Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/01/2014

Ruscus aculeatus

Le fragon petit-houx puisque c'est son nom vernaculaire, sans doute parce qu'il pique, mais bien plus que le houx, semble envahir de plus en plus la forêt de Fontainebleau et le terrain au nord du mien :

1 ruscus 17 janv 2014 010.jpg

Ce que j'ai pu mettre sur une seule photo est une faible partie, il y en a encore au moins 3m de chaque côté. A partir de là il essaime sur mon terrain. Je viens de voir de tout petits plants dans une allée. Ce n'est pas grave, je les récupère pour cerner le terrain de Romilly du côté de la départementale. Une épaisseur de fragon comme sur la photo est absolument infranchissable, sauf avec un scaphandre. 

Il ne reste que très peu de fruits, les oiseaux les aiment (attention, pour nous ils sont toxiques) :

2 ruscus 17 janv 2014 058.jpg

Mais il commence à fleurir. Une floraison d'hiver, quelle merveille allez-vous dire. Pour la décoration, c'est loupé. Cette floraison est absolument invisible, parce que ces fleurs sont minuscules et parce qu'elles sont situées sous les cladodes. Les cladodes, c'est ce qui ressemble à des feuilles coriaces terminées par une épine mais ce sont des tiges aplaties. C'est pourquoi les fleurs s'insèrent dessus, ou plutôt dessous. J'ai soulevé les branches pour vous les montrer. Il n'y a pas un seul cladode sans sa fleur.

3 ruscus 17 janv 2014 008.jpg

4 ruscus m 17 janv 2014 037.jpg

5 ruscus f 17 janv 2014 050.jpg

Le fragon est dioïque. Seuls les pieds femelles porteront des baies. Leurs branches pourront remplacer le houx pour décorer la table de Noël, à condition que les oiseaux vous laissent quelques baies. C'est une monocotylédone, les pièces de la fleur seront donc en multiple 3. Elles ont 3 sépales, 3 pétales, 3 étamines ou un ovaire triloculaire. 

Les fleurs femelles étaient sur une branche qui portait encore un fruit.

6 ruscus 17 janv 2014 044.jpg

7 ruscus 17 janv 2014 023.jpg

8 ruscus 17 janv 2014 042.jpg

9 ruscus fem 17 janv 2014 042.jpg

10 ruscus 17 janv 2014 046.jpg

11 ruscus 17 janv 2014 076.jpg

12 ruscus ovaire 17 janv 2014 076.jpg

13 ruscus 17 janv 2014 068.jpg

14 ruscus ovaire 17 janv 2014 068.jpg

Trois stades de la fleur :

15 ruscus 17 janv 2014 077.jpg

Des fleurs mâles :

a ruscus 17 janv 2014 019.jpg

b ruscus 17 janv 2014 016.jpg

c ruscus 17 janv 2014 025.jpg

d ruscus 17 janv 2014 018.jpg

e ruscus 17 janv 2014 057.jpg

f ruscus 17 janv 2014 021.jpg

g ruscus 17 janv 2014 056.jpg

h ruscus 17 janv 2014 082.jpg

i ruscus 17 janv 2014 089.jpg

j ruscus 17 janv 2014 086.jpg

k ruscus étam 17 janv 2014 087.jpg

 

14/01/2014

Dentelles et frou-frou

L'humidité de l'hiver plaît au champignons. Certains aiment le bois mort. Ils ne sont sans doute pas comestibles mais ne manquent pas de charme :

1 champignons reca romi 7 janv 2014 020.jpg

2 champignons rec romi 7 janv 2014 020.jpg

3 champignon veneux  23 oct 2013 009 (5).jpg

4 champignons rec barres 11 oct 018.jpg

6 veneux 14 janv 2014 005.jpg

5 veneux 14 janv 2014 004.jpg

7 veneux 14 janv 2014 002.jpg

Pour ceux-là, je sais qu'ils sont comestibles. Ce sont les pézizes, la pézize veinée (à ne consommer que bien cuite comme les morilles dont elle est proche), la pézize orangée, la pézize écarlate.

disciotis romi 18 mars 2011 011.jpg

disciotis romi 18 mars 2011 132.jpg

pezize orangée  romi 8 jan 018.jpg

pezize près romilly 25  janv 009.jpg

18/12/2013

Lamium

 

Mon Lamium album sauvage à Romilly fleurit par vagues jusqu'en automne. Il attirait les derniers bourdons fin septembre, ensuite je n'y ai plus prêté attention.

1 lamium bourdon romi 23 sept  2010 022.jpg 

A Paris en décembre les Lamium, blanc, rose et maculatum, étaient toujours en fleurs.

2 lamium album paris 1 dec 2013 071 (1).jpg

3 lamium album paris 1 dec 2013 071 (2).jpg

4 lamium album paris 1 dec 2013 071 (3).jpg

5 lamium rose paris 1 dec 2013 067 (1).jpg

6 lamium rose paris 1 dec 2013 067 (3).jpg

7 lamium rose paris 1 dec 2013 067 (2).jpg

8 lamium rose paris 1 dec 2013 067 (4).jpg

lamium maculatum paris 1 dec 2013 073 (1).jpg

lamium maculatum paris 1 dec 2013 073 (2).jpg

lamium maculatum paris 1 dec 2013 073 (3).jpg

lamium maculatum paris 1 dec 2013 073 (4).jpg

 

10/11/2013

Auricularia auricula-judae

 

Il pleut, donc la colonie d'oreilles de Judas se réveille. Ces amusants champignons ont fait une apparition timide début octobre. Le 7 octobre :

1 auricularia 7 oct 2013 002.jpg

2 auricularia veneux 7 oct 2013 005.jpg

Depuis la colonie s'épanouit comme elle le fait depuis plusieurs années de l'automne jusqu'au printemps. Mais le nombre des individus n'augmente pas. J'ai tenté de coloniser d'autres troncs morts ou vieillissants de sureaux que je conserve dans ce but et pour l'instant je n'y parviens pas. Un aperçu de la jolie colonie le 10 novembre :

auricularia veneux 10 nov 2013 001.jpg

auricularia veneux 10 nov 2013 002.jpg

auricularia veneux 10 nov 2013 003.jpg

auricularia veneux 10 nov 2013 004.jpg

auricularia veneux 10 nov 2013 005.jpg

auricularia veneux 10 nov 2013 006.jpg

auricularia veneux 10 nov 2013 007.jpg

auricularia veneux 10 nov 2013 009.jpgauricularia veneux 10 nov 2013 010.jpg

Si vous en trouvez vous avez des recettes colonne de droite, catégorie cuisine des oreilles. Vous pouvez aussi simplement les cuire coupés en fines lamelles puis ajouter ail et basilic et crème fraîche.

Sur du bois mort il y a d'autres champignons sans doute nettement moins comestibles (bien que certains prétendent que la clavaire est comestible lorsqu'elle est jeune) :

veneux 7 oct 2013 006.jpg

veneux 23 oct 2013 009.jpg

veneux 23 oct 2013 011.jpg

veneux 23 oct 2013 013.jpg

veneux 23 oct 2013 015.jpg

veneux 23 oct 2013 016.jpg

veneux 23 oct 2013 019.jpg

Nous avons un automne assez pluvieux mais la cause de la montée de la Seine vient de plus haut. Ce qui m'étonne et même me choque c'est qu'on n'en parle pas. Les crues dans le sud qui ont duré peu de temps et ont fait peu de dégâts, on en a beaucoup parlé, on a vu une alerte orange. La crue de la Seine que j'ai constatée il y a maintenant 2 semaines et qui persiste, ça n'intéresse personne. Aujourd'hui sur France 3, cette fois Île de France, on a vu des champs inondés, pire que chez moi à Romilly, et ils sont, au moins dans l'Aube et l'est de la Seine et Marne, des dizaines d'agriculteurs qui perdent pour la deuxième fois leur récolte cette année. Et le niveau ne baisse toujours pas. L'agriculteur que nous avons vu aujourd'hui a, lui aussi, incriminé la gestion des lacs de retenue.

 

 

21/10/2013

Le bambou nain a adoré

 

les inondations.

Il ne reprenait pas et à la fin de l'été dernier il n'avait plus une seule feuille malgré des arrosages. Je ne pensais même plus à lui, persuadée qu'il était mort. La zone où il se trouvait a été envahie par la ronce bleue comme presque tout le terrain. Aujourd'hui j'ai arraché la ronce et ce fut la surprise :

bambou romi 21 oct 2013 020.jpg

Il est tout beau, tout frais, entouré et mélangé à la ravissante petite lysimaque, Lysimachia nummularia :

lysimachia num romi 21 oct 2013 022.jpg

 

 

08/10/2013

Des fruits d'automne pour le décor

 

C'est maintenant la saison des fruits à Romilly, beaucoup sont sauvages, tous sont rouges. S'ils ne sont pas comestibles pour nous, ils font le délice des oiseaux.

Un peu partout sur le terrain, c'est la sauvage Rosa canina :

1 rosa canina romi 5 sept 2011 023.jpg

Le gros buisson de Rosa multiflora est lui aussi spontané, ensauvagé plutôt qu'indigène. Peut-être vient-il de Marnay sur Seine, semé par un oiseau jardinier.

2 rosa floribunda romi 22 sept 2013 004 (2).jpg

3 rosa floribunda rec  romi 22 sept 2013 004 (1).jpg

Rosa rugosa a été planté mais c'est un rosier botanique :

4 rosa rugosa fruits 16 septembre 078.jpg

Le fusain sauvage, Euonymus europaeus, envahit lui aussi peu à peu le terrain. Il est couvert de fruits qui ne s'ouvriront sans doute que dans une ou deux semaines.

5 fusain romi 29 sept 2013 046.jpg

Le fusain ailé, Euonymus alatus, a encore des fruits.

6 euo alatus romi 10 oct 2012 054 (2).jpg

7 euo alatus romi 5 oct 2013 016.jpg

Ces deux fusains botaniques ont résisté sans le moindre dommage à 4 semaines d'inondations. Mais Euonymus europaeus 'Red Cascade' a succombé. En ce début d'octobre il ne présente aucun signe de reprise.

Ribes fasciculatum a encore des fruits et ils sont plus sucrés que la semaine dernière bien qu'ils aient exactement le même aspect. Cela pose le problème de la date de la cueillette.

8 ribes fasciculatum romi 28 sept 2013 036 (7).jpg

C'est la première fructification de mon Pyracantha planté l'an dernier. Il est photographié depuis le chemin.

9 pyracantha romi 5 oct 2013 013.jpg

Le sauvage Viburnum opulus :

10 viburnum op 022.jpg

Les derniers boutons du petit rosier 'Fraise des Bois' concurrencent joliment tous ces fruits :

11 fraise des bois romi 6 oct 2013 005.jpg

 

02/10/2013

Nourritures d'automne

 

Le lierre est en fleurs.

1 hedera 1 oct 2013 012.jpg

2 hedera veneux 27 sept 2013 001.jpg

3 hedera 1 oct 2013 016.jpg

3 j hedera rec veneux 27 sept 2013 002.jpg

4 hedera rec pr veneux 27 sept 2013 002.jpg

5 hedera veneux 29 août 2011 020 (1).jpg

6 hedera rec 1 oct 2013 003.jpg

7 hedera 1 oct 2013 007.jpg

A Veneux il n'y a pas d'asters car il n'y a pas de place au soleil pour eux. Mais les insectes trouvent autant de nectar qu'à Romilly, c'est la ruée vers les fleurs de lierre et il y en a de grandes quantités.

hedera helix barres 13 oct 2012 185 (5).jpg

hedera helix barres 13 oct 2012 185 (6).jpg

hedera helix barres 13 oct 2012 185 (7).jpg

hedera helix barres 13 oct 2012 185 (8).jpg

hedera helix barres 13 oct 2012 185 (10).jpg

hedera helix barres 13 oct 2012 185 (12).jpg

hedera helix barres 13 oct 2012 185 (14).jpg

hedera veneux 27 sept 2013 004.jpg

hedera veneux 27 sept 2013 008.jpg

hedera veneux 27 sept 2013 009.jpg

hedera veneux 29 août 2011 rec 023.jpg

11/09/2013

Humulus lupulus, les fleurs femelles

 

Nous avons vu les fleurs mâles du houblon :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2013/09/02/humulus-...

et les cônes femelles :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2013/09/03/le-houbl...

Cela est suffisant pour la culture et la récolte. Mais cela ne peut satisfaire le botaniste amateur passionné. Il manque les fleurs femelles, ces fleurs minuscules, réduites à leur plus simple expression, complètement cachées sous les écailles des cônes. J'ai tardé à vous montrer ces fleurs car il me fallait d'abord comprendre ce que je voyais et ce que je voyais est presque de l'ordre du microscopique. Je n'ai nulle part trouvé une description précise ou des photos de ces fleurs. Ce que j'ai trouvé d'intéressant, ce sont des dessins. J'espère qu'ils vous aideront, comme moi, à comprendre ce que montrent les photos.

http://delta-intkey.com/angio/images/canna675.gif

Je pense avoir bien classé ces photos dans l'ordre d'évolution de ces fleurs. Pour cela, j'ai pris, comme pour les fleurs mâles, l'extrémité de la tige où les cônes sont à peine ébauchés pour remonter le long de la tige où les fleurs sont de plus en plus complètes puis fécondées. Si vous apercevez parfois mes ongles qui maintiennent l'écaille retournée, j'espère que vous excuserez l'état de ces ongles. Je creuse avec les mains.

1 humulus fem romi 10 sept 2013 028.jpg

2 humulus fem romi 10 sept 2013 024.jpg

3 humulus fl rec romi 10 sept 2013 024.jpg

4 humulus fl rec romi 10 sept 2013 027.jpg

 

6 humulus fem romi 10 sept 2013 031.jpg

7 humulus fl rec romi 10 sept 2013 031.jpg

8 humulus fem romi 10 sept 2013 033.jpg

9 humulus fem romi 10 sept 2013 021.jpg

10 humulus fem rec romi 10 sept 2013 021.jpg

 

Ce qui est le plus remarquable, c'est le grand nombre de grains de pollen. Ils sont uniquement transportés par le vent et arrivent à se glisser sous les écailles et jusqu'à la fleur.

 

08/09/2013

Mentha aquatica

 

Heureusement, beaucoup de plantes ont résisté à l'inondation qui a duré 4 semaines. Mais il y en a une qui a particulièrement apprécié et l'a montré par son expansion. C'est la menthe sauvage. Je tentais depuis longtemps de la favoriser en coupant orties et ronces qui la gênaient. Il semble qu'elle prend vraiment le pas sur les orties si on l'aide en coupant les orties. Elle est bien plus agréable à fréquenter. Toute douce, elle dégage un parfum agréable au moindre frôlement. C'est peut-être la solution à mes problèmes d'orties, les petites consoudes bleues ayant démontré leur incapacité à résister à une inondation prolongée. Ces consoudes réapparaissent par endroits mais trop tard, les orties ont pris le dessus.

Le seul défaut de la menthe est que son feuillage est caduc. Mais son feuillage réapparaît à la fin de l'hiver avant les orties et elle ne se laisse pas envahir dès qu'elle forme des touffes denses. La voici en début de végétation, photographiée en mai à Paris car ici je n'ai pu la photographier, tout était dans l'eau :

1 menthe 18 mai 116.jpg

Les tiges montent jusqu'à 40-60cm puis elles se couchent. La voici en juillet mais en ce moment elle est encore en fleurs :

2 menthe 31 juillet 2008 068.jpg

3 menthe romi 7 sept 2013 003.jpg

4 menthe rec romi 7 sept 2013 003.jpg

Les jeunes tiges sont rouges :

5 menthe romi 7 sept 2013 006.jpg

puis nettement carrées (Lamiaceae) :

6 menthe romi 7 sept 2013 009.jpg

Cette menthe ne plaît pas qu'à moi. Le papillon est la Carte Géographique, version été, la plus petite des vanesses. C'est le papillon que je vois le plus souvent sur la menthe tous les ans.

menthe romi 1 sept 2013 005.jpg

menthe romi 1 sept 2013 006.jpg

menthe romi 1 sept 2013 007.jpg

carte geo romi 1 sept 2013 010.jpg

carte geo romi 1 sept 2013 015.jpg

carte geo romi 1 sept 2013 020.jpg

carte geo romi 1 sept 2013 023.jpg

 

07/09/2013

Hippophae, une lumière au bord de la route

 

En rentrant de Romilly la dernière fois, je l'ai aperçu, un argousier tout flamboyant, derrière le radar. Je n'en croyais pas mes yeux mais c'était trop tard pour m'arrêter. C'était sur la RN19 que je devais immédiatement quitter pour rejoindre la route de Montereau. Aujourd'hui j'étais prévenue, je me suis arrêtée.

En fait c'est un groupe de 6 ou 7 arbustes. Le plus grand est superbe.

1 hippophae romi 7 sept 2013 002.jpg

2 hippophae romi 7 sept 2013 022 (2).jpg

3 hippophae romi 7 sept 2013 022 (4).jpg

4 hippophae romi 7 sept 2013 022 (16).jpg

5 hippophae romi 7 sept 2013 022 (7).jpg

6 hippophae romi 7 sept 2013 022 (5).jpg

7 hippophae romi 7 sept 2013 022 (6).jpg

8 hippophae romi 7 sept 2013 022 (8).jpg

Je n'ai vu qu'un seul arbuste sans fruits, sans doute le mâle responsable de toutes les fécondations. Sur la deuxième photo il est derrière, à droite.

hippophae mâle romi 7 sept 2013 022 (3).jpg

Les fruits commencent à être consommés (les miens, peu nombreux, ont disparu depuis longtemps) :

hippophae mangés romi 7 sept 2013 022 (10).jpg

 

03/09/2013

Le houblon femelle

 

Les pieds de houblon femelles sont plus nombreux que les pieds mâles (j'ai lu quelque part 2 fois plus de femelles que de mâles) et ils grimpent sur n'importe quoi :

1 humulus f romi 1 sept 2013 041.jpg

2 humulus fem romi 31 août 2013 001.jpg

3 houblon romilly 17 sept 2012 038.jpg

4 humulus fem romi 31 août 2013 008.jpg

Les fleurs femelles sont portées par des cônes, ces cônes qui servent dans la fabrication de la bière :

5 houblon romi 10 sept 069.jpg

6 houblon romilly 17 sept 2012 038 (2).jpg

7 houblon romi 17 sept  2010 004.jpg

8 humulus fem rec romi 31 août 2013 008.jpg

9 humulus fem r  romi 31 août 2013 008.jpg

10 humulus fl fem romi 31 août 2013 002 (1).jpg

11 humulus fl fem romi 31 août 2013 002 (3).jpg

12 humulus cône fem romi 31 août 2013 002 (1).jpg

Mais où sont les fleurs ? Elles sont très petites et entièrement cachées par les écailles foliacées du cône. Tout au plus aperçoit-on en cherchant bien un long stigmate rose qui dépasse, cherchant le pollen qui vole au vent :

a humulus cône fem romi 31 août 2013 002 (3).jpg

Minuscules, bien cachées, elles n'attirent pas les insectes. La pollinisation est anémogame. On va mieux voir qu'elles existaient quand l'ovaire fécondé va grossir. Le jeune fruit en formation écarte et dépasse l'écaille. Il y a 2 fleurs à la base de chaque écaille, donc 2 fruits :

b humulus infr plus près romi 1 sept 2013 045.jpg

L'image n'est pas parfaite car cela se passe très haut, je n'ai jamais vu de cône en partie basse, et les premières infrutescences sont tout au sommet. Les photos sont faites au zoom + agrandissement.

c humulus infrutescence romi 1 sept 2013 043.jpg

d humulus infrutescence romi 1 sept 2013 045.jpg

e humulus infrutescence rec romi 1 sept 2013 042.jpg

f humulus infr tr pr romi 1 sept 2013 045.jpg

Évidemment, ces fleurs fécondées gâcheraient la qualité des cônes en culture et c'est pourquoi les pieds mâles sont éliminés dès qu'ils sont reconnaissables. Je suppose qu'il y a des zones de reproduction où les deux sexes sont conservés mais suffisamment loin pour que le pollen ne puisse atteindre la culture productive. 

02/09/2013

Humulus lupulus

 

Le houblon est donc cultivé dans l'est et le nord, jusqu'en Belgique, pour aromatiser la bière et assurer sa bonne conservation. La bière a remplacé la cervoise lorsqu'on a découvert les propriétés du houblon. On peut aussi consommer les jeunes pousses comme des asperges. Mais attention, le houblon est suspecté de calmer les ardeurs amoureuses des messieurs.

Il est cultivé à grande échelle sur des perches de plusieurs mètres de haut, dans ce style :

http://www.biopix.eu/houblon-humulus-lupulus_photo-36473....

Car il est capable de grimper jusqu'à 10m. Le mien, une brute sauvage, n'a pas besoin de structures artificielles. Il grimpe sur tout ce qu'il trouve. Je le laisse faire là où il ne gêne pas, je coupe là où il ne doit pas aller. Il disparaît en hiver mais ses épaisses racines sont toujours là, pour les hépiales et pour repartir de plus belle au printemps.

C'est une plante dioïque. Elle est très volubile, s'enroule sur son support. Elle a des feuilles opposées de 3 à 5 lobes.

1 humulus feuilles romi 31 août 2013 005.jpg

Nous allons d'abord voir le mâle, celui que les cultivateurs suppriment car il ne leur sert à rien, seuls les cônes femelles sont utilisés. Il est pourtant indispensable pour assurer la relève.

Curieusement, les femelles grimpent partout mais je n'ai trouvé les mâles que dans les noisetiers.

Les fleurs mâles sont groupées en grandes panicules lâches. Nous allons suivre l'évolution des fleurs depuis l'inflorescence en boutons à l’extrémité d'une tige jusqu'aux fleurs épanouies sur les inflorescences vers la base de la tige.

2 humulus m romi 1 sept 2013 055.jpg

3 humulus m romi 1 sept 2013 062.jpg

4 humulus m romi 1 sept 2013 056.jpg

5 humulus m romi 1 sept 2013 064.jpg

6 humulus m romi 1 sept 2013 065.jpg

7 humulus m romi 1 sept 2013 096.jpg

8 humulus m romi 1 sept 2013 068.jpg

9 humulus m romi 1 sept 2013 069.jpg

Les fleurs ont 5 étamines aux anthères larges qui lâchent le pollen :

a humulus fl m romi 1 sept 2013 103.jpg

b humulus fl m romi 1 sept 2013 105.jpg

c humulus fl m romi 1 sept 2013 102.jpg

d humulus fl m romi 1 sept 2013 104.jpg

e humulus fl m romi 1 sept 2013 104.jpg

 

30/08/2013

Digitalis lutea

 

C'est la toute petite digitale dont il s'était semé une dizaine de pieds dans une zone totalement inculte, un parking. Elle poussait dans les gravillons de surface, sans la moindre trace de terre, et ne pouvait s'enfoncer dans le bitume trop dur. J'ai récupéré un pied en tirant sur la tige. La racine est venue facilement, elle courait sous les graviers sans pouvoir s'accrocher.

Je l'ai plantée le 23 juin dans un pot de bonne terre, n'espérant rien de plus que la formation de semences et leur dissémination. J'ai placé le pot à un endroit qui me paraissait convenir, au soleil un peu filtré :

1 digitalis lutea marnay 23 juin 2013 002 (5).jpg

Le 9 août elle est toujours en vie et commence à former les fruits :

2 digitalis lutea romi 9 août 2013 023 (2).jpg

3 digitalis lutea romi 9 août 2013 023 (1).jpg

Le 28 août les fruits sont mûrs mais il y a aussi une surprise, 3 nouveaux petits pieds :

4 digitalis lutea romi 28 août 2013 034.jpg

5 digitalis lutea fruits romi 28 août 2013 034.jpg

6 digitalis lutea romi 28 août 2013 035.jpg

 

29/08/2013

Pulicaria dysenterica

 

Je garde toujours deux ou trois touffes de cette belle Astéracée qui met de la gaieté. La coquine en a profité pour augmenter son territoire, dopée par l'inondation.

pulicaria dys romi 28 août 2013 027 (2).jpg

Elle a à Romilly tout ce qui lui plaît : sol riche, calcaire, humide, soleil. Elle a des amateurs ailés. Le plus beau ce jour était ce très petit mais ravissant papillon, une pyrale. Je pense que c'est la pyrale pourpre, Pyrausta purpuralis :

pyrausta 1 romi 28 août 2013 039 (2).jpg

pyrausta 2 rec romi 28 août 2013 039 (2).jpg

Puis elle est partie à l'ombre. Ses belles couleurs sont moins visibles mais on peut voir son abdomen rayé de bandes transversales :

pyrausta 3 romi 28 août 2013 024 (1).jpg

Ces pyrales étaient nombreuses. Elles aussi ont profité de l'inondation car la menthe aquatique indispensable à leurs chenilles s'est beaucoup étendue.

 

24/08/2013

Floraisons

 

Ma fréquentation de Romilly continue, il faut bien défricher mais c'est assez décevant. Si les ronces et les orties ont tiré profit de l'inondation, il n'en est pas de même des belles plantes. A cette époque d'habitude tout le terrain est couvert par la floraison des eupatoires surmontées de papillons. Mais les eupatoires ont souffert. Il y en a moins, la floraison a commencé avec un mois de retard et les inflorescences sont maigres :

1 romi 24 août 2013 014.jpg

On peut comparer avec une autre année :

2 eupatoire romi 27 juil 071.jpg

Elles n'attirent même plus les papillons qui préfèrent les salicaires.

Heureusement il y a les hydrangeas que je vous ai montrés récemment, les sureaux canadiens toujours en fleurs alors que les premiers corymbes sont pleins de fruits verts,

3 canadensis rec romi 3 août 2013 028 (1).jpg

les rosiers, tous en fleurs comme 'Red Parfum'

4 red parfum romi 20 août 2013 024.jpg

et 'Hansa'

5 hansa romi 24 août 2013 002.jpg

6 hansa romi 24 août 2013 001.jpg

Les premiers fruits bien colorés de Viburnum opulus :

7 viburnum romi 24 août 2013 004.jpg

Et les premières fleurs des asters d'automne aussi hauts que moi et pleins de boutons prometteurs :

8 aster romi 20 août 2013 021.jpg

Cette journée m'a fatiguée mais je dois y retourner demain. Je ne peux plus retarder l'arrosage de certaines plantes. Il n'y a plus le moindre espoir de voir la pluie annoncée par la météo. Seule la légère baisse des températures m'aidera à mieux supporter mes vêtements anti-moustiques.

 

20/08/2013

Ah, les orties !

 

Les orties si désagréables à fréquenter sont indispensables à la reproduction de certains papillons. J'en ai conscience et j'en garde beaucoup mais dans des zones où elles ne gênent pas, où on ne peut être piqué. Mais les inondations les ont favorisées et m'ont gênée, empêchant tout contrôle pendant un mois. Les coquines en ont profité pour s'étendre par leur incroyable réseau racinaire et en se ressemant. Elles obstruaient une allée. Je suis arrivée avec rage et un sécateur. Je me suis arrêtée à temps. Il y avait des sortes de petits bâtons noirs un peu partout sur les tiges, sur les feuilles. Un délire de reproduction lépidoptérienne.

1 inachis romi 20 août 2013 027.jpg

2 inachis romi 20 août 2013 028.jpg

3 inachis romi 20 août 2013 006.jpg

4 inachis romi 20 août 2013 013.jpg

5 inachis romi 20 août 2013 014.jpg

6 inachis rec romi 20 août 2013 002.jpg

7 inachis grignote romi 20 août 2013 015.jpg

Ce sont les chenilles de Inachis io, le Paon du Jour, encore lui, cette fois à Romilly. Les chenilles semblent hérissées d'épines mais elles ne sont pas urticantes et ne piquent pas. Elles sont nombreuses parce que ce sont des chenilles grégaires. Habituellement elles sont même davantage groupées mais c'est ici le dernier stade, elles vont devoir se séparer pour la suite de leur évolution.

Les jolies pattes orange sont des fausses pattes abdominales. Il y en a 4 paires alignées et une paire tout-à-fait à l'arrière. Les vraies pattes sont plutôt atrophiées. Sur cette première photo la tête est à gauche, sur la suivante elle est en bas. La tête, petite, est totalement noire. Elle est difficile à photographier car elle est toujours enfouie dans le végétal, très occupée à grignoter.

8 inachis romi 20 août 2013 007.jpg

9 inachis romi 20 août 2013 026.jpg

10 inachis ar romi 20 août 2013 026.jpg

11 inachis tête romi 20 août 2013 p 026.jpg

C'est la deuxième génération, la génération d'été, celle dont l'imago va hiverner. Elle va donner ce splendide papillon :

inachis ad romi 31 août 010.jpg

inachis romi 31 août 014.jpg

Pour vous montrer la "technique" de reproduction, j'ai dû aller chercher une photo d'une autre année. Je n'aurais pu prendre cette photo cette année, ce papillon adore le buddleja mais ils ont tous péri dans l'inondation.

paon du jour couple 24 juin 045.jpg

Le nettoyage de l'allée est reporté à plus tard.

 

19/08/2013

Viburnum lantana

 

Voici les dernières photos de l'arbuste qui s'était installé dans un bac à Romilly sans autorisation et que nous avions reconnu comme Viburnum lantana.

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2013/06/19/viburnum...

Le 9 août les rares fruits qui ont résisté à l'inondation ont pris des couleurs :

1 vib lantana romi 9 août 2013 030 (2).jpg

2 vib lantana romi 9 août 2013 030 (1).jpg

3 vib lantana romi 9 août 2013 030 (3).jpg

Le 13 août ce fruit noir est sans doute le seul que j'aurai l'occasion de photographier car les fruits sont dévorés dès qu'ils sont mûrs :

4 vib lantana romi 13 août 021 (1).jpg

5 vib lantana romi 13 août 021 (2).jpg

24/07/2013

Ravissante chicorée

 

Cichorium intybus, la chicorée sauvage, celle dont la racine torréfiée servait à faire un succédané de café en des temps difficiles. Tous les ans elle fait mon bonheur lorsqu'elle illumine les bords des routes de ses jolies fleurs d'un bleu céleste. Du moins les bords de route qui ne sont pas tondus frénétiquement.

1 cichorium intybus romi 21 juillet 2013 022.jpg

2 cichorium intybus romi 21 juillet 2013 026.jpg

3 cichorium intybus romi 21 juillet 2013 025.jpg

4 cichorium intybus romi 21 juillet 2013 024.jpg

5 cichorium intybus romi 21 juillet 2013 023.jpg

6 cichorium fl coeur romi 21 juillet 2013 023.jpg

Elle fait aussi le bonheur des syrphes :

romi 21 juillet 2013 027.jpg

romi 21 juillet 2013 029.jpg

syrphe romi 21 juillet 2013 031.jpg

 

17/07/2013

Geranium et Inula, jolies sauvageonnes

 

J'avais déjà trouvé le mignon Geranium nodosum dans l'entrée du terrain, dans une zone ensoleillée. Mais cette fois il était en bordure de bois, une zone ensoleillée uniquement le matin, et de plus complètement enfoui sous un épais réseau de ronce bleue. Je pense qu'il va apprécier de voir le jour.

geranium nodosum 1 romi 14 juillet 2013 088.jpg

geranium nodosum 2 romi 14 juillet 2013 089.jpg

geranium nodosum 3 rec romi 14 juillet 2013 089.jpg

geranium nodosum 4 romi 9 juin 2012 105 (2).jpg

geranium nodosum 5 romi 9 juin 2012 105 (1).jpg

 

Je voudrais rassurer les fans de l’Écaille marbrée, je n'ai pas l'intention d'exterminer la ronce bleue, Rubus caesius,

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2008/11/05/la-ronce...

ni aucune autre plante indigène, mais il faut bien limiter les envahisseuses qui ne laissent aucune chance aux autres.

J'ai découvert la magnifique aunée, Inula helenium, il y a 2 ans :

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2011/07/03/inula-he...

Elle s'était installée dans la cuvette de Sambucus nigra 'Aurea'. Je pensais les séparer mais j'ai eu peur de détruire l'une et de blesser l'autre. Je ne regrette pas de les avoir laissés ensemble, ils ne se gênent pas et grandissent harmonieusement.

Fin avril elle démarrait magnifiquement :

1 aurea + inula.jpg

Mais c'était avant les inondations. Le sureau est celui des sureaux noirs qui a le mieux supporté ces inondations prolongées. Mais la belle Inula a souffert. J'ai dû couper sa tige principale qui avait pourri. Elle a pu fleurir sur une tige basse mais elle n'a pas l'ampleur des années précédentes :

2 inula romi 14 juillet 2013 060.jpg

 

15/07/2013

La salicaire et ses fans

 

Les fleurs de salicaire, Lythrum salicaria, sont chaque jour plus nombreuses et les insectes affluent. Les piérides sont de loin les plus nombreuses, et surtout des femelles.

1 romi 14 juillet 2013 023.jpg

2 romi 14 juillet 2013 021.jpg

3 romi 14 juillet 2013 024.jpg

4 romi 14 juillet 2013 037.jpg

5 romi 14 juillet 2013 025.jpg

6 romi 14 juillet 2013 083.jpg

7 romi 14 juillet 2013 039.jpg

Une femelle se reconnaît aux deux taches noires sur l'aile antérieure :

8 pieris fem romi 14 juillet 2013 086.jpg

Citron :

a citron romi 14 juillet 2013 067.jpg

Bourdon :

b romi 14 juillet 2013 032.jpg

Mon côté voyeur me donne envie de ressortir les ébats d'un couple de piérides :

copula 0 pieris copula romi 30  juil  2010 108.jpg

copula 1 pieris près romi 30  juil  2010 110.jpg

Quelques acrobaties, la femelle est en bas :

copula 2 pieris près romi 30  juil  2010 113.jpg

Là, ils sont si emmêlés qu'on ne comprend qu'ils sont deux qu'aux paires d'antennes aux deux extrémités :

copula 3 pieris près romi 30  juil  2010 116.jpg

copula 4 pieris près romi 30  juil  2010 114.jpg

 

08/07/2013

Lythrum salicaria

 

D'habitude la salicaire fleurit dès le mois de juin mais elle a dû, comme les autres, s'adapter à l'absence de printemps et aux inondations. Les premières fleurs apparaissent, en même temps que celles de la reine des prés, et je crois qu'il y en aura beaucoup si je fais bien attention à la respecter lorsque je défriche.

0 lythrum sal romi 8 juillet 2013 054.jpg

1 lythrum romi 22 juin 064.jpg

2 lythrum romi 8 juillet 2013 001.jpg

3 lythrum romi 8 juillet 2013 006.jpg

4 lythrum romi 19 juil 112.jpg

5 lythrum sal fleur romilly 29 juil  2012 028.jpg

Et c'est aussitôt la ruée : mouches, syrphes, abeilles, bourdons...

a salicaire rec romi 8 juillet 2013 006.jpg

b salicaire rec romi 8 juillet 2013 002.jpg

c salicaire rec romi 8 juillet 2013 003.jpg

d salicaire rec romi 8 juillet 2013 001.jpg

e lythrum sal paris 2 juil 2011 309.jpg

Et même, on se bouscule :

f salicaria bestioles romi 8 juillet 2013 004.jpg

Ce qui m'a étonnée, c'est d'y voir un beau papillon Citron, en plein soleil, en pleine chaleur. Pour comprendre mon étonnement, il faut parler un peu du comportement de ce papillon différent des autres. C'est un papillon fréquent ici, c'était même le premier sorti en fin d'hiver. Univoltin, il naît vers juillet et vit 12 mois. Il subit donc les horreurs du gel en hiver. Ce n'est pas le seul, le Morio (devenu rare et donc protégé en Île de France) et le Paon du Jour en font autant mais en se mettant à l'abri pour ne pas geler. Le Paon du Jour ne se gêne pas pour passer l'hiver dans mon garage. Mais le Citron hiverne en plein air. Il ne cherche pas d'abri, à peine 3 feuilles mortes, 3 feuilles de lierre, totalement soumis au gel. Comment résiste-t-il ? Tout simplement en se fabriquant un antigel !

En pleine canicule d'été, il s'installe dans un endroit frais à l'ombre, et se met en diapause. C'est pourquoi j'étais étonnée de le voir en plein soleil alors qu'il faisait 30° à l'ombre.

6a citron romi 8 juillet 2013 053.jpg

6b salicaire citron romi 8 juillet 2013 053.jpg

6c salicaire papillon romi 8 juillet 2013 050.jpg

 

Symphyotrichum lanceolatum

 

ex Aster lanceolatus. Cet aster sauvage est très beau, toujours sain et dépasse le mètre en hauteur. Il peut former de beaux massifs si on le dégage des autres plantes sauvages. Originaire d'Amérique du Nord, il s'est naturalisé en Europe. Il est invasif dans certains départements et surtout en Belgique. Il est maintenant interdit de le planter en Wallonie. Mais il n'attend pas qu'on le plante.

1 aster lanceolatum romi 5 juillet 2013 045.jpg

2 aster lanceolatum romi 5 juillet 2013 041.jpg

3 aster lanceolatum romi 5 juillet 2013 046.jpg

4 aster lanceolatum romi 5 juillet 2013 043.jpg

5 aster lanceolatum romi 5 juillet 2013 042.jpg

6 aster lanceolatum romi 5 juillet 2013 047.jpg

7 aster lanceolatus  rec romi 5 juillet 2013 041.jpg

aster lanc rec romi 5 juillet 2013 046.jpg

A Romilly il commence à montrer son caractère envahissant, pour mon plus grand plaisir.

 

26/06/2013

Les curieux fruits de Orlaya grandiflora

 

1 orlaya marnay 23 juin 2013 035.jpg

2 orlaya marnay 23 juin 2013 039.jpg

3 orlaya fr marnay 23 juin 2013 p 036.jpg

4 orlaya fr marnay 23 juin 2013 040.jpg

5 orlaya fruit rec marnay 23 juin 2013 040.jpg

25/06/2013

Digitalis purpurea alba ? Non lutea

 

J'ai cherché pendant des heures pour lui donner un nom. Et je ne vois pas d'autre nom que Digitalis purpurea alba. Ce qui la rend difficile à reconnaître, c'est sa très petite taille. Si c'est bien elle, je vois deux explications : c'est un semis récent, la plante considérée comme bisannuelle vit 2 à 3 ans et peut mettre un an à atteindre sa taille maximale et d'autre part elle s'est semée dans un sol totalement inculte fait de graviers sans la moindre trace de terre ou d'humus.

J'en ai trouvé une colonie tout au fond du parking du jardin botanique de Marnay sur Seine, à 1m de la terre normale du jardin, dans une zone faite pour le stationnement des voitures et où presque rien n'arrive à pousser.

1 digitalis p alba marnay 23 juin 2013 135 (2).jpg

2 digitalis p alba rec marnay 23 juin 2013 136.jpg

3 digitalis p alba rec près marnay 23 juin 2013 136.jpg

4 digitalis p alba marnay 23 juin 2013 135 (5).jpg

5 digitalis p alba marnay 23 juin 2013 140 (2).jpg

J'ai pris une plantule, très petite mais déjà fleurie, dans le but de la planter à Romilly. Il m'était impossible de creuser ce sol de graviers très tassés. J'ai tiré doucement et elle est venue facilement car elle n'avait pu accrocher efficacement ses racines. Une très longue racine principale courait horizontalement puis avait pu s'enfoncer un peu. Cette extrémité verticale est venue couverte de craie, toujours pas de terre. Je lui ai fait faire 70 km seulement protégée par des feuilles mortes humides. Je l'ai plantée aussitôt dans un pot de bonne terre. Deux jours plus tard elle est en pleine forme. C'est ici que j'ai pu faire des photos plus précises.

Le 23 juin, fleurs encore fermées :

a veneux  23 juin 2013 007.jpg

b veneux 23 juin 2013 004.jpg

c veneux  23 juin 2013 003.jpg

Le 25 juin :

d veneux 25 juin 2013 014.jpg

e veneux 25 juin 2013 029.jpg

f veneux 25 juin 2013 031.jpg

veneux 25 juin 2013 011.jpg

veneux 25 juin 2013 012.jpg

veneux 25 juin 2013 013.jpg

J'ai emmené le pot à l'ombre. La première fleur en bas est restée ouverte, la deuxième s'est refermée en rabattant le bas de sa corolle :

g veneux 25 juin 2013 038.jpg

Je vais amener le pot à Romilly mais sans lui faire subir le traumatisme d'une nouvelle transplantation. J'espère qu'elle va se semer abondamment comme elle semble savoir le faire.

 

P.S. François a raison, c'est la petite Digitalis lutea dont les fleurs sont plus près du blanc que du jaune. Cela explique sa petite taille, aggravée ici par le sol qui ne peut la nourrir, et l'aspect étonnamment velu de ses fleurs. C'est tout bon : elle vit plus longtemps et se ressème beaucoup.

http://www.florealpes.com/fiche_digitalejaune.php

  

19/06/2013

Viburnum lantana, la suite

 

Ceux qui suivent régulièrement ce blog se souviennent sans doute de cet arbuste qui s'était installé à Romilly. Nous en avions discuté pour conclure que c'était probablement Viburnum lantana. Il ne restait plus qu'à attendre la floraison pour le vérifier.

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2013/02/26/qui-suis...

http://sureaux.blogspirit.com/archive/2013/03/03/les-poil...

Mais il y a eu les inondations et il en a souffert comme bien d'autres. L'arbuste est aujourd'hui en bonne santé mais je ne peux vous montrer que le début de la floraison et ce qu'il reste des fruits qui ont réussi à se former. Je crois que cela suffit à confirmer qu'il s'agit de Viburnum latana.

Le 20 avril :

0 vib lantana romi 20 avril 2013 040.jpg

Le 29 avril :

1 vib lantana romi 29 avril 2013 043.jpg

2 vib lantana romi 1 mai 2013 030.jpg

3 vib lantana romi 29 avril 2013 036 (1).jpg

4 vib lantana fl romi 29 avril 2013 036 (1).jpg

Le 5 juin :

a viburnum lantana romi 5 juin 2013 047 (1).jpg

b viburnum lantana romi 5 juin 2013 047 (2).jpg

c viburnum lantana romi 5 juin 2013 047 (3).jpg

Le 17 juin, après 1 mois d'inondations, il reste peu de fruits :

d viburnum lantana romi 17 juin 2013 001.jpg

e viburnum lantana romi 17 juin 2013 002.jpg

En voici un autre, pas inondé, le l6 avril 2007 à Trifouilly :

viburnum lantana 16 avril 2007 023.jpg

viburnum lantana rec 16 avril 023.jpg

 

Stachys sylvatica, une petite nouvelle

 

Depuis deux mois je suis souvent absente et je n'entretiens pas le terrain de Romilly à cause de l'inondation et maintenant des moustiques. Des zones à peu près nettoyées sont redevenues très sauvages. Quand il y a trop d'ombre pour les orties, c'est la ronce bleue qui prolifère comme dans cette zone :

1 stachys sylvatica romi 17 juin 2013 036.jpg

Au milieu de ces ronces trône un joli épi rose, une plante que je ne connaissais pas. Gênée par les ronces, fatiguée par la chaleur sous mes vêtements imperméables et harcelée malgré ces vêtements difficilement supportables par les moustiques, je me suis contentée de la photographier de loin dans le but de lui donner un nom.

Pour reconnaître une plante sauvage, il y a un site très pratique :

http://plantes.sauvages.free.fr/user/tx_especes/index_mot...

Je l'ai trouvée tout de suite. C'est Stachys sylvatica, l'épiaire des bois. On l'appelle aussi ortie puante parce qu'il parait qu'elle pue. Mais pour l'odeur j'ai trouvé des contradictions. Elle aurait une odeur de cèpe et est utilisée pour cela en cuisine par les amateurs de plantes sauvages comestibles.

Elle aime les bois frais, les lieux ombragés, la proximité de l'eau, en terrain riche et basique. Il y a tout ce qui lui plaît à Romilly.

Elle fait partie de la famille des Lamiacées et sa fleur est typique. Ses feuilles opposées sont en forme de cœur. Elle est bien poilue. J'aurai l'occasion de faire de meilleures photos, d'autant plus qu'il y aura bientôt de plus beaux épis car la coquine a une souche rampante et va vite s'étaler.

2 stachys sylv rec romi 17 juin 2013 036.jpg

3 stachys sylv épi romi 17 juin 2013 036.jpg

4 stachys sylv fleurs romi 17 juin 2013 036.jpg

5 stachys sylv fl romi 17 juin 2013 037.jpg

6 stachys sylv fe romi 17 juin 2013 036.jpg

 

16/06/2013

Orlaya grandiflora

 

C'est une carotte très améliorée sur le plan esthétique grâce à de grands pétales externes. Je l'avais photographiée à Marnay sur Seine le 4 juillet 2008 :

1 orlaya grandiflora marnay 4 juillet 2008 048.jpg

2 orlaya grandiflora marnay 4 juillet 2008 050.jpg

A cette époque elle commence à former ses fruits :

3 orlaya grandiflora marnay 4 juillet 2008 049.jpg

4 orlaya grandiflora fr marnay 4 juillet 2008 p049.jpg

Elle est toujours là le 16 juin 2013 :

a orlaya marnay 16 juin 2013 050 (2).jpg

ab orlaya marnay 16 juin 2013 050 (3).jpg

ac orlaya marnay 16 juin 2013 050 (4).jpg

ad orlaya rec marnay 16 juin 2013 050 (4).jpg

ae orlaya marnay 16 juin 2013 050 (7).jpg

Orlaya est une annuelle ou bisannuelle, une jolie sauvageonne de nos régions qui aime l'argile et le calcaire. Mais par sa beauté elle mérite une place dans nos jardins. Il suffit de la semer une seule fois. Elle fait ses fruits et elle meure. Mais ces fruits gros et lourds tombent au pied de la plante-mère et l'année suivante il y a une nouvelle plante au même endroit. A Marnay elle a été semée en 2000, la date est en bas à gauche :

af orlaya marnay 16 juin 2013 050 (1).jpg

Un joli coléoptère se délecte du pollen et en est tout saupoudré. C'est Trichodes alvearius, le trichode des ruches :

trichodes alvearius marnay 16 juin 2013 050 (7).jpg

Il est plus rare que son cousin Trichodes apiarius le clairon des abeilles :

trichodes apiarius pr 30 juin 2012 134.jpg

Pour les distinguer : alvearius a une bande noire un peu en relief tout le long de la jonction des élytres et sa première bande noire transversale est en V. Il est très velu. L'extrémité de ses élytres est rouge alors qu'elle est noire chez apiarius.

Les deux espèces se voient à l'état adulte sur les fleurs d'ombellifères où elles se gavent de pollen. Mais les larves se développent dans les nids d'hyménoptères sauvages où elles se nourrissent des larves.

 

01/06/2013

Une stellaire

 

C'est encore une jolie plante sauvage que je ne connaissais pas. Je l'ai vue aux Grandes Bruyères le 18 mai.

Les jolis tapis d'épimedium ne sont plus en fleurs mais ils sont un peu colonisés sur les bords par de jolies fleurettes, un géranium

epimedium geranium gb 18 mai 2013 126.jpg

 

et ces jolies fleurs blanches

epimedium stellaria gb 18 mai 2013 125.jpg

 

C'est ensuite que j'ai vu que ces fleurs blanches étaient un peu partout, sans doute installées toutes seules car elles avaient une prédilection pour les bruyères, les pervenches, toujours une plante déjà installée. Elles formaient de belles touffes :

1 stellaria holostea gb 18 mai 2013 152.jpg

2 stellaria holostea gb 18 mai 2013 159.jpg

 

Les pétales très incisés de ses fleurs m'ont aussitôt fait penser à une stellaire :

3 stellaria holostea gb 18 mai 2013 153.jpg

4 stellaria holostea gb 18 mai 2013 155.jpg

5 stellaria holostea gb 18 mai 2013 154.jpg

6 stellaria holostea gb 18 mai 2013 158.jpg

7 stellaria holostea rec gb 18 mai 2013 153.jpg

8 stellaria holostea rec gb 18 mai 2013 154.jpg

9 stellaria holostea rec gb 18 mai 2013 p 158.jpg

 

Son feuillage fin ressemble à celui d'une graminée :

stellaria holostea gb 18 mai 2013 156.jpg

stellaria holostea gb 18 mai 2013 157.jpg

 

Je crois qu'il s'agit de Stellaria holostea qui aime les régions boisées pas trop sèches :

http://www.luontoportti.com/suomi/fr/kukkakasvit/stellair...

 

La nature est pleine de ravissants trésors, souvent aussi beaux que les plantes cultivées.

  

25/05/2013

Mespilus germanica

 

Le néflier est en fleurs, prêt pour la production fruitière mais j'ai malheureusement été obligée de le tailler il y a un mois parce qu'on ne pouvait plus passer. Il sera plus dense et plus beau l'an prochain.

1 mespilus 25 mai 2013 026.jpg

2 mespilus 25 mai 2013 001.jpg

3 mespilus 25 mai 2013 025.jpg

4 mespilus 25 mai 2013 024.jpg

5 mespilus blg 25 mai 2013 p 002.jpg

6 mespilus 25 mai 2013 011.jpg

7 mespilus 25 mai 2013 019.jpg

 

Il a des amateurs :

a mespilus 25 mai 2013 008.jpg

b mespilus 25 mai 2013 015.jpg

c mespilus mouche 25 mai 2013 p 016.jpg

 

Mespilus germanica n'est pas originaire d'Allemagne mais d'Asie et il s'est bien naturalisé en Europe. D'ailleurs celui-ci est bien sauvage. Il suffit de le regarder pour s'en persuader. Qui aurait osé le planter si près de la maison et surtout complètement accolé à un très grand chêne ? Ses multiples troncs enserrent le gros tronc du chêne :

mespilus 25 mai 2013 023.jpg

 

Le grillage qu'il repousse maintenant avait servi à transformer la moitié du terrain en enclos pour un chien complètement fou nommé Zorro. Son exubérance, sans jamais la moindre agressivité, aurait affolé même Zorro.

On peut s'étonner que le chêne soit si près de la maison. Avant la construction nous étions venus sur le terrain avec les plans et l'architecte, un spécialiste du respect des arbres, pour orienter la maison au degré près afin de garder le chêne. L'architecte avait fait ce qu'il faut, il appelait cela gaîner, pour que les racines ne passent jamais sous la maison. La terrible tempête de 1999 avait fortement bousculé le chêne, sans conséquences pour la maison.

Il y a un deuxième néflier en sous-bois. Trop à l'ombre, il fleurit peu. Il y en avait même un troisième, lui aussi trop à l'ombre, je l'ai donné.

 

23/05/2013

La floraison du houx

 

Le houx, Ilex aquifolium, est en fleurs, avec 20 jours de retard comme les autres arbres et arbustes.

 

Aux Grandes Bruyères le 18 mai, c'est un mâle :

ilex gb 18 mai 2013 130 (1).jpg

ilex gb 18 mai 2013 130 (2).jpg

Nous pouvons étudier cette floraison plus en détail avec mes houx sauvages de Veneux. Le 2 mai les fleurs sont encore en boutons :

1 ilex veneux 2 mai 2013 004.jpg

 

Comme pour toutes les plantes dioïques il faut savoir distinguer les sexes.

 

Les fleurs mâles ont 4 belles étamines avec des filets longs et des anthères à 2 loges bien développées. Le pistil est à peu près inexistant ou réduit à une tache rose :

2 ilex veneux 22 mai 2013 010.jpg

3 ilex m 22 mai 2013 006.jpg

4 ilex m 22 mai 2013 008.jpg

5 ilex fleur mâle 22 mai 2013 001.jpg

6 ilex fleur 22 mai 2013 009.jpg

 

Les fleurs femelles sont remarquable par la taille du pistil formé d'un très gros ovaire avec le stigmate directement posé dessus, sans style. Cet ovaire est si gros qu'on ne voit d'abord que lui quand le bouton s'ouvre. Les 4 étamines stériles sont à peu près réduites au filet avec au bout quelque chose de petit et informe, sans pollen.

a ilex f veneux 22 mai 2013 019.jpg

b ilex f 22 mai 2013 012.jpg

c ilex f  22 mai 2013 008.jpg

d ilex f 22 mai 2013 018.jpg

e ilex fem pistil veneux 22 mai 2013 017.jpg

f ilex f fleur 22 mai 2013  p 028.jpg