ai deux à Romilly, terrain suffisamment argileux pour leur plaire, et trois à Veneux, terrain trop léger mais amélioré par mes soins et ils y sont arrosés tous les 2 jours en été.

L’un d’eux à Romilly me désespère. Le tronc d’origine est mort mais il est reparti sur un deuxième tronc, puis un troisième l’année suivante. Tous ces troncs sont toujours visibles, je n’ai pas rêvé. Cette année, en avril, il semblait décidé à repartir sur ce troisième tronc. Le 28 avril :

1 asimina romi 28 avril 2014 010.jpg

Et puis, tout a disparu. Je l’ai cru définitivement mort et je ne m’en suis plus occupée. Hier, j’ai débarrassé de ses envahisseurs indésirables pour la troisième fois de l’année un sureau du Canada. Les ronces bleues sont vraiment la plaie de ce terrain. J’ai alors aperçu de grandes feuilles à nulles autres pareilles. L’asiminier était vivant ! Une branche a  même traversé son grillage de protection (contre les chevreuils toujours, les deux asiminiers ont leur grillage toute l’année) :

2 asimina romi 9 nov 2014 041.jpg

Vous voyez derrière, à droite un semis spontané de noyer que je devrai abattre s’il lui fait trop d’ombre (il est au nord) et à gauche un fusain d‘Europe et un if femelle.

J’attends qu’il ait perdu ses feuilles pour déplacer le grillage ou, si nécessaire, le découper. J’ai rajouté un grillage pour protéger cette branche :

3 asimina romi 9 nov 2014 042.jpg

Voici le plus beau de mes asiminiers de deux ans à Veneux aujourd’hui entre un Viburnum tinus et deux mahonias :

4 asimina veneux 10 nov 2014 001.jpg

Ce n’est pas encore cette année que je goûterai les fruits. Ils commencent à produire des fruits lorsqu’ils atteignent 2m, et cela demande 5 à 8ans. Pas étonnant que les miens soient encore si petits. A noter aussi qu’ils ont besoin de 400 heures de froid pour fructifier. Heureusement froid ne veut pas dire gel mais moins de +7°C, une température souvent atteinte la nuit. D'ailleurs, celui de Marnay, à 10 km de mon terrain dans un sol identique, fructifie (en petite quantité parce qu'il n'a pas un copain pour une bonne pollinisation).

http://www.fruitiers-rares.info/articles45a50/article48-A...

http://www.pawpaw.kysu.edu/pawpaw/ppg.htm

 

 

13:04 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

30/10/2014

Fuchsia reitzii, c'est très bon

Je vous avais montré mes essais d’un nouveau fruitier :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2014/08/31/fuchsia-...

Fuchsia reitzii a été planté cet été, il a aussitôt fleuri et n’a jamais cessé depuis. Le 30 octobre, il est toujours en fleurs :

1 fuchsia reitzii romi 29 oct 2014 047 (3).jpg

Avec la disposition efficace des étamines au-dessus du pistil qu’elles inondent de pollen. Il fleurit encore abondamment :

2 fuchsia reitzii romi 29 oct 2014 047 (6).jpg

Et la suite est prévue avec de nombreux boutons :

3 fuchsia reitzii romi 29 oct 2014 047 (5).jpg

Mais le clou du spectacle, ce sont les fruits :

fuchsia reitzii romi 29 oct 2014 047 (1).jpg

fuchsia reitzii romi fruits 29 oct 2014 047 (1).jpg

fuchsia reitzii romi fruits jeunes 29 oct 2014 047 (1).jpg

fuchsia reitzii romifr vert et mur 29 oct 2014 047 (1).jpg

J’en ai goûté un mûr. C’est très bon, la consistance d’une cerise, sans perception d’un noyau ou d’un grain, un goût proche de la cerise, bien sucré mais sans excès.

Deux remarques :

Il est souvent donné comme résistant jusqu’à -10°C. C’est vrai mais pour la partie aérienne. La souche est très résistante au froid et vous pouvez le planter sans risque en zone 7, mais il n’atteindra pas ses dimensions maximales.

Il est grand, il sera sans doute encore plus grand l’an prochain et son port est retombant. Il faut donc prévoir un support pour ses longues tiges, un mur, ou mieux un grillage. Le grillage est l’idéal, les attaches sont faciles et il permet l’air et la lumière tout autour de l’arbuste. Mais pour la zone 7, au sud d’un mur est peut-être mieux pour le réchauffer en automne quand il produit ses fruits.

 

11:46 Publié dans fruitiers | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2014

Malus sieversii

J’avais reçu 2 magnifiques Malus sieversii greffés le 12 mars 2014. Ils étaient à racines nues, emballés ensemble :

1 malus sieversii 12 mars 2014 002 (3).jpg