Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/03/2012

Anemone nemorosa

L'anémone sylvie, cette ravissante petite sauvageonne qui envahit toutes les forêts de la région en formant des tapis vastes et denses, s'est installée aussi à l'arboretum des Grandes Bruyères.

 

1 gb 25 mars 2012 110.jpg

2 gb 25 mars 2012 121.jpg

3 gb 25 mars 2012 117.jpg

4 gb 25 mars 2012 108.jpg

5 gb 25 mars 2012 112.jpg

6 gb 25 mars 2012 116.jpg

La ficaire s'y mêle parfois :

 

7 gb 25 mars 2012 120.jpg

14/03/2012

Scilla bifolia

Le terrain de Veneux se remplit de petites étoiles bleues. C'est l'adorable Scilla bifolia, la toute petite scille à deux feuilles. Elle est spontanée sur ce terrain. Comme les perce-neige, comme les jonquilles, elle se ressème partout et elle a commencé à escalader la butte devant la maison en suivant le bord de l'escalier. Elle est adorable.

 

1 scilla bifolia veneux 13 mars 2012 020.jpg

2 scilla 13 mars 003.jpg

3 scilla veneux 13 mars 2012 027.jpg

4 scilla veneux 15 mars 003.jpg

5 scilla bifolia fl veneux 13 mars 2012 021.jpg

6 scilla bifolia fleur veneux 13 mars 2012 023.jpg

7 scilla veneux 13 mars 2012 024.jpg

8 scilla veneux 13 mars 2012 025.jpg

9 scilla veneux 15 mars 001.jpg

10 scilla pollen veneux 5 mars p 003.jpg

11 scilla boutons p 13 mars 009.jpg

13/03/2012

Primula vulgaris

Les primevères du voisin sont en fleurs depuis novembre mais c'est maintenant qu'elles sont les plus nombreuses, pas plus que les années précédentes cependant, peut-être moins.

 

1 primevères romi 9 mars 2012 006.jpg

Elles sont de plusieurs couleurs. Ce sont donc des cultivars issus de Primula vulgaris subsp. sibthorpii ou des hybrides des 3 sous-espèces.

 

Les miennes fleurissent depuis peu. Elles sont toutes absolument identiques, d'un jaune très pâle presque blanc avec un cœur jaune vif. C'est probablement l'espèce sauvage de l'ouest et du sud de l'Europe, Primula vulgaris subsp. vulgaris. Elles sont toutes proches de la mare et un peu plus nombreuses chaque année. Trois touffes viennent de s'installer sur les marches qui mènent au bord de l'eau au point que je dois regarder où je mets les pieds pour y aller.

 

2 primeveres 11 mars 014.jpg

3 primula romi 11 mars 119.jpg

4 primula romi 11 mars 2012 082.jpg

5 primula romi 9 mars 2012 105.jpg

6 primula romi 11 mars 2012 075.jpg

7 primula romi 11 mars 2012 077.jpg

primula coeur romi 11 mars 2012 079.jpg

primula pétale romi 11 mars 2012 078.jpg

09/03/2012

Plus parasité que moi, tu meurs

 

et ce n'est pas une plaisanterie.

 

1 viscum romi 9 mars 2012 001.jpg

2 viscum romi 9 mars 2012 003.jpg

3 viscum 1 jan 2011 006.jpg

4 viscum 1 jan 2011 007.jpg

Pourtant le gui, Viscum album, n'est qu'un hémiparasite. Pourvu de chlorophylle, il subvient à la plus grande partie de ses besoins. Mais il prend à l'arbre l'eau et les sels minéraux, comme les racines d'une plante "normale" les prennent à la terre. Cependant cet arbre n'aura bientôt plus une place où mettre ses feuilles.

 

Pour la biographie du gui, voyez ici.

 

 

25/02/2012

La première jonquille

La première touffe de jonquilles, Narcissus pseudonarcissus, est en fleurs. Celle-ci a réussi à grimper l'escalier à l'assaut de la maison. Comme les perce-neige elles sont de plus en plus nombreuses et couvrent presque tout le terrain. Hier les fleurs étaient encore fermées

 

narcissus 1 veneux 25 fev 2012 007.jpg

et aujourd'hui :

 

narcissus pseudo 25 fev 2012 003.jpg

Les perce-neige, en fleurs depuis décembre, sont toujours là :

 

perce-neige 1 veneux 25 fev 2012 016.jpg

Sur cette photo on voit bien la différence de taille du feuillage entre le grand Galanthus elwesii à gauche et le petit Galanthus nivalis à droite :

 

perce-neige 2 veneux 25 fev 2012 014.jpg

C'est aussi le jour de la première petite fleur de la scille à 2 feuilles, Scilla bifolia, qui s'est semée dans le tapis de pervenche :

 

scilla bifolia 25 fev 2012 004.jpg

A Romilly c'est l'Hamamelis 'Arnold Promise' qui se fait remarquer :

 

25 fev 2012 007.jpg

25 fev 2012 010.jpg

25 fev 2012 011.jpg

18/02/2012

Allium ursinum

Ne rêvons pas, ici nous ne sommes pas les champions des floraisons précoces et l'ail des ours sort à peine de terre. Mais c'est ainsi que j'ai pu le repérer pour en transplanter à Romilly. Il se plait bien à Veneux près de la mare mais la surface qu'il peut occuper dans ce terrain ailleurs très sec est limitée. J'espère qu'à Romilly il va rapidement occuper de grandes surfaces.

 

Mais si je vous en parle aujourd'hui, c'est parce que c'est l'occasion de montrer ce qu'on ne voit pas habituellement, son bulbe :

 

1 allium ursinum 18 fev 2012 002.jpg

L'ail des ours est une plante sauvage présente presque partout en France mais pas facile à repérer dans la nature. Je vous conseille donc de la cultiver si vous avez un endroit un peu ombragé et humide. Toutes les parties de la plante dégagent une très forte odeur d'ail et tout est comestible. Mais pour ne pas limiter sa propagation, je me contente des feuilles en n'en prélevant qu'une par plante. On peut les manger crues dans la salade ou cuites. On peut les conserver dans l'huile, séchées ou au congélateur où elles conservent leur goût.

 

Son goût est puissant et elle est beaucoup plus simple à cultiver que l'ail commun. Il suffit d'en planter quelques bulbes dans un terrain qui lui convient et il n'y a plus à s'en occuper.

 

Pour ceux qui ne voient pas très bien de quoi je parle, voici ce que cela donnera en avril :

 

2 allium veneux 1 mai 003.jpg

3 allium ursinum 27 avril 007.jpg

4 allium veneux 1 mai 006.jpg

20/12/2011

Oreilles de Judas, le retour

Depuis 15 jours il pleut davantage. Ce n'est pas le déluge mais l'humidité est plus constante. Ma colonie d'oreilles de Judas, Auricularia (Hirneola) auricula-judae, sur le tronc de sureau mort au fond du jardin en a profité pour se réveiller. Si vous en trouvez dans une zone non polluée vous pouvez le cuisiner comme champignon noir dans la cuisine chinoise ou avec les recettes moins orientales que j'ai données (colonne de droite).

 

Ils sont encore peu nombreux et de couleur claire car très jeunes.

 

oreilles 20 déc 2011 001.jpg

oreilles 20 déc 2011 003.jpg

oreilles 20 déc 2011 004.jpg

oreilles 20 déc 2011 005.jpg

oreilles 20 déc 2011 006.jpg

oreilles 20 déc 2011 007.jpg

oreilles 20 déc 2011 025.jpg

Le plus grand mesure 15 centimètres de large :

 

oreilles gd 20 déc 2011 020.jpg

oreilles gd 20 déc 2011 021.jpg

Une face inférieure :

 

oreilles face inf 20 déc 2011 023.jpg

oreilles face inf détail 20 déc 2011 024.jpg

D'autres champignons apparaissent :

 

champignon 20 déc 2011 008.jpg

champignon 20 déc 2011 009.jpg

Lorsque j'ai fait intervenir une entreprise récemment, j'ai lourdement insisté sur le respect de ce tronc mort et même, pour plus de sécurité, je suis restée à proximité. A coup de Kärcher, de tronçonneuse, d'herbicides et autres cides, ils ont un sens de la propreté qui n'est pas le mien, une propreté où le végétal est un meuble et les insectes des ennemis.

02/12/2011

Geranium

 

 

Ceux qui me connaissent se doutent bien que je ne vais pas parler des faux géraniums de balcon. D'ailleurs je les déteste. Certes, vus de loin ils peuvent donner un bel effet de masse. Mais une plante isolée vue de près est vraiment moche en comparaison de la plupart de nos vivaces. Ils ne sont faits ni pour l'extérieur puisqu'ils ne supportent pas notre hiver, ni pour la maison.

 

Nous allons donc parler du genre botanique Geranium. Je vais faire part de mes premières expériences puisque je les étudie depuis peu.

 

Il y a les sauvageons. Geranum phaeum s'est installé à Veneux en plein milieu d'un tapis de lierre prouvant ainsi son courage. Il est vivace. Il est très beau, très original. S'il réapparait l'an prochain, je penserai à prendre des graines pour le terrain de Romilly.

 

geranium phaeum 23 avril 048.jpg

geranium phaeum 24 avril 002.jpg

geranium phaeum 24 avril 005.jpg

L'herbe à Robert, Geranium robertianum, est annuel ou bisannuel mais il se ressème copieusement. Aucun terrain ne le dissuade de s'installer. Il pousse aussi bien à l'ombre très sèche de Veneux qu'en plein soleil dans le terrain plus consistant de Romilly. Il n'est pas très beau mais pas gênant. Je lui reprocherai seulement les mains qui puent quand on le touche. Il arrive parfois à s'installer en masse dans un coin libre :

 

geranium robert romi 7 juin 011.jpg

A Romilly un autre géranium sauvage occupe le terrain près de l'entrée. Ses fleurs sont petites mais jolies, son feuillage est beau. Je le respecte lorsque je désherbe. C'est peut-être Geranium nodosum :

 

geranium nodosum romi 23 juin 2011 118.jpg

J'ai planté 3 géraniums horticoles, Patricia, Orion et Rozanne.

 

Je ne vous montrerai pas Patricia. Dès qu'il a ouvert sa première fleur, j'ai su que ce n'était pas lui. La fleur est d'un joli rose, le feuillage bien découpé. La floraison n'a pas battu des records de durée mais j'aurais peut-être dû le tailler si c'est bien comme je le pense Geranium sanguineum :

 

geranium sang romi 21 août 2011 018.jpg

Le Geranium 'Orion' est le plus beau. Ses fleurs d'un bleu intense sont grandes, 5cm au moins. Il est exubérant et recouvre toutes les herbes sauvages qui tentent de repousser. Il a fleuri de mai à octobre :

 

geranium orion 1 fl romi 28 mai 020.jpg

geranium orion 2 romi 16 oct 2011 039.jpg

geranium orion 3 romi 16 oct 2011 041.jpg

Le Geranium 'Rozanne' est aussi très beau et aussi exubérant. Ses fleurs sont légèrement plus petites, d'un bleu un peu plus pâle avec un centre blanc plus important. Sa durée de floraison est exceptionnelle. Le 30 novembre il avait encore 3 fleurs et de nombreux boutons. S'il ne gèle pas, et rien de tel n'est prévu pour les 10 prochains jours, il fleurira encore en décembre. Le 29 mai :

 

geranium rozanne romi 29 mai 008.jpg

Le 30  novembre :

 

geranium rozanne romi 30 nov 2011 003.jpg

Le feuillage de Orion et Rozanne commence à rougir le 30 novembre. Les feuilles d'Orion sont un peu plus grandes et plus découpées que celles de Rozanne.

Orion:

fe 1 orion romi 27 nov 2011 007.jpg

fe orion romi 27 nov 2011 006.jpg

fe orion romi 27 nov 2011 011.jpg

Rozanne :

fe rozanne romi 27 nov 2011 012.jpg

fe rozanne romi 27 nov 2011 013.jpg

 

01/12/2011

Fougère femelle ou fougère mâle

J'ai reçu des photos faites par Kusuma L; qui doivent m'aider à distinguer la fougère femelle de la fougère mâle.

 

Athyrium filix-femina, la fougère femelle :

 

1 Athyrium filix-femina[1].jpg

Dryopteris filix-mas, la fougère mâle :

 

2 Dryopteris filix-mas[1].jpg

Classiquement la différence repose sur l'aspect plus pointu et plus finement divisé de la fronde de la fougère femelle.

 

Mais si on reprend mes photos de la même fougère, elle a des aspects très différents et sur la deuxième photo on pourrait la prendre pour une fougère femelle sur ces seuls critères :

 

3 fougère romi 8 mai 109.jpg

4 fougère romi 22 mai 040.jpg

A mon avis le plus sûr pour les différencier c'est le bord plus finement découpé du limbe des folioles. Pour mieux voir, j'ai fait des recadrages sur les 2 photos qui m'ont été envoyées :

 

Fougère femelle :

 

5 Athyrium filix-femina détail p [1].jpg

Fougère mâle :

 

6 Dryopteris filix-mas détail [1].jpg

Ma fougère est la fougère mâle :

 

7 fougère sores romi 22 mai 045.jpg

Primevères de novembre

Ce sont des primevères de jardin banales, de celles qui fleurissent à partir de février, les mêmes que celles de mon terrain situées quelques mètres plus loin. Les miennes ont un feuillage totalement développé mais ne fleuriront sans doute qu'en fin d'hiver. Mais celles-ci, situées sur le terrain du voisin, fleurissent dès novembre et continueront à fleurir jusqu'au printemps. Je ne sais pourquoi elles se comportent ainsi. Ce n'est pas un accident dû à une variation climatique cette année. Elles se comportent ainsi tous les ans.

 

Elles ne sont pas très faciles à photographier car le jardin est clôturé et je ne vois jamais ce voisin. Les photos sont prises en glissant l'objectif entre les mailles du grillage. Le 27 novembre :

 

primula 1 romi 27 nov 2011 043.jpg

primula 2 romi 27 nov 2011 044.jpg

primula 3 romi 27 nov 2011 045.jpg

L'an dernier je les ai photographiées le 19 novembre :

 

primula 4 romi 19 nov 2010 052.jpg

primula 5 romi 19 nov 2010 053.jpg

29/11/2011

Fougère mâle ou fougère femelle ?

 

La question parait idiote quand on connaît au moins vaguement le mode de reproduction des fougères. C'est pourtant le nom vernaculaire de deux fougères et ce nom botaniquement absurde a été repris en latin par les botanistes. La fougère mâle c'est Dryopteris filix-mas, la fougère femelle c'est Athyrium filix-femina.

 

On me conseille de mettre des fougères au pied de mon Acer griseum. Cela sera sans doute fait mais plus tard, quand il sera assez grand pour en émerger. Mais cela m'a rappelé l'existence d'une fougère sur mon terrain de Romilly.

 

Je ne connais rien aux fougères, ce qui m'intéresse vraiment ce sont les plantes à fleurs. Pendant les cours de botanique j'écoutais bien sûr mais sans trop faire d'efforts pour retenir. De plus les grandes fougères de la forêt de Fontainebleau, sans doute des fougères aigles, qui deviennent brunes en hiver ne me plaisent pas beaucoup.

 

Il faudrait pourtant que je m'intéresse à ma petite fougère, bien jolie, jamais brune. Son feuillage est semi-persistant, plus exactement elle est moins touffue l'hiver. D'où vient-elle ? Sans doute des bois proches, elle semble être une espèce locale adaptée au terrain malgré son pH élevé. J'ai planté l'arbousier en janvier 2009 et pour cela j'ai nettoyé cette zone encombrée de plantes diverses. J'ai remarqué cette fougère en mai 2009. Elle semble avoir profité du nettoyage du terrain pour s'installer au pied de l'arbousier. Elle est trop au soleil mais en est protégée par un saule que j'empêche de grandir et donc s'épaissit à son niveau.

 

Toutes les photos ont été prises en mai 2009 mais elle est toujours aussi belle, un peu plus étendue. Elle mesure environ 80cm de haut. Est-ce la fougère mâle ou la fougère femelle ? Elles se ressemblent beaucoup, la différence entre les deux est la finesse du feuillage. Mais si vous regardez bien les frondes sur les deux premières photos sont moins fines que sur les deux photos suivantes.

 

fougère romi 8 mai 107.jpg

fougère romi 8 mai 109.jpg

fougère romi 22 mai 040.jpg

fougère romi 22 mai 041.jpg

Jolies fructifications à la face inférieure d'une fronde :

 

fougère romi 22 mai 042.jpg

fougère romi 22 mai 043.jpg

fougère romi 22 mai 045.jpg

fougère sores romi 22 mai 045.jpg

Sur certains sores (encore un nom souvent mis au féminin mais c'est bien masculin) on voit nettement l'indusie qui les recouvre :

 

fougère sores romi 22 mai pa 045.jpg

 

 

 

 

29/10/2011

Champignons de Paris

Pas ceux que vous croyez. Je les appelle ainsi parce qu'ils poussent à Paris sur les pelouses du Jardin des Plantes. Ne sont-ils pas mignons ?

 

nature

nature

nature

nature

nature

 

 

23:54 Publié dans flore locale | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nature

26/10/2011

L'if femelle

 

Voyons maintenant les organes sexuels de l'if femelle. L'if a-t-il des cônes ? Comment est-il passé du cône à l'arille ? Je ne me permettrai pas de répondre à cette question, mes compétences ne sont pas suffisantes. Je me contenterai de vous montrer ce que j'ai observé, les photos ne mentent pas.

 

Fin février les fleurs femelles sont très petites, verdâtres ou roussâtres, difficiles à distinguer des bourgeons à bois.

 

nature

nature

Cela ressemble à de minuscules cônes dont on voit bien les écailles. Mais il y a une grosse différence avec les autres conifères : chez ceux qui ont des cônes plus évidents chaque écaille porte à sa face inférieure un ou deux ovules. Ici il n'y a qu'un seul ovule situé au centre de l'élément et il est entouré par les écailles. Si c'est un cône il est donc particulier.

 

Début juillet l'ovule fécondé est maintenant une graine immature qui a beaucoup grossi et écarte les écailles pour sortir :

 

nature

Rapidement du fond de la cupule d'écailles va apparaître un anneau charnu qui remonte progressivement le long de la graine. Il est d'abord vert :

 

nature

nature

Puis devient rouge vif alors qu'il ne couvre pas encore totalement la graine :

 

nature

 

 

En septembre-octobre beaucoup d'arilles sont complets, couvrant totalement la graine :

 

 

nature

nature

nature

nature

Cela ressemble à un fruit mais c'est un faux-fruit : l'anneau n'est pas refermé sur la graine, on la voit par l'orifice de l'anneau.

 

 Fin février de l'année suivante vous voyez sur cette photo de gauche à droite : l'arille décoloré et rétracté, l'arille fripé, desséché, la cupule d'écaille restée en place après la chute de la graine

nature

Il faut au moins un an pour que la graine soit mûre. Mais les oiseaux consomment l'arille et sèment la graine avant. Et si vous souhaitez faire des semis vous les cueillerez aussi à ce stade car ils tombent souvent avant maturité et vous ne trouveriez plus rien. Il faut seulement savoir que quelques mois de conservation sont encore nécessaires pour que la graine soit mûre et germe.

 

20:39 Publié dans flore locale, Plantes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

22/10/2011

Une si petite poire

Pyrus pyraster est "notre" poirier sauvage. Il est devenu rare, et il n'est pas toujours pur parce qu'il s'hybride facilement avec le poirier cultivé.

 

Le poirier cultivé, Pyrus communis, est plutôt originaire d'Asie Mineure, peut-être aussi par hybridation de P. pyraster x P. caucasica. Cela remonte à très loin, on en a trouvé sur des sites du néolithique.

 

Ma première rencontre avec notre poirier sauvage a eu lieu hier à l'Arboretum des Barres. J'espère vous le montrer en entier l'an prochain et dès le printemps pour sa floraison. Il avait déjà perdu presque tout son feuillage sauf quelques bribes de ces très belles feuilles dans leur coloris d'automne. Sa poire est minuscule, la taille d'une noisette, et elle est ronde. L'une d'elle avait pourri en restant sur l'arbre et sur cette photo on voit aussi comme un bourgeon se termine souvent par une épine.

 

nature

nature

nature

nature

 

21:16 Publié dans flore locale, fruitiers | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : nature

21/10/2011

Taxus baccata

 

Quel petit arbre extraordinaire que l'if. Mais il devient très rare dans la nature et il fait l'objet de protection et de plans de restauration d'ivaies. La raison en est sa destruction parce qu'on le considérait comme toxique pour le bétail et son utilisation massive en ébénisterie. Et il pousse très, très lentement. Et cela lui permet de vivre très vieux. Un if autrichien aurait plus de 4000 ans.

 

Je voudrais vous donner envie d'en planter un couple. C'est un arbre, petit mais large. Mais ce n'est pas gênant à cause de la lenteur de sa croissance, il lui faut 100 ans pour atteindre 8m. De plus il peut avoir la taille que vous voulez, il est taillable et corvéable à merci. Et il existe des formes étroites, Taxus baccata 'Fastigiata' est en colonne vraiment étroite.

 

C'est un conifère. Mais il fait tout pour se distinguer des autres conifères.

 

Il est dioïque, c'est très rare chez les conifères. Seuls le ginkgo, lui aussi un conifère très spécial, et le genévrier sont dioïques. Si vous voulez des jolis arilles (nota : on voit arille très souvent au féminin mais c'est un arille, vérifié dans le Grand Larousse), il faut donc un couple. Mais ils sont beaux tous les deux. La femelle est splendide en été et en automne :

 

nature

mais son mâle est magnifique lors de la floraison en fin d'hiver alors que les fleurs de la femelle sont presque invisibles. Surtout, ne pas secouer sous peine d'être couvert d'une belle poussière jaune :

 

nature

L'if est un conifère sans résine. Cela non plus n'est pas banal. On distingue chez les conifères l'ordre des pinales, des résineux, et l'ordre des taxales, sans résine, avec un seul genre : Taxus.

 

Il rejette de souche si on le coupe et il peut émettre des pousses adventives sur le tronc. Je vous montrerai à ce sujet quelque chose d'étonnant.

 

Ses épines ne sont ni fines, ni pointues, ni piquantes. Elles font plutôt penser à de toutes petites feuilles, plates et molles avec une nervure centrale. De plus ces aiguilles sont solitaires et non groupées comme chez les pins. Ces feuilles durent environ 8 ans.

 

nature

nature

L'if est un conifère sans cône. Comme chez toutes les gymnospermes, l'ovule est nu. Mais au lieu de se faire protéger par les écailles d'un cône, la graine va s'entourer d'un renflement annulaire charnu, rouge, qui va la faire ressembler à une baie. Nous verrons cela une prochaine fois

 

 

 

01:39 Publié dans flore locale, Plantes | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : nature

19/10/2011

Mentha aquatica

Du printemps jusqu'à l'automne, encore en ce moment, la marche dans de nombreuses zones du terrain de Romilly provoque une délicieuse odeur de menthe et le départ de quelques papillons. C'est la menthe aquatique à l'aspect délicat avec ses jolies têtes florales et ses feuilles bordées d'un fin liseré rouge. Elle a parfaitement supporté la sécheresse de cette année.

 

nature

nature

nature

 

 

nature

 

12:12 Publié dans flore locale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

28/09/2011

Lonicera periclymenum

Au Jardin des Plantes il y a un carré qui expose les arbres des forêts d'Ile de France. Bien sûr, ils ont planté de jeunes arbres de 3m. Mais cela présente l'avantage de mettre le feuillage à hauteur des yeux. Je ne les ai pas beaucoup regardés, je les ai tous les jours autour de moi. Mais j'ai été attirée par le chèvrefeuille des bois, Lonicera periclymenum, qui, lui aussi mettait ses fleurs à portée du regard.

 

nature

nature

nature

Ses fleurs ont des tons plus rouges que celles d'ici, c'est peut-être parce qu'il est en plein soleil. Ici les fleurs sont surtout jaunes et blanches :

 

nature

nature

Ce qui était étonnant aussi c'est qu'il soit encore en fleurs, nous en sommes plutôt à la période des fruits :

 

nature

Il y avait aussi un très bel iris fétide. J'en ai une touffe à Veneux.

 

nature

nature

 

02:05 Publié dans flore locale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

01/08/2011

Atropa belladonna

nature

nature

nature

nature

Ces photos de cette jolie plante vivace extrêmement toxique, la belladone, Atropa belladonna, ont été prises à Paris en 2008.

 

Mais elle m'a fait le plaisir de s'installer sur mon terrain de Romilly en 2010. Il faut dire qu'elle aime les terrains calcaires. Elle commence à fleurir fin avril-début mai.

 

nature

nature

 

 

nature

nature

nature

nature

nature

Vous remarquerez que si son nom s'écrit avec un seul n en français, il lui en faut deux en latin : bella donna, belle dame, car les belles dames de Venise s'en mettaient sur les paupières pour obtenir une mydriase qui leur donnait un regard profond, envoûtant. Elle est utilisée en médecine mais dans des préparations savamment dosées, il ne faut pas l'utiliser en phytothérapie, elle est trop dangereuse.

 

16:16 Publié dans flore locale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

29/07/2011

Pulicaria dysenterica

La pulicaire dysentérique ou herbe de Saint-Roch est une jolie sauvageonne abondante sur mon terrain de Romilly. Je l'ai photographiée à Paris parce qu'elle était déjà très fleurie le 2 juillet alors qu'elle n'a commencé à fleurir chez moi qu'à partir de la mi-juillet. Mais ses touffes seront aussi imposantes bientôt sur mon terrain. Elle aime les terrains humides.

 

Elle s'appelle pulicaire à cause de son effet insecticide particulièrement sur les puces et dysentérique parce qu'elle était utilisée pour lutter contre la dysenterie.

 

Elle fleurit de juillet à septembre. Ensuite je la fauche parce que les capitules devenus bruns sont moins jolis.

 

paris 2 juil 2011 279.jpg

paris 2 juil 2011 280.jpg

paris 2 juil 2011 281.jpg

paris 2 juil 2011 284.jpg

paris 2 juil 2011 285.jpg

paris 2 juil 2011 286.jpg

pulicaire romi 22 juil 2010 175.jpg

 

18:23 Publié dans flore locale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

21/07/2011

Mon orchidée sauvage

J'ai bien du mal à assurer la survie de mon espèce d'orchidée sauvage à Romilly sur Seine. Je l'ai vue pour la première fois en juillet 2008. La tonte de la grande allée d'accès pour la voiture en fin d'hiver lui avait permis d'accéder à la lumière. La deuxième tonte de l'année n'avait eu lieu qu'après la disparition de ses parties aériennes. Pour elle j'avais détourné cette allée et c'était un gros travail avec transplantation d'arbustes. L'année suivante elle n'est pas réapparue, ni là ni ailleurs. Quelle ingrate !

 

Je l'ai revue en 2010 en deux endroits près du grillage de séparation avec le voisin. Je vous l'avais montrée. Lorsque ses graines ont approché de la maturité, j'ai placé un écran entre la plus grande de ces orchidées et le grillage pour que ses graines se sèment du côté de mon terrain. Ce n'est pas par désir de l'accaparer mais parce que les traitements infligés au terrain voisin n'auraient pas permis à ses petits de survivre.

 

En débroussaillant avec précautions au printemps, car les herbes prolifèrent toujours, le l'ai retrouvée et je vous l'ai montrée. Sa floraison est apparue très rapidement. Quelques jours d'absence et je l'ai trouvée ainsi :

 

nature

nature

nature

nature

nature

nature

Elle est visitée par toutes sortes de pollinisateurs car son nectar est facile d'accès dans son hypochile en forme de coupe et les fourmis en font  partie :

 

nature

L'autre orchidée n'est pas réapparue mais j'en ai trouvé une autre près de l'endroit où j'avais trouvé la première. Elle pousse entre un Sambucus nigra 'Laciniata' et un cerisier. J'ai ajouté un bâton pour éviter de la piétiner. Elle est plus petite, sans doute parce qu'elle est plus jeune :

 

nature

nature

nature

nature

Recadrage sur les feuilles :

 

nature

C'est bien la même espèce que celle de 2008 et la même date de floraison :

 

nature

Je pense qu'il s'agit de Epipactis helleborine.

 

 

20:39 Publié dans flore locale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

10/07/2011

Valeriana officinalis

 

J'ai beaucoup espéré son arrivée sur mon terrain de Romilly. J'ai vu avec plaisir les premières fleurs de la valériane officinale il y a deux ans.

nature

 

Tout est beau chez elle, les feuilles

nature

 

les tiges

nature

 

les fleurs blanches teintées de rose en boutons.

nature

nature

nature

nature

 

Ces fleurs ont beaucoup de succès :

nature

nature

nature

nature

 

Ses inflorescences ressemblent beaucoup à celles de la valériane des jardins, Centranthus ruber, dans sa forme blanche car elle sont de la même famille, les Valerianaceae :

nature

 

mais les feuilles sont différentes.

nature

 

La valériane officinale est plus haute, plus élancée. Surtout elles n'ont pas les mêmes besoins en eau. Centranthus ruber supporte la sécheresse, Valeriana officinalis est une plante de terrain humide.

 

01:45 Publié dans flore locale | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : nature

03/07/2011

Inula helenium

Ma grande aunée épanouit de plus en plus de fleurs. Bien qu'elle soit très jeune, c'est sa première floraison, elle est très belle. Un magnifique cadeau de la nature.

 

nature

nature

nature

nature

nature

nature

Certains y font des galipettes :

nature

Et la voici au Jardin des Plantes de Paris :

 

nature

nature

nature

nature

nature

Mêmes feuilles immenses à la base, engainantes au sommet :

 

nature

nature

nature

 

03:41 Publié dans flore locale, Plantes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

21/06/2011

Coquelicot

nature

Mon terrain de Trifouilly a pour voisin un cultivateur dont le terrain est situé au bord du mien mais environ 2m plus haut. Tout ce qu'il met sur son terrain se déverse probablement sur le mien et je l'ai soupçonné d'être la cause de la perte de nombreuses plantes. Je le pensais utilisateur de pesticides, fongicides, herbicides et autres cides.

 

Puis on m'a dit qu'il se convertissait en bio. J'y ai cru lorsqu'en 2007 j'ai vu des coquelicots sur son champ et il y en avait encore plus en 2008 :

nature

nature

Mais nous avons atteint des sommets en 2009 et c'est la photo en tête de cette note. Une splendeur. Mais sans doute une catastrophe pour un cultivateur à moins de vendre ses coquelicots à Nemours car le bonbon au coquelicot est une spécialité de la région. Ce n'est sans doute pas la voie qu'il a choisie, je n'ai plus jamais vu de coquelicots dans son champ depuis.

 

nature

nature

nature

nature

Il y a des plantes qui exagèrent. Etre belle n'autorise pas tous les envahissements.

 

 

12:03 Publié dans flore locale, Plantes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

20/06/2011

Grande, belle, sauvage, qui suis-je ?

Elle s'était installée dans la cuvette d'un petit Sambucus nigra 'Aurea'. Je vous avais montré ses immenses feuilles l'été dernier et j'espérais que quelqu'un me dirait qui elle est. On m'avait proposé Nicotiana sylvestris. Mais comment serait-elle venue là ? Et surtout, ma plante a des feuilles encore plus grandes et ce n'est pas une bisannuelle. En fouillant dans mes archives, j'ai vu qu'elle s'est installée au printemps 2009 :

 

nature

J'attendais donc la floraison pour lui donner un nom mais elle n'a pas fleuri l'an dernier alors qu'elle était déjà très grande. A cause de ses feuilles basales très grandes et très larges, j'avais pensé à la grande bardane, Arctium lappa.

 

Cette année elle a gagné en hauteur, elle est aussi haute que la bardane :

 

nature

et sa silhouette fait penser à celle de la bardane :

 

nature

Mais les grandes feuilles basales sont différentes, celles de la bardane sont plus arrondies. Ma plante :

 

nature

La bardane :

 

nature

Et puis cette année ma plante déjà très grande  a encore grandi et d'autres différences sont apparues. Les feuilles supérieures de ma plante sont sans pétiole et engainantes, celles de la bardane ont un pétiole. Les bourgeons floraux sont très différents, ceux de la bardane sont hérissés, ceux de ma plante enveloppés de bractées douces et veloutées. Ma plante :

 

nature

la bardane :

 

nature

Enfin un bouton s'est ouvert en…jaune pour donner une belle fleur d'astéracée :

 

nature

nature

nature

nature

Ma plante mesure maintenant plus de 1m50, pour photographier le cœur de la fleur j'ai dû la basculer mais je n'ai pas le bras assez long pour une meilleure mise au point. J'espère qu'elle fera une fleur plus bas, sinon j'en couperai une ou bien j'utiliserai un crochet avec un long bras.

 

Une astéracée à grande fleurs jaunes, de très haute taille, avec de très grandes feuilles, je n'en ai trouvé qu'une : Inula helenium, la grande aunée. Elle est originaire d'Asie mais a investi tous les pays d'Europe et tous les départements français. Mais cette "occupation" reste discrète, elle n'est jamais un danger pour notre flore.

 

Je n'ai trouvé aucune contradiction avec la description qu'en donne Wikipedia. Mais c'est la première fois que je la vois et je suis prête à accueillir tous les avis.

 

01:13 Publié dans flore locale, Plantes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

07/06/2011

Sambucus ebulus

C'est le premier corymbe épanoui du sureau yèble au bord de la N6 à hauteur de Varennes sur Seine.

 

nature

nature

nature

Fleurs à différents stades :

 

nature

nature

nature

nature

nature

nature

Le feuillage :

 

nature

nature

 

Une fourmi apprécie les fleurs

 

 

 

nature

 

 

et un insecte dont nous reparlerons apprécie la grande taille des stipules :

 

nature

 

19:13 Publié dans flore locale, Sureaux | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

30/03/2011

La mare de Romilly, grenouilles et dytique

Hier était encore une magnifique journée, chaude et ensoleillée. J'ai bien fait de ne pas suivre la météo mais mon instinct. Le ciel n'a blanchi que vers 18h et la pluie m'a chassée à 18h30. J'ai eu le temps de planter quelques trésors : un Malus 'Evereste' pour féconder 'Winter Banana', un Callicarpa dichotoma, un myrobolan, un Sambucus canadensis 'Maxima' qui aurait des fruits rouges (?) et très près de l'eau un petit cyprès chauve. Le "très près de l'eau" est important pour avoir des pneumatophores.

 

Au bord de la mare quelques calthas sont en fleurs.

 

nature

nature

A chaque prélèvement d'eau dans la mare, j'entendais un grand plouf. Mais une autre grenouille était beaucoup plus calme. Elle se trouvait à environ 70cm de mon point de prélèvement cachée dans des algues. Elle me regardait mais ne bougeait pas se croyant sans doute invisible. J'ai pris 4 fois de l'eau en plongeant mon arrosoir en douceur et elle était toujours là.

 

nature

nature

nature

Lorsque je prélève de l'eau dans la mare, je vérifie toujours dans l'arrosoir que je n'ai pas ramené une bestiole à remettre à l'eau aussitôt. Cette fois j'ai ramené un dytique, la terreur des mares. Je l'ai lâché au sol, de peur de me faire pincer. Il n'a pas aimé. Il était très agité et a réussi à se laisser tomber dans l'eau. Sur les deux photos que j'ai eu le temps de prendre on voit bien que c'est un coléoptère capable de voler d'une mare à l'autre. Je pense que c'est un mâle, ses élytres ne sont pas cannelés.

 

nature

nature

 

 

11:03 Publié dans Animaux, flore locale, mare | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature

20/03/2011

Jardiner la nature

Voici ce que j'ai planté depuis deux jours dans mon petit coin de nature de Romilly.

 

Un petit chêne truffier, sans doute un chêne pubescent. J'espère l'avoir planté suffisamment loin des autres arbres pour qu'il n'y ait pas de concurrence avec leurs mycorhizes. Et un jeune if. Après les photos, j'ai ramené des feuilles mortes sur le pied.

nature, jardin

 

 

nature, jardin

 



Un coin fruitier et fleuri. Tout est organisé entre un kaki et un saule spontané qui servira de tuteur aux grimpantes :



nature, jardin

 



Sur ce cliché rapproché vous voyez le kaki non astringent 'Fuyu'. Devant lui un cornouiller sanguin sauvage qui sera souvent taillé pour donner un buisson de jeunes tiges rouges. En bas à gauche la zone de terre nue correspond à 3 lis géants.



nature, jardin

 



Cette autre partie du massif comprend devant le rosier 'Fraise des Bois', derrière lui à droite 3 autres lis géants et à gauche un Abeliophylum distichum. En triangle autour du saule il y a Clematis armandii 'Apple Blossum' rose, Clematis montana 'Mayleen' et le rosier 'Alexandre Girault'. Le saule grandit vite et devrait suivre la croissance des lianes.



nature, jardin

 



Ailleurs j'ai encore planté une clématite armandii blanche, un rosier de Banks et un céanothe.

 

Vous remarquerez que, à part les trous de plantation je n'ai rien bouleversé pour ne pas détruire la flore en place, des jolis couvre-sol et des eupatoires. Dans cette zone les eupatoires seront pincées de sorte qu'elles n'étouffent pas les rosiers et que leurs fleurs accompagnent les roses. Cela aura aussi pour avantage de retarder donc prolonger la floraison.

 

Vous pouvez remarquer aussi que j'ai laissé en place les débris de vivaces de la saison dernière. Un jardinier "sérieux" aurait tout ramassé pour faire "propre". On met tout ça sur le tas de compost et des mois plus tard on ramène le tout bien composté. Vous imaginez le travail sur un terrain d'un demi-hectare à 80km de chez moi. Je devrais embaucher des jardiniers. Je préfère laisser composter sur place. Dans peu de temps les couvre-sol que l'on voit déjà pointer cacheront tout et dans les allées la tondeuse nettoiera le reste. Les plantes locales ont ainsi juste la nourriture à laquelle elles sont habituées sans aucun excès qui ferait périr certaines. Je fais très attention de n'exterminer aucune espèce locale, je régule seulement les abus de certaines. C'est le seul terrain du quartier où la flore locale peut s'épanouir. Ailleurs c'est soit trop boisé et broussailleux, soit trop bien tondu.

 

01:34 Publié dans flore locale, Plantes | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature, jardin

13/01/2011

Les chênes de Romilly

Sur le terrain de Romilly il y a deux grands chênes.

quercus 2 chênes romi 9 jan 022.jpg

 

 

Ils sont à l'extrémité nord du terrain mais face à une zone dégagée, ils sont en plein soleil. Car c'est l'espèce la plus héliophile de nos deux grands chênes communs dans la région, celle qui ne supporte pas d'être enfermée dans une forêt dense. C'est Quercus pedunculata, le chêne pédonculé. On l'appelle aussi Quercus robur mais je préfère éviter cette appellation qui prête à confusion avec un des noms vernaculaires de l'autre chêne, Quercus petraea, le chêne rouvre ou chêne sessile. Ils ont en ce moment les pieds dans l'eau mais le chêne pédonculé aime les zones humides, ce qu'il ne supporte pas c'est de manquer d'eau en été.

 

Comment le reconnaître en cette saison ? On n'a à sa disposition que l'écorce, les feuilles à son pied et avec beaucoup de chance des glands au sol.

 

Son écorce est crevassée.

quercus ped tronc 1 romi 8 jan 042.jpg

 



quercus ped tronc 2 romi 8 jan 048.jpg

 



Elle serait plus crevassée que celle du chêne sessile mais ce n'est pas évident, on n'a pas un chêne sessile à proximité pour comparer et beaucoup d'arbres ont une écorce qui y ressemble, par exemple ce bouleau très âgé (l'écorce blanche est très haut sur les branches proches du ciel) :



fraxinus romi 9 jan 023.jpg

 



Mais à quoi sert une écorce aussi crevassée? Je vais vous le montrer. Regardez cette tache rose sur ce tronc, juste au bout de la flèche :



quercus ped noisette bl fl base romi 8 jan p 044.jpg

 



Regardons de plus près. Les crevasses cela sert à coincer les noisettes pour les ouvrir plus facilement :



quercus ped noisette romi 8 jan 045.jpg

 



On peut trouver des branchettes au sol et on voit que les feuilles ont tendance à se rassembler en touffe au bout des branches. La branche de la photo est celle d'un chêne de mon terrain de Veneux qui porte la même espèce. Mais ce terrain trop sec en été ne lui convient pas et cela m'inquiète.



quercus branchette 13 jan.jpg

 



Les glands ont tous quitté leur cupule et tentent de germer ou de nourrir les sangliers. Mais on peut avoir la chance de trouver des cupules encore au bout de leur long pédoncule :



quercus pédoncule près romi 8 jan p 043.jpg

 



Les feuilles ont des caractéristiques qui permettent de les différencier de celles du chêne sessile. Elles ont des lobes moins profonds, des nervures intercalaires (ne correspondant pas à un lobe), des oreillettes à leur base :



quercus feuilles nerv fl 9 jan.jpg

 



quercus feuille nerv or romi 9 jan.jpg

14:43 Publié dans flore locale | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : nature

07/01/2011

Euonymus europaeus

Je me rends compte que je ne vous ai pas montré mes dernières photos de notre fusain d'Europe alors que je vous ai montré plusieurs autres fusains. Nous allons réparer cet oubli. Les photos sont de fin novembre.

 

Notre fusain n'a pas un feuillage attractif en automne mais il a des fruits magnifiques. Le voici photographié à Paris :

euo eur 1 paris 27 nov 2010 043.jpg

 

 

euo eur 2 paris 27 nov 2010 046.jpg

 

euo eur 3 paris 27 nov 2010 p 045.jpg

 

euo eur fruit paris 27 nov 2010 046.jpg

 

Celui-ci est le fusain garanti sauvage de mon terrain de Romilly. On voit à droite une jeune pousse qui a encore ses feuilles :

fusain ent romi 19 nov 2010 011.jpg

 

fusain romi 5 nov 061.jpg

 

fusain romi 5 nov 063.jpg

 

fusain romi 19 nov 2010 007.jpg

 

fusain fruit romi 5 nov 061.jpg

 

fusain fruit romi 5 nov p 063.jpg

20:25 Publié dans euonymus, flore locale | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : nature

02/01/2011

Viscum album dans son intimité

viscum boules 1 jan 2011 001.jpg

 

Que peut nous apprendre le gui sur sa reproduction en cette saison ? Presque tout, il ne manque que les fleurs ouvertes. Car son cycle est long.

 

Approchons-nous de la grosse boule :

viscum détail sorques 1 jan 2011 007.jpg

 

viscum détail 1 jan 2011 pp 007.jpg

 

Encore plus près pour voir les jolies "boules". Elles sont si nombreuses et durent si longtemps que les oiseaux n'arrivent pas à tout manger :

viscum détail près 1 jan 2011 pp 007.jpg

 

 

Ces "boules" qui ressemblent à des baies sont formées d'une graine entourée d'une substance visqueuse à base de viscine très collante. Les graines mangées par les oiseaux sont déposées à toutes hauteurs dans les arbres. Celles qui n'ont pas été consommées sont mûres au début de leur troisième année et tombent sur des branches inférieures où la viscine les aide à adhérer. Regardez, on voit l'embryon vert à l'intérieur :



viscum embryons 1 jan 2011 011.jpg

 



Les feuilles sont vertes car le gui est un hémiparasite capable de fabriquer sa chlorophylle. Entre deux feuilles il y a quelque chose qui ressemble à des bourgeons :



viscum feuilles et b 1 jan 2011 020.jpg

 



La mise au point n'est pas parfaite, cela se passait bien haut. Mais j'ai trouvé au pied de l'arbre trois très petites branches, sans doute détachées par des oiseaux. Voyons donc de plus près.

 

Les feuilles :

viscum feuilles près 1 jan 2011 043.jpg

 



et les bourgeons entre les feuilles :



viscum bourgeons fl 1 jan 2011 008.jpg

 



viscum bourgeons fl 1 jan 2011 011.jpg

 



D'encore plus près cela semble bien être des bourgeons floraux et à leur droite, très vert, un bourgeon à feuilles. On voit très nettement les 4 tépales encore soudés du bourgeon central. Les fleurs sont en effet déjà présentes en automne et ne s'ouvriront qu'au printemps.



viscum bourg fl et f tépales 1 jan 2011 008.jpg

 



Pour confirmer la nature florale de ces bourgeons je les ai ouverts maladroitement avec l'ongle :



viscum fl ouverte 1 jan 2011 014.jpg

 



Je pense que ce sont des fleurs mâles, la plante est dioïque. En effet l'intérieur est composé d'une poudre qui a bien l'aspect de pollen. Les fleurs mâles sont composées de 4 tépales et d'anthères sans filet. Lorsqu'elles s'ouvrent les tépales sont directement recouverts de pollen :



viscum fl dét pol 1 jan 2011 p 035.jpg

 



viscum fl det ouverte 1 jan 2011 p 014.jpg

14:29 Publié dans flore locale | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : nature